Partagez | 
 

 La louve et l'agneau. [Pv Adriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   18/9/2013, 19:17

    L'aube... Cet instant envoûtant où la rosée octroie sur les feuilles des sonorités silencieuses, qui pourtant vous inspirent et vous soufflent les notes d'une douce mélodie. Le chant de la nature qui s'éveille sous l'apparition timide du soleil, qui transperce et colore la forêt de lumière saccadée, alors que ses rayons caressent les paupières des animaux endormis. L'envol des oiseaux aux ailes battantes qui surgissent des arbres en sillon, pour danser auprès des nuages qui s'effacent pour laisser place à la clarté matinale. Le cerf qui s'abreuve au bord du fleuve, puis qui bondit furtivement au craquement d'une branche. Les effluves d'écorces humides qui parfument l'air boisé, la brise légère qui dessine la silhouette d'un décor trop parfait. Et dans ce spectacle naturel, c'en était une autre qui s'avançait doucement. Celle d'une femme vêtue d'une étoffe aux tons bleutés, dissimulée sous sa cape, les cheveux emmitoufflés sous sa capuche reliée. Le visage émerveillé et tranquille, elle souriait.
    Depuis le temps qu'elle vivait là, jamais elle ne s'était lassée de la beauté du matin. Chaque lever de soleil au coeur du Mont Englouti apportait à lui seul une magie changeante quotidienne. Elle ne manquait que rarement l'évènement, c'était ce qui la mettait de bonne humeur. Elle huma avec délice l'odeur parfumée de la forêt, fermant les yeux un instant. Un nouveau sourire effleura ses lèvres. Un instant elle pensa à Nova, le kaasar de l'Ombre qui était son compagnon depuis de nombreuses annéess maintenant, et pensa qu'il aurait sans doute été aussi impressionné qu'elle à ce moment précis. Puis, cueillant quelques plantes fraîches, elle se remit en route. Elle savait que son ami appréciait fort les petits rongeurs de l'ouest, et celui-ci lui manquant ces derniers jours, elle s'était dit qu'en lui en ramenant quelques uns, cela ferait peut-être revenir le lupin. Alors, armée de son arc et ses flèches, elle prit la route vers le fleuve, car c'est là qu'ils se regroupaient de bon matin.

    D'ordinaire, rien ne venait troubler la tranquillité de cette jungle vivante. Pas de présence humaine hormis la sienne. Mais il semblait qu'aujourd'hui, le sort en avait décidé autrement. Alarmée par de l'agitation à environ cinq cent mètres de là, Khalee grimpa à un arbre pour mieux se cacher et observer cette agaçante intrusion. De là où elle était perchée, elle ne vit qu'un groupe d'hommes s'éloigner, à son grand soulagement. Qu'ils s'en aillent, viles créatures ! Il n'y avait pas de place pour ce genre d'assassins ici. C'était chez elle, et elle ne les y avait pas invités.
    Mais alors qu'elle agitait le feuillage de l'arbre touffu, laissant tomber par mégarde le petit baluchon qu'elle avait vulgairement accroché à sa taille, la jeune femme aux cheveux de neige s'immobilisa. Là, en bas, devant elle, se dressait un homme. Elle se figea, prête à tirer la corde de son arc en cas de mouvement hostile. Et derrière les branchages, seuls ses yeux d'émeraude transperçaient le regard de l'inconnu. Elle attendait.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   18/9/2013, 20:13

"Anselme a reçu une invitation pour une expédition de chasse sur les pentes du Mont Englouti. La petite noblesse d'Oplagöor espère pouvoir nous refourguer leurs jeunettes. Et ça ne plaît pas à tout le monde."

La voix de stentor avait retenti dans le petit bureau de pierre aux murs nus. En entendant la lourde porte de bois s'ouvrir, Adriel avait remis sa capuche. Il n'avait pas encore besoin de mettre de masque, c'était déjà ça... Mais ça allait commencer. Il avait compris. Le sous-entendu étant que c'était dangereux, et que c'était donc à lui d'y aller. La mer, une ville inconnue, des nobles qui le détesterait d'avance, une occasion en or. Il refusa de lever la tête, de croiser le regard sombre, de voir ce visage couvert de sang et pourrissant. Il savait déjà ce qu'il y trouverait. Le mépris. L'indifférence. Dans son ventre, la haine avala la peur, pour quelques minutes seulement. Le sang rugissait tant à ses oreilles qu'il n'entendit ni la porte claquer, ni la plume se briser entre ses doigts en répandant une encre aussi noire que son esprit.

Quelques jours plus tard, il posait le pied sur le pont, le cœur au bord des lèvres, les genoux tremblants. Mais il était Anselme, pas Adriel. Et Anselme n'avait pas peur de la mer. Il n'était pas malade en bateau. Il plaisantait avec l'équipage en se pavanant dans son habit de lumière. Alors il ravala sa bile et plaqua un sourire mi-amusé, mi-taquin sur son visage. Quand ils étaient concentrés sur ses lèvres, ils ne regardaient pas ses yeux. La seule chose qu'il ne pouvait pas changer. C'était toujours si dur, de se forcer, de parler fort, de porter les armes, de s'exprimer de tout son corps. Mais ce qui était plus dur encore, c'était de se rappeler que ce n'était qu'un rôle. Que ce n'était pas lui. Qu'il n'était qu'Adriel.

Opalgöor avait tenu toutes ses promesses. Il n'en avait rien vu. Il n'était resté qu'une nuit, le temps d'un bal auquel il avait refusé de danser en les charmant de son discours préparé. Il n'aurait plus manqué qu'il se ridiculise en se prenant les pieds dans les robes des prétendantes. Mais il avait été charmant. Et poli. Et charmeur, mais toujours dans les limites de la bienséance. Il avait trop profité, déjà. Et c'était pire à chaque fois.

Une expédition de chasse. Il ne supportait pas la chasse. Il avait peur. Certains noblaillons le regardait comme s'il était en sursis. D'autres comme s'il était un cheval chez le maquignon. Il déglutit frénétiquement en entendant les rabatteurs revenir. La journée avait été bonne. Il faisait terriblement chaud. Et cette odeur... Concentré sur son estomac, il tint jusqu'à la nuit, difficilement. Dans la tente dressée par le nombre ridicule d'esclaves qu'ils avaient emmenés, il ne put dormir. Il se souvenait qui il était. Le visage enfoncé dans sa couverture, il ne put qu'étouffer les sanglots qui tentaient de le submerger face à cette cruelle réalité.

Il ne put dormir de la nuit et fut levé avant tout le monde. Les éclaireurs étaient déjà levés et vinrent lui parler. Il n'avait qu'une envie, rabattre sa capuche sur sa tête, s'asseoir devant le fleuve, et les laisser partir. Et en même temps, il avait tellement peur qu'ils le laissent seul. Ce qu'ils finirent par faire, comme toujours. Pour eux, il n'était qu'un noble de plus. Un peu plus que ça. Un futur Doyen. Mais sans intérêt malgré tout. Trop arrogant, probablement.

Il soupire une fois qu'ils sont hors de portée de voix. Relève sa capuche. Admire le fleuve, la jungle. Écoute les oiseaux. Tout est si calme, paisible. Il a presque l'impression qu'il pourrait se fondre ici. Se calmer suffisamment avant de prendre cette autre identité qu'il abhorrait. Il se frotta le visage, tentant de rassembler son courage.

Une bruit sourd retentit, le faisant sursauter et se retourner brusquement. Il n'était qu'Adriel, en cet instant, alors qu'il levait ses yeux écarquillés, son visage figé dans une expression apeurée, sur le sac tombé au sol, puis qu'il remontait le tronc pour découvrir une fine silhouette armée d'un arc enroulée dans une cape bleue.

Profondément, il inspire, expire, le souffle court, essayant de cesser de trembler, de décrisper les doigts qu'il a convulsivement fermés sur le bord de sa cape. Il ne fait qu'apercevoir ses prunelles pâles. Il ne sait pas quoi faire. Il a l'impression d'être une biche traquée dans la ligne de mire d'un fauve en chasse. Fasciné et effrayé. Il n'arrive pas à la quitter des yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   18/9/2013, 21:16

    Elle soutient le regard bicolore de l'homme. Il l'a vue. Repérée. Khalee se sentit soudain envahie par le stress, au point que les battements de son coeur lui firent souffrance. Sans pour autant se décoller de ce visage, elle tenta tant bien que mal de se calmer. Serait-ce la peur qu'elle descellerait dans ces yeux improbables ? Le doute la prend, alors qu'elle le détaille. A première vue, il ne semble pas armé. Il a l'air jeune aussi, et blond comme un champs de blé. Mais il est grand, beaucoup plus grand qu'elle visiblement. Que faire à présent ? Il fallait qu'elle bouge, et surtout qu'elle sache à qui elle avait à faire. Et en particulier à quoi.
    Le tenant toujours dans le viseur de sa flèche, prête à décocher, elle entreprit de descendre tant bien que mal, aux aguets. Une fois au sol, elle ne le quitta plus des yeux. Elle ramassa machinalement son baluchon, aussi rapidement qu'elle le put pour le garder en joug. Elle aurait voulu le distinguer davantage, réussir à mettre un nom de race sur ce visage. Alors, prenant une inspiration pour calmer chaque parcelle de son corps, elle laissa partir la flèche qui alla siffler juste au-dessus de la tête du jeune homme. Dans son sillage, elle fit tomber la capuche de son vis-à-vis, et l'observa plus intensément. Détaillant le moindre morceau de son corps, elle put faire la liaison en quelques secondes. Grand, la peau lisse, le charisme, bien vêtu... La terreur transparut d'un seul coup dans ses yeux. Elle recula même par réflexe, heurtant le tronc de l'arbre sur lequel elle était précédemment perchée. Elle était littéralement tétanisée. Elle en était persuadée, elle faisait face à un Mesorian, un de ces chiens qui avaient assouvi son père, qui lui avaient volé son innocence. Elle voulait hurler, mais la peur lui paralysait la gorge. Pire encore, elle aurait pu alerter les autres hommes de tout à l'heure. Il fallait faire quelque chose. Mais elle ne pouvait rien faire. Sans qu'elle ne s'en rende compte, les larmes vinrent s'immiscer au bord de ses yeux, sans qu'elle ne puisse les contrôler, son corps s'agitant de spasmes à cause de la douleur que ce nom venait de réveiller. Mesorian...

    Alors elle songea à Nova, qui, aussi craintif qu'elle soit-il, passerait peut-être dans les parages et percevrait sa détresse. Mais en attendant, elle était seule, seule face à cet homme qui semblait pourtant aussi apeuré qu'elle. Pourquoi ? Reprenant contenance, et son inconscient la sommant de réagir, elle réarma une flèche à la corde de son arc, et la pointa de nouveau vers lui. La voix tremblottante, elle réussit toutefois à articuler quelques mots :

    Qu'est-ce que vous faites ici ? Il n'y a rien par là.

    Puis, tentant tant bien que mal d'élever la voix pour l'impressionner, bien malgré elle en vain, elle sôma plus fort :

    Allez-vous en !

    Elle posa de nouveau ses deux émeraudes dans les siens, tentant de faire transparaître qu'elle pouvait être dangereuse et qu'elle saurait se défendre, mais elle se sentait surtout comme le faon qui vient de mettre la patte dans un piège.
    Elle pria aussi fort qu'elle put pour qu'il parte. Elle ne voulait pas fuir, pas tout de suite, car elle pourrait, le temps de se retourner pour courir, voir la situation se retourner contre elle en un instant.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   18/9/2013, 23:27

Anxieux, immobile, il la regarda descendre en souplesse de l'arbre, son arc toujours pointé sur lui. Il a réussi à détacher ses poings, à faire retomber ses bras le long de son flanc. Il la suit des yeux, intrigué, apeuré. Comme s'il était plus facile de la regarder que de lui tourner le dos. De s'enfuir. De hurler. De briser son rôle. Un frisson remonte son échine. Il n'est pas censé être lui. Et si quelqu'un le voyait? Il se souvient d'un vieil adage disant qu'à force de porter des masques, on s'arrache la peau à vouloir les enlever. Il n'est qu'un gratte-papier insignifiant. Comment a-t-il bien pu se retrouver dans cette situation? *Ô Hygérie, pourquoi dois-je supporter les conséquences d'être le fils d'Anton, sans aucun des avantages?*

Il n'a pas le temps d'y penser plus avant qu'il entend une flèche siffler. D'instinct, il se recroqueville, en mettant les mains sur sa tête. Le projectile l'effleure, et il sent le sang sur ses doigts, alors qu'il se redresse et que sa capuche tombe. Son regard se détache d'elle, et il fixe les perles rouges qui s'écoulent, s'enfuient, le quittent. Et tout à coup, il ne sait plus. Les sent-il vraiment, ou ne sont-elles que le fruit de son imagination? Depuis quand fait-il parti de son propre fantasme de mort? Cette femme est-elle réelle, ou juste le moyen qu'a trouvé son esprit pour l'achever? Lui faire comprendre que sa place n'était plus dans ce monde? Qu'il devait cessé de n'être qu'une façade, du vide comblant du creux?

Sa voix lui fait relever la tête. Il a toujours peur, bien sûr. Mais d'autre chose, désormais. De lui. Il n'est pas certain qu'elle puisse véritablement lui faire du mal. Et pourtant, ses entrailles se tordent en voyant l'arc réarmé. Il tremble à nouveau. Se maudit silencieusement de sa propre couardise, du rôle qu'il a à jouer. Il est fatigué, aussi. Fatigué d'avoir peur. Il lève les mains, montre qu'il n'est pas armé. Il a laissé sa lame du couchant dans sa tente. Ah non... Pas la sienne. Et le Torkos censé le garder... Aucune idée d'où il pouvait bien être. Sa voix s'échappe, à peine un murmure tremblant:


"Une expédition de chasse..."

Ce n'est pas forcément la chose la plus intelligente à dire. Mais il n'a pas d'idée. Jamais. Comme chaque fois que la peur le saisit. Comme tout le temps quand il n'est pas dans son bureau, à parcourir des papiers pour le compte d'un autre. Il sursaute un peu quand elle reprend, en élevant la voix. Il a fermé les yeux. N'a pas relevé la tête vers elle. Doit avoir l'air d'un chiot en faute. Il hoche la tête. Elle a raison. Il n'a rien à faire là. Il recule, prudemment. Sans lui tourner le dos. A petits pas. En gardant les mains levées. Pas de mouvements brusques... Doucement, doucement... Et peut-être que, pour une fois, tout se passera bien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   19/9/2013, 00:08


    Elle le regardait reculer à petits pas, lui faisant toujours face, tandis que ses mots murmurés faisaient écho dans sa tête. "Une expédition de chasse". L'avait-elle imaginé dire cela ou l'avait-il vraiment dit ? Se pouvait-il que sa peur soit si grande qu'elle ait entendu toute autre chose ? Peut-être qu'il n'avait en réalité même pas parlé. Et pourtant, cette phrase résonnait en elle, déclenchant une tempête alarmante  d'une peur nouvelle. Si vraiment elle l'avait bien entendu parler d'une partie de chasse, se pouvait-il qu'elle soit la proie des chasseurs ? Qu'ils soient venus pour l'abattre ? Mais pourquoi elle ? Pourquoi, après tout ce temps, les mesorians auraient-ils décidé de la traquer ? Avaient-ils eu vent de sa présence sur l'Île d'Opale ? N'avaient-ils pas eu le temps de l'oublier après toutes ces années ? Pourquoi ? Pourquoi... Pourquoi !!!

    Aussitôt de nouvelles images envahirent son esprit. Elle avait toujours les yeux rivés sur l'homme blond, mais désormais elle ne le voyait plus. Seules les bribes de souvenirs de ses tortures la martelaient. Elle les revoyait hilares, la plaquant contre le bois rêche. Elle pouvait les entendre rire alors qu'elle hurlait. Elle pouvait jusqu'à sentir leurs mains parsemer sa chair de souillures. Les poils de son corps entier se hérissèrent. Elle agita la tête dans tous les sens pour les chasser. Ils revenaient la hanter après tout ce temps alors qu'elle avait pratiquement réussi à oublier ces années d'épouvantes. Et si son cauchemar recommençait ? Personne ne serait là pour la sauver ce coup-ci. Non, elle ne pouvait décemment pas se laisser avoir.
    Que faire alors ? Le tuer pour l'empêcher de les prévenir ? Malgré tout l'instinct de survie dont elle faisait preuve, Khalee en serait bien incapable pour l'instant. Le capturer ? Que ferait-elle de lui, il faudrait bien le relâcher à un moment ou un autre, et peut-être qu'on le rechercherait, et qu'au final, ça reviendrait au même que si elle le laissait partir là, maintenant. Elle le voyait s'éloigner à vu de nez alors qu'elle retrouvait ses esprits. Non, non, non, il ne fallait pas qu'il parte. Il fallait qu'il l'écoute, il fallait qu'il comprenne. Il fallait que par la grâce du ciel, il ait pitié de ce qu'elle était, et qu'il ne la remette pas aux mains de bourreaux. Elle ne voulait pas mourir, pas encore...

    Alors, laissant tomber son arme à terre, elle se mit à courir pour le rattraper, et dans sa course, elle chuta juste avant d'atteindre sa cible. Elle atterrit juste à ses pieds, et dans un élan de dernier espoir, elle enroula ses bras autour de l'un d'eux. Elle le serra aussi fort que possible pour qu'il ne parte pas. Elle s'était salement amochée les coudes en tombant, mais elle s'en fichait. Tout ce qu'elle voulait pour l'instant, c'était qu'il reste, qu'il l'excuse, et qu'il l'épargne. Sanglotant de nouveau, elle l'implora :

    Non... Je vous en supplie ! N'allez pas les prévenir... Je ne veux pas retourner en enfer, j'ai déjà mis trop de temps à m'en remettre. Pitié, Monseigneur, de grâce, je sais que je ne devrais pas vivre, mais laissez-moi mourir en paix...

    Ne lâchant plus prise, tremblotante contre sa jambe, Khalee attendit la sentence, comme quelqu'un qui se prépare à un refus, et qui attend dans le couloir de la mort que la faucheuse ne vienne lui prendre son dernier souffle.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   19/9/2013, 00:54

Quand elle lâche son arme et commence à courir, il ne sait d'abord pas comment réagir. Son esprit n'a pas le temps d'assimiler qu'elle court vers LUI, sans arme. Il peut à peine faire demi-tour qu'elle chute, à ses pieds. Qu'elle s'agrippe, enroule les bras autour de ses pieds. Il tombe à son tour, tente d'amortir sa chute avec ses bras, rate son coup. Maladresse légendaire. Il ne s'est pas coupé, pas écorché. Une amélioration certaine.

Mais il est mal-à-l'aise, son cœur bat trop fort, trop vite. Il veut qu'elle le lâche. Il se débat, faiblement, pour ne pas l'énerver à nouveau. Est intrigué par la note basse et constante, terrorisée, qu'il entend dans l'air. D'où vient donc ce gémissement? Il s'interrompt. De lui. Peut-il encore tomber plus bas?

Il cesse de se débattre quand il la regarde vraiment. Elle a l'air encore plus effrayée que lui. Hantée, même. Il comprend. Il l'écoute. Avec attention cette fois. Il ne comprend pas ce qu'elle veut dire. Les prévenir? Qui? Retourner dans les limbes? Monseigneur? Personne n'a jamais appelé Adriel Alemel "Monseigneur". Parce qu'il est tout sauf ça. Excepté de par sa naissance.

Avec des gestes doux, il sort un mouchoir de sa ceinture. Le tissu est bon, mais personne n'a pris la peine de le monogrammer. Il est à lui. En propre. Il s'assied convenablement. Ne l'effleure pas, ne la touche. Réprime même le frisson que son contact fait naître. Les gens ne le touchent jamais. Qu'elle s'en aille avant qu'il y prenne goût. Qu'il s'habitue à être vu pour lui. Mais la tentation est trop fort. Alors il chasse la peur, ne laissant qu'une pâle appréhension qui réduit encore sa voix à un murmure. Il n'a jamais été très loquace. N'a jamais eu de bonnes idées, inspirées. Mais il faudra bien essayer. Il n'y a que lui, ici...


"Pas Monseigneur... Je suis juste Adriel. Je vous en prie, redressez-vous. J'ignore de quoi vous voulez parler, mais je n'ai aucune intention de vous dénoncer à qui que ce soit. Ou même de signaler votre présence, si c'est ce que vous souhaitez. Et par la Déesse, ne dites pas que vous ne devriez pas exister. Chacun est né avec un rôle bien particulier à tenir dans la bonne marche du monde. Vous ne seriez pas là si quelqu'un, quelque part, n'avait pas besoin que vous y soyez à l'instant précis où cela sera nécessaire..."

C'était alambiqué. Mais pour lui, cette formule avait toujours été rassurante. C'est ce que disaient les Prêtresses, parfois. Il savait que ce n'étaient que des beaux mots destinés à rassurer les gens, mais il avait tellement envie d'y croire. Il s'en était convaincu, pour chasser la peur, chasser la haine. Pour expliquer qu'il avait eu le droit de vivre. Même si ce n'était que pour mourir sous les coups d'un homme qui aurait assassiné son frère. Il eut un pauvre sourire, qu'il voulut rassurant. Il espérait qu'elle se relèverait. Il n'avait pas enchaîné tel discours depuis... Jamais en fait. Pas de sa voix basse et douce. Uniquement de celle, ferme et précise, d'Anselme. C'était étrange.... Qu'en penserait-elle?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   19/9/2013, 01:40


    La simple sensation d'une jambe contre sa joue lui parut très étrange, presque inconnue. Depuis plus d'une dizaine d'années elle n'avait pas eu de contact humain. Elle avait l'impression de redécouvrir leur silhouette dans sa torpeur. Elle avait oublié que cette partie du corps pouvait être à ce point ferme, c'était vraiment bizarre, comme si elle ne se doutait pas qu'elle-même était dotée de la même paire de gambettes après tout. Tandis qu'elle s'acharnait à sa prise, elle l'écoutait. "Adriel". Ce nom sonnait si doux qu'elle en fut comme apaisée par avance. Et les paroles qui suivirent vinrent la frapper comme un déclic à quelqu'un qui se rend compte de son erreur. Alors il ne lui voulait aucun mal ? Le hasard avait simplement fait qu'ils s'étaient rencontrés de manière fortuite alors qu'ils se baladaient tous les deux. Elle avait un peu de mal à y croire. Et pourtant, les échos de sa voix pacifiste attendrissait la douleur de son mépris. Elle relâcha peu à peu son étreinte, laissant son sang circuler à nouveau.
    Etait-il vrai, que chaque être qui naissait était là pour une bonne raison ? Même elle ? Pourtant, on lui avait toujours dit qu'elle n'était bonne à rien, que son seul droit de vivre reposait sur la décision d'un quelconque maître. Sa propre mère avait été tuée à cause de son existence. Ce jour-là, c'est elle aurait dû mourir. Et pourtant, elle était encore là, et elle avait échappé plus d'une fois à son dessein fataliste. Alors se pouvait-il qu'il ait raison ? Qu'elle aussi, bien qu'elle soit une aberration de deux races, ait une place valable dans ce monde ? L'idée lui plaisait et lui redonnait un peu confiance.

    Lâchant complètement prise, Khalee entreprit de se relever. Le visage en premier, une trace de terre sur la joue, elle posa timidement ses yeux dans les siens. Plus de haine, plus de colère, il n'y avait rien d'autre que de la honte dans son regard. On lui avait appris avec certitude qu'il fallait se méfier de tout le monde, ce n'était pas sa faute. Qui plus, on lui avait dit d'éviter tout contact avec les mesorians. Son père s'était-il trompé à ce point ? Un instant, elle se demanda si sa solitude n'était pas une simple manière de fuir pour ne pas affronter les risques d'un rejet de la part d'autrui. Pourtant, lui, le blondinet au prénom d'ange, ne l'avait pas regardée avec dégoût. Il ne l'avait pas insultée de tous les noms, il ne lui avait fait aucun mal, et visiblement ne comptait pas lui en faire.
    Elle se redressa complètement, se retrouvant assise sur ses jambes face à lui. Elle balaya les larmes qui avaient perlé sur son visage fatigué. Elle fixait le sol, culpabilisant.

    Adriel... laissa-t-elle échapper d'une voix plus douce, qui semblait avoir retrouvé la tranquillité.

    Je suis désolée... Je...

    Quitte à ne pas paraître plus impolie, mieux valait s'adresser à lui en bonne et due forme. Elle posa de nouveau ses mirettes dans les siennes.

    Je m'appelle Khaleera.

    Encore hésitante, et surtout bouleversée, elle remarqua alors l'écorchure sur sa main. Une marque due à la flèche qu'elle lui avait volontairement envoyé. Une pointe de tristesse effleura ses lèvres. La main tremblotante, elle se saisit doucement de la sienne, comme pour vérifier que la plaie n'était pas trop profonde.

    Je ne voulais pas vous faire de mal... Je ne suis simplement pas habituée à voir quelqu'un dans les parages. Encore moins quand il s'agit d'un mesorian.

    Elle avait sans le vouloir accentué la fin de sa phrase d'une pointe de dédain. Elle relâcha sa main avec la même douceur qu'elle l'avait prise. Elle remarqua le tissu qu'il avait dans l'autre, et regarda intuitivement autour d'elle. Puis elle se saisit de quelques pétales poudreux qui se dressaient à sa gauche. Ses fleurs avaient la faculté de nettoyer avec plus d'efficacité d'un désinfectant. Et en plus de leur côté antiseptique, c'était le seul à être sans douleur pour une blessure ouverte. Elle effrita la poudre sur une grande feuille, et la lui tendit.

    Pour votre main.

    Elle baissa de nouveau les yeux vers le sol, repensant aux dernières minutes qui venaient de s'écouler. Dans les mouvements qu'elle avait effectués, sa capuche s'était machinalement rabattue sur ses épaules, et dévoilait sa chevelure de glace, coupée vulgairement en un carré plongeant à l'aide d'une pierre qu'elle avait taillée. Cela faisait une éternité qu'elle n'avait pas parlé à quelqu'un, et elle s'étonnait presque de savoir encore parler leur langue. C'était étrange, mais ça avait un côté qui la rendait sereine. Pendant l'espace d'un instant, elle eut l'impression d'être moins seule.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   19/9/2013, 12:08

Quand elle prononça son nom, il réalisa qu'elle était la première à le prononcer depuis... Depuis bien trop longtemps. Même ses parents ne s'adressaient plus à lui que par "Hé!", ou "Jeune homme", pour sa mère. Quant à Anselme... Il ne le voyait plus si fréquemment non plus, bien qu'il ait toujours l'impression de ressentir sa présence, quelque part au fond de lui. Il était intrigué, avait peur de n'être pas à la hauteur, en tant que lui-même, de simplement la décevoir en étant cet Adriel dont elle prononçait le nom à voix haute. Une question l'effleura, glaçant son cœur. N'aurait-il pas mieux fait de se présenter autrement? Et si ELLE le dénonçait? Non, non, c'était ridicule, elle avait l'air tellement terrifiée, quelques instants auparavant. *Ô Hygérie, veille sur ton fidèle fils, fais qu'au moins pour cette fois, une chose positive m'arrive, quel qu'en soit le prix à payer par la suite*

Lorsqu'elle se présenta à son tour, il pencha la tête sur le côté, intrigué. Il savait qu'il n'était pas censé le faire, mais il avait trop observé le chat qui venait traîner dans ses jambes, à la bibliothèque, et avait fini par prendre cette manie, pour le singer. Elle était restée, ensuite. Il réfléchissait vite, parfois, même s'il faisait rarement part de ses conclusions. Ce nom. Cette apparence. Un nom d'esclave en total décalage avec ces cheveux presque blancs, ces yeux verts si saisissants. Une Sang-Perdue.

Il ne repoussa pas sa main, n'eut aucune expression de dégoût, de dédain ou de mépris. En un sens, il trouvait cela injuste que ceux-ci soient déconsidérés pour une "faute" qu'ils n'avaient pas commise. Si tant était que ce fut une faute. A quel point fallait-il aimer quelqu'un pour risquer l'opprobre afin d'être avec elle? Un sentiment qu'il ne comprenait pas. Il n'était qu'Adriel. N'avait pas à se poser ce genre de questions, normalement. Il la laissa observer sa blessure, et parvint enfin à s'extirper de sa fascination. Elle la voyait aussi. Elle était réelle. Il n'était pas encore complètement fou. Tenait encore un peu à son corps inutile. Un soupir de soulagement lui échappa, qui se transforma en sourire timide lorsqu'il remarqua la façon dont elle parlait des Mésorians. Il ne put s'empêcher d'ajouter:


"Ne vous inquiétez pas de ça. Si je le pouvais, je ne croiserais pas de Mésorians non plus..."

Pour qui ne le connaissait pas, il n'était pas évident de déceler la pointe de haine dans son propos. Pas qu'à l'encontre de son peuple, non. Mais aussi contre lui, pour ne pas savoir se rebeller, s'affirmer. Le Doyen Anton avait raison. Il n'était qu'une mauviette de scribouillard. Une fille mal-née. Il sortit de sa spirale de réflexion négative quand elle lui tendit une grande feuille. Il la regarda, perplexe, surpris. Il se rendit compte que la peur avait quelque peu disparue. C'était surprenant de pouvoir parler avec quelqu'un.

Il ne savait pas quoi en faire, même si elle lui affirmait qu'il devrait s'en servir pour sa main. Il leva les sourcils en une expression ironique envers lui-même, essuya la trace de boue qui maculait sa joue avec son mouchoir, et laissa échapper:


"Je suis sincèrement navré, Khaleera, mais je ne sais pas comment cela s'utilise..."

Il espérait qu'elle ne se moquerait pas de lui. Pourtant, il avait été habitué à s'attendre au pire, mais à chaque fois, il avait le fol espoir que ce serait différent, qu'Hygérie regarderait par-dessus son épaule avec un sourire bienveillant et le protègerait. Prévision utopiste d'une fin annoncée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   19/9/2013, 16:21


    Lorsqu'il pencha la tête alors qu'elle se présentait, Khalee sentit le rose lui monter légèrement aux joues. De la vraie gêne, pure et dure, mélangée partiellement à la honte d'être ce qu'elle était. Est-ce qu'il avait compris, d'ailleurs, ce qu'elle était ? C'était peut-être son nom qui lui avait mis la puce à l'oreille. Quoiqu'il en soit, elle ne sut plus du tout où se mettre pendant ce laps de temps.
    Elle fut soulagée qu'il ne s'énerve pas quand elle se permit de lui toucher la main. D'autant plus qu'il ne la repousse pas.  Elle avait l'impression de redécouvrir le toucher. Du moins, de celui d'un corps autre que le sien.
    Elle fut surprise lorsqu'il lui avoua qu'il lui plairait de ne pas croiser de mesorians non plus. Etrange, pour quelqu'un qui en fait partie. Ou était-il un sang perdu lui aussi ? Non, il n'en avait pas l'air. Son physique et son prénom respiraient le mesorian, et pourtant, son attitude était différente des mesorians qu'elle avait pu croiser. Evidemment, ce n'était pas pour lui déplaire, au contraire. Elle se surprit à esquisser un sourire à la fois amusé et angoissé lorsqu'elle songea à la réaction qu'aurait eu son père à cet instant précis. Même après toutes ces années, voyant que le jeune homme était seul, il lui aurait certainement sauté à la gorge pour lui arracher le cou, s'il avait eu la moindre pensée que celui-ci puisse faire du mal à sa fille. Encore une présomption. Pourquoi fallait-il toujours agir avant de réfléchir ? C'était idiot au fond, si elle avait été plus courageuse, elle aurait pu viser son coeur au lieu du dessus de sa tête tout à l'heure, et de ce fait, elle l'aurait tué. Elle eut cette envie quand elle était morte de peur, mais même en sachant qu'elle n'en était pas capable, elle se sentit un peu coupable. Et dire qu'elle aurait pu anéantir la vie de la seule personne qui ne l'avait pas jugée depuis douze ans.  Alors elle remercia les cieux de l'avoir rendue un tant soit peu trouillarde, car ainsi, elle avait pu éviter le pire. La prochaine fois, elle essaierait de réfléchir, pas trop, mais quand même un minimum.

    Elle sursauta légèrement lorsqu'il effleura sa joue avec son mouchoir pour effacer la trace boueuse qui s'y était installée. Les yeux ronds, comme incrédule de ce qu'il venait de faire, elle sentit de nouveau le fard teinter son visage, alors qu'elle ne savait simplement plus où se mettre. Elle reprit contenance quelques secondes plus tard, bien qu'encore sous le "choc" de ce geste sans violence. Elle avait presque pu sentir la douceur de ses doigts sous le tissu. Elle en eut un frisson irrépressible. D'ordinaire, il y a longtemps, on mettait des coups sur cette joue, ou encore plus de crasse, mais on n'y portait pas la main avec délicatesse pour y enlever quelques poussières de terre. Si elle ne s'était pas sentie si éveillée, elle aurait pu croire qu'elle rêvait, car tout cela n'avait rien de réel, c'était trop calme, trop tendre, trop trop.
    Dès qu'il l'informa qu'il ne savait pas quoi faire de la poudre qu'elle lui avait tendu, elle accusa le coup et esquissa un petit sourire désolé. C'est vrai, après tout, comment aurait-il pu savoir s'en servir, alors qu'il ne vivait pas dans la jungle depuis ce qu'il lui semblait être une éternité ?

    Ahem. Je-je vais le faire, alors.

    Dissimulant sa gêne, elle lui reprit la main, toujours avec la même douceur que précédemment, et s'appliqua à lui étaler la poudre sur la plaie aussi délicatement que possible. Ce n'était pas bien méchant, mais souvent ce sont les plus petites blessures qui font le plus mal. Et elle lui avait déjà fait mal, elle ne voulait pas recommencer.
    Elle lâcha un moment sa main et se leva pour aller se laver les mains dans le fleuve qui était à quelques mètres de là. Ils ne s'étaient pas autant éloignés qu'elle le pensait de là où ils étaient quelques minutes plus tôt. Elle secoua ses mains pour les essorer, et revint s'asseoir en face de lui. Là, elle appliqua plus proprement la poudre de pétales jusqu'à ce que celle-ci recouvre entièrement la plaie. Par contre, le mouchoir avait été sali puisqu'il lui avait essuyé la joue avec.

    Il faut laisser sécher, et ça devrait aller par la suite.

    Tandis qu'elle contournait sa blessure de ses doigts fins pour enlever le surplus de poudre, elle souriait joliment. C'était un de ces sourires sincères qui s'installent tout naturellement pour pas grand chose, mais simplement parce qu'on apprécie le moment présent.
    Elle finit par lui relâcher complètement la main, et déclara :

    Vous ne devriez plus rien avoir d'ici demain.

    Ces pétales de fleur étaient vraiment géniaux pour les petites blessures de ce genre. Ca soignait rapidement, et laissait moins de trace qu'une cicatrice normale. Ca faisait le rôle de pansement, tout en nettoyant et en refermant. Pratique quoi.
    Elle se mit de nouveau à l'observer, d'un oeil différent cette fois-ci. Juste avant, elle avait considéré comme un ennemi, et l'avait donc regardé comme tel. A présent, ses traits paraissaient beaucoup plus fins qu'il n'y semblait, comme si un voile noir l'avait empêchée de voir avec considération le faciès d'Adriel. Elle lui sourit timidement.

    Si je peux me permettre, qu'est-ce que vous faisiez par ici ?

    Elle ne savait pas combien de temps il allait rester, ni combien de temps il lui faudrait avant de recroiser quelqu'un de gentil, alors autant profiter de l'occasion pour ne pas laisser le silence prendre place une seule seconde. Ce serait tellement de gâchis.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   19/9/2013, 20:00

Fasciné, il la regardait étaler la poudre. Étrange mixture qu'il n'avait jamais vue. Il la croyait sur parole, car il n'y connaissait rien. N'avait que rarement l'occasion de se blesser, par ailleurs. Malgré le fait qu'il fut condamné à mourir au nom d'un autre. Il regardait à peine sa main. N'en avait cure. Il n'était pas gaucher. Plus depuis longtemps.

Il fixait ce visage fin et pâle, si différent de ce à quoi il était habitué. Mais il ne fréquentait que peu de femmes. Peut-être possédaient-elles toutes cette apparente fragilité. Mais cette force intérieure qu'il avait pu constater. Quel courage il lui avait fallu rassembler pour l'affronter, s'exposer dans la lumière du jour. Elle avait dû être chassée de chez elle. Et si un de ses parents était bien Torkos, elle avait dû être esclave. Elle n'avait pas d'anneau. Probablement une Hors-la-Loi, une qui s'était affranchie d'elle-même.

Mais en voyant ce sourire si sincère, il ne souhaitait simplement pas y penser. Les rares sourires qui lui étaient accordé l'étaient par le Secrétaire du Doyen, ou par les Bibliothécaires. Mais ils étaient plus... professionnels. Parce qu'il n'était qu'un gratte-papier lambda, pour eux. Là... Ce sourire était pour Adriel. Il était chaleureux. C'était étonnant. Surprenant. Il ne savait pas vraiment qu'en penser. Que ressentir. Mais il ne ressentait nulle colère, nulle haine, nulle peur. Était-ce ainsi, d'être une personne normale? Simplement acceptée?

Il tressaillit quand elle lui demanda pourquoi il était là. Avait-il seulement envie de lui dire ce qu'il faisait? Le pouvait-il? Le comprendrait-elle? Il laissa le silence s'éterniser, les mains ramenées dans son giron. Il n'osait pas la regarder. Il reprit, dans son murmure habituel, qu'il avait abandonné au profit d'une voix plus ferme, et harmonieuse:


"Ma famille a été invitée à une expédition de chasse par la noblesse d'Opale. Je déteste ça, mais je n'ai pas vraiment le choix..."

Il ne savait pas quoi lui dire d'autre. Ne savait pas quoi demander. Qu'accepterait-elle de lui dire. Il n'osait pas, n'osait plus. La peur était revenue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte PNJ
avatar
Compte PNJ

Messages : 153
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   20/9/2013, 21:42

Contre le flanc du mont englouti s'étend une forêt dense. De loin, elle semble si paisible ... Mais il suffit de s'approcher un peu pour y entre voir de l'activité. De la vie qui gambade. Ici deux humains qui discutent, et là deux Grollons qui se sont un peu trop éloignés de la grotte familiale.
Ils sont tout curieux, et les voilà devenus téméraires qui s'avancent entre les troncs sinueux, de leur démarche primitive.
L'un a la peau plus grisâtre que l'autre mais à n'en pas douter ils font à peut près le même poids : un beau 300 kilos qui s'amassent sur leur ossature déjà imposantes. Le premier et sans aucun doute l'initiateur de cette sortie clandestine se redresse sur ses membres inférieur, atteignant alors sans mal le mètre cinquante, et de son nez écrasé renifle l'air qui les entour.
Le voilà qui plisse les yeux. Il a trouvé une odeur nouvelle. Une odeur qu'il n'a jamais senti. D'un grognement, il attire l'attention de son frère, un peu plus réservé, et l'intime à continuer en suivant l'odeur. Ou plutôt les odeurs ...
Il veut savoir ce que c'est là ... Peut être à mangé ! Car à bien y regarder, il a un peu faim quand même. Et comme il n'a jamais rencontré de créature plus grande que lui, il se dit que celles qui dégagent ce parfum doit forcement être plus petit et pas dangereux.

Franchement, il écarte de son chemin ce qui peut le déranger jusqu'à ce l'odeur devienne plus forte que jamais. Et enfin, il les voit. Ces deux être qui quand il se tient accroupi sont plus haut que lui, mais bien moins imposants. Il freine et gronde, surpris de les voir si près. Derrière lui son frère garde ses distances pousse un couinement inquiet comme pour intimer son ainé de rentrer et de pas toucher à ces choses qui les regardent avec trop de franchise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   20/9/2013, 23:11

    Elle l'écouta lui raconter qu'il était ici sur invitation d'une autre famille. Si sa famille avait été conviée par les nobles d'Opale-même, c'est qu'il devait lui aussi faire partie d'une famille importante. Elle songea un instant que cette rencontre était d'autant plus surprenante du coup, car en plus de parler avec un mesorian, il se trouvait qu'il était haut-placé. Peut-être pas lui-même, mais la famille dont il venait, oui. Elle en ressentit une étrange sensation, mêlée entre l'angoisse et une pointe de curiosité. Mais pourquoi la chasse ? Elle laissa de côté cette interrogation, se disant qu'elle ne pouvait simplement pas comprendre puisqu'elle était à l'opposé de leur façon générale de penser.

    Et alors qu'elle le regardait de nouveau, elle perçut un bruit faible. Au début, elle n'y porta pas plus d'attention, pensant que c'était sûrement quelques animaux de l'immense forêt qui passaient par là. Et pourtant, un autre bruit attira son oreille encore une fois. Cette fois-ci, elle fronça légèrement les sourcils, marquant volontairement le silence. Elle regarda en direction d'où cela semblait venir, se tourna même complètement alors qu'elle était encore sur les genoux, et fixa l'énorme masse brouissailleuse dans sa ligne de mire.

    Uh !

    C'est là qu'elle sursauta. Devant les deux grollons qui se tenaient devant eux, Khalee eut le réflexe de vouloir saisir son arc, mais percuta bien vite qu'elle l'avait laissé par terre au pied de l'arbre.

    Adriel, ne bougez plus.

    Elle s'immobilisa, et ne quitta plus les deux - déjà grosses - bêtes qui venaient d'apparaître des yeux. Elle savait par expérience que ces deux-là n'étaient pas encore adultes, mais que s'ils trainaient par là, alors leurs parents ne devaient pas être très loin. Et ça, ça l'inquiétait, car vue la mine qu'ils tenaient, ils cherchaient quelque chose à se mettre sous la dent. Et s'il en était de même pour les grolls, alors là, ils avaient un réel problème. Elle murmura à l'attention du mesorian :

    Il va falloir s'en aller, le plus doucement possible, sans les effrayer.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   21/9/2013, 00:01

Il ne sut jamais ce qu'elle aurait pu lui dire, pour répondre à son murmure, à sa colère. Il n'aimait pas devoir parler des raisons pour lesquelles il quittait sa tour, sa demeure, ses livres de compte et de contes. C'était à cause d'Anselme, du Doyen Anton, des menaces. Des autres nobles. Des nobles inférieurs. Et pourtant, qui causaient tant d'ennui. Car il n'y avait que peu de familles Doyennes en comparaison. Il avait eu envie de s'énerver, pour une fois. De vraiment vocaliser, verbaliser, ses sentiments complexes, emmêlés. Il avait eu l'impression qu'elle l'écouterait, même si elle ne comprenait pas. Il se sentait frustré dans sa tentative.

Elle tourna la tête avec un bruit étrange, se releva à demi. Soudain sur le qui-vive, il promena son regard alentours pour tomber finalement sur... Son sang se glaça dans ses veines. Il savait pertinemment de quoi il s'agissait. *Ô Hygérie, protège-nous!* Quelle ironie. Il venait de trouver une personne qui l'écoutait, et il fallait... Il retint la colère. Elle ne lui servirait à rien. Ne le sauverait pas.

Adriel regarda Khalee en coin. Elle avait l'air de savoir ce qu'elle faisait, et il hocha donc doucement la tête. Il obéirait. Une fois encore, il en était réduit à ça. Mais la peur était bien trop forte pour qu'il tente de faire autre chose. Il retint un petit geste ironique quand elle lui signala de ne pas lui faire peur. Tant que ces bestioles n'avaient pas aussi peur que lui, il ne risquait rien.

Cependant, il se releva doucement, sans bruit fort, sans geste brusque. Commença à reculer. Porta une main à sa ceinture avant de se rappeler qu'il avait laissé ses armes au campement. Il voulait être seul, au calme. Lui-même. Ne pouvait-il donc qu'enchaîner les mauvaises décisions? Il s'exhorta au calme. N'y parvint qu'en touchant du bout du doigt l'essence d'Anselme, ce rôle si fréquemment joué. Cet homme qu'il pensait connaître aussi bien que lui-même, peut-être même mieux. Son cœur battait toujours la chamade, mais au moins, il pouvait conserver les apparences.

Mais il était aussi lui, et quelque chose lui revint en mémoire, et il demanda, à voix basse, intrigué:


"Est-ce que vous savez chanter, Khaleera? Ou siffler, à défaut?"

Sa propre voix était un peu trop basse, mais peut-être pas la sienne. Ne restait plus qu'à espérer qu'elle pouvait lui répondre positivement. En attendant, elle savait peut-être quoi faire, et il recula donc, peu assuré... Il ne restait plus qu'à espérer qu'elle savait VRAIMENT quoi faire...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   22/9/2013, 21:42

    Ne pas paniquer, ne surtout pas paniquer. Ce n'était que des petits après tout, ils s'étaient peut-être simplement perdus. Mais ils restaient quand même dangereux, s'ils décidaient de charger, elle n'osait imaginer le poids qu'ils se prendraient violemment. Sans parler des parents. D'ailleurs, en parlant de ces derniers, Khalee observa furtivement les alentours pour être sûre qu'ils n'allaient pas débarquer en furie pour les mettre tous deux en charpie.
    Elle arqua légèrement les sourcils quand le mesorian lui demanda si elle savait chanter ou à défaut, siffler. Elle n'aurait su dire si elle savait chanter, car elle ne connaissait même pas de chanson. Mais elle savait siffler oui. Pourquoi ?

    Eh bien, je pourrais siffler oui, mais dans quel but ?...

    Pourtant, bien qu'elle n'ait aucune idée de là où il voulait en venir, elle choisit de lui faire confiance aveuglément, et commença donc à siffler un air au hasard. Les deux grollons se mirent alors à la regarder avec curiosité. Elle entreprit de se relever avec la plus grande précaution, et se mit alors à marcher sur le côté, un peu à la manière d'un crabe, en continuant de siffloter. Elle arriva finalement à la hauteur de l'arbre dans lequel elle s'était perchée au début, et entreprit de se baisser doucement, pour récupérer son arc et carquois. Puis elle se releva en répétant le même manège jusqu'à revenir à sa position initiale.

    Et maintenant ?

    Au moins, elle avait récupérer son arme.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte PNJ
avatar
Compte PNJ

Messages : 153
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   22/9/2013, 21:58

Le son au début intriguant devint rapidement désagréable aux oreilles des Grollons. Le premier se mit à remuer de la tête avec mécontentement. Le deuxième quand à lui semblait devenir de plus en plus angoissé.

L'une des "choses" s'était mise à bouger. Elle avait attrapper un objet. Le premier Grollon comprit qu'il y avait là comme une sorte de provocation. Si elle n'était pas partie en courant, c'était qu'elle n'avait pas peur de lui.

Il se dressa alors sur ces postérieurs et frappa sèchement sur sa poitrine dans un geste irrité. Il poussa un grognement qui n'avait plus rien d'anodin. Et même si il ne s'agissait que d'un petit, la façon dont il laisser entre voir ses crocs (mimique qu'il avait appris de son père) n'avait rien d'engageant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   22/9/2013, 23:32

Il poursuivit son lent retrait, la peur au ventre. Il sentait ses jambes faiblir. Il fallait qu'il tienne, encore un peu. Cela devrait fonctionner, normalement. Lorsqu'elle lui répondit, perplexe, qu'elle pourrait siffler, et commença sans attendre sa réponse, il fronça les sourcils. Aigu. Il fallait siffler aigu. Il aperçut du coin de l’œil qu'elle continuait à reculer, jusqu'à atteindre son arc, mais il surveillait surtout les grollons. Ceux-ci se levèrent, semblant furieux, à moins que sa panique ne le fisse extrapoler leur réaction. Il était pourtant certain d'avoir lu qu'ils n'appréciaient pas les sons haut perchés. Il se morigéna mentalement. "Ne pas apprécier" ne signifiait pas "avoir peur de". Il aurait dû le savoir, pourtant. Il n'avait probablement fait qu'aggraver la situation, encore.

Il poursuivit son mouvement, tentant de réfléchir. Ils ne pourraient pas s'en sortir à deux, même s'il avait été armé. Il était aussi piètre archer que piètre guerrier ou lutteur, de toute manière. Mais il fallait se rendre à l'évidence, ils n'avaient plus beaucoup de temps devant eux avant l'assaut. Pressant, il lui souffla, la voix un peu plus assurée. Il n'était déjà plus tout à fait Adriel. Il replongeait dans son rôle. Celui qu'il lui fallait à nouveau endosser comme une cape trop confortable. Celui qui avait fini par devenir une part de lui.


"Khaleera... Nous ne nous en sortirons pas si nous restons ensemble. Partez de votre côté, je vais les attirer vers le camp de chasse. Les hommes y sont nombreux, bien armés et entraînés. Et Mésorians. C'est trop dangereux pour vous..."

Dans son esprit, Anselme réfléchissait à la meilleur stratégie pour les attirer. Les autres nobles, et les chasseurs, les abattraient facilement. Il pourrait même se vanter d'avoir débusqué de meilleures proies que les éclaireurs ou les rabatteurs. Oui, tout irait pour le mieux. Le frisson de la chasse assura ses jambes alors qu'il adoptait une attitude plus agressive, dans sa posture, dans son positionnement, pour attirer leur attention. C'était le moment de mettre son plan à exécution.

Il poussa un sifflement strident, et commença à reculer plus vite, sans les quitter des yeux, en direction du camp. Ne restait plus qu'à alerter les autres. Il emplit ses poumons au maximum et, d'une voix de stentor qui n'aurait jamais pu franchir la barrière des lèvres d'Adriel, il appela:


"ATTAQUE DE GROLLONS! A MOI, CHASSEURS! MONTREZ-MOI CE QUE VOUS AVEZ DANS LE VENTRE, NOBLES DU SUD!"

Il fut satisfait de percevoir des cris et jurons, des bruits d'armes et des pas précipités. Et quelque part, loin très loin dans l'esprit d'Anselme, une petite voix s'inquiéta, se demandant si Khaleera avait eu le temps de s'enfuir...


Adriel Alemel

"Le silence a le poids des larmes"

Adriel s'exprime en Crème : FDF1B8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   23/9/2013, 00:09


    Elle n'eut pas le temps de prévoir le retournement de situation. Si elle avait su qu'il en profiterait pour aller prévenir la cavalerie, Khalee ne l'aurait pas écouté. Car alors même qu'il venait de finir de lui dévoiler son plan, un sifflement aigu s'échappa de ses lèvres et il se mit à courir.

    Non Adriel, attendez !

    Inutile, il était déjà parti, et les grollons semblaient visiblement plus énervés. Elle tenta tant bien que mal de leur dire de fuir, mais c'était peine perdue également. Allez expliquer à des animaux furieux et affamés que vous essayez de les aider alors qu'ils souhaient faire de vous leur repas. Hilarant, non ?
    Pourtant, elle se refusait à l'idée qu'ils paient leur droit de vivre. C'était comme accepter qu'elle-même était en faute de frôler ces terres. Ce lieu était leur habitat naturel, ils n'avaient rien fait de mal, ils s'étaient juste retrouver au mauvais endroit au mauvais moment. Mais elle savait qu'à présent il fallait réagir. Elle devait faire quelque chose. Mais quoi ? Si les grolls des petits se ramenaient, tout cela allait tourner en carnage. S'ils ne venaient pas, alors les deux grollons allaient mourir et finir en trophées de chasse. Et elle, que pouvait-elle bien faire alors qu'il avait clairement préciser qu'une bande de mesorians armés allait débarquer ? Elle maugréa intérieurement en lâchant des jurons à voix haute. Puis, aussi rapidement qu'elle le put, elle tira une flèche sur un lapin qui passait par là, l'agita devant le nez des grollons alors que le sang suintait de son corps, et balança le corps dans la direction opposée du campement vers lequel Adriel était parti. Elle espérait réellement que ce plan fonctionnerait, mais elle n'attendit pas d'en voir le résultat. Elle se mit aussitôt en route vers la direction que le mesorian avait pris, priant intérieurement son dieu disparu que tout se déroule pour le mieux.

    Tout son esprit fulminait quand elle arriva à hauteur du campement, elle se cacha un instant en entendant les cris déterminés s'approcher rapidement. Puis, au moment opportun, elle escalada un arbre et se percha sur une branche, bien visible des mesorians, et d'Adriel qui ne semblait plus tout à fait lui-même. Elle lui lança un regard avant de se concentrer sur la petite foule.

    Hey, bande d'attardés ! C'est trop tard, les grollons sont partis !

    Puis, esquissant un sourire des plus provocateurs, elle releva sensuellement les pans de sa robe le long de sa jambe droite, laissant entrevoir vulgairement le haut de sa cuisse. Elle reprit :

    Mais... si vous voulez jouer, je suis à celui qui m'attrape. Mais vous serez sûrement trop lents !

    Et en moins de temps qu'il en faut pour le dire, elle sauta de sa branche à terre, leur lança le regard le plus ravageur qu'elle put, et se mit à courir dans une direction adjacente au campement et à l'endroit où devaient se trouver les grollons, espérant qu'elle aurait assez de charme pour affamer des hommes qui venaient de perdre leur butin. Elle savait ce qu'elle risquait en agissant ainsi, et imaginer qu'on puisse profiter d'elle à nouveau la fit déglutir, mais elle savait par expérience que la chair attire les hommes, et elle n'avait rien trouvé de mieux pour les intercepter. C'était sans doute beaucoup donner pour un simple duo de grollons, mais elle se sentait responsable de ce qu'il risquait de leur arriver. Le plus important à présent, c'était de leur échapper s'ils suivaient. Elle connaissait parfaitement les lieux contrairement à eux, mais elle sentait la peur lui nouer l'estomac.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   23/9/2013, 17:26

Devant ses yeux déterminés, il voyait le campement s'organiser, les chasseurs prendre leur pique, se rassembler, les éclaireurs se déployer pour rabattre les Grollons. Son Aide vint le débarrasser de sa cape, lui apporter ses armes et son armure de cuir. Son Escorte vint se placer à son côté, alors que les autres nobles convergeaient vers lui. Ils se plaçaient d'autorité sous son commandement. Il était celui qui avait découvert les proies, après tout. Et son rang était le plus élevé. Un sourire autoritaire, arrogant, étira ses lèvres. La stratégie se mettait en place, et la petite troupe s'ébranlait à peine lorsqu'une voix lui fit lever la tête.

Quelque part, au fond de lui, un cri terrorisé fusa. *Par Hygérie, que fait-elle ici? C'est bien trop dangereux, elle a dit être recherchée!* Il haussa les épaules, rejeta la voix. Il ne connaissait pas cette femme, et n'avait aucun intérêt à s'inquiéter pour elle. La ribaude n'avait pas mauvais allure, cela dit. Okanakie, peut-être. Et entreprenante. Il aimait ça. Cependant, sa remarque sur leur stupidité supposée lui arracha une grimace. Il était globalement pour la paix entre les peuples. Normalement. De plus, il ne voyait pas ce qui aurait pu pousser les Grollons à fuir. A part pour aller chercher les parents, ce qui ne rendrait la chasse que plus intéressante.

Il la regarda dévoiler ses charmes, sans aucune pudeur, telle n'importe quelle fille de joie d’Épieux, les tentant sans honte aucune. La voix, perplexe, posait d'inutiles questions. Froidement, il observa la réaction de cette intervention sur ses hommes. Attendit. Encore. Jusqu'à ce que certains se dandinent de gêne et envisagent de la suivre. Il s'avança alors, talocha le chasseur hésitant le plus proche, et prit la parole d'une voix de stentor, si semblable à celle de son père. *Si détestable...* Il chassa la voix comme une mouche inopportune.


"Chasseurs! Pensez-vous donc avec vos vits plutôt qu'avec vos arcs? Quelle gloire vous rapporte de trousser la première ribaude venue, à cinquante qui plus est, quand celui qui apportera les têtes des Grollons et de leurs parents sera ovationné et fera tomber dans son lit les plus belles femmes? Vous connaissez la marche à suivre. A vos pics, Chasseurs! POUR LA GLOIRE!"

Sur ces derniers mots, il brandit sa pique, et les vivats retentirent, avant que les chasseurs ne se déploient finalement. *Par Hygérie, qu'ai-je donc fait?* La poursuite avait commencé. Il reviendraient avec ces Grollons, ou ils ne reviendraient pas, foi d'Anselme...


Adriel Alemel

"Le silence a le poids des larmes"

Adriel s'exprime en Crème : FDF1B8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   23/9/2013, 18:38

    Ridicule. C'est le seul mot qui lui vint à l'esprit pour se décrire dans la situation actuelle. Sa tentative n'avait eu qu'un effet moindre et furtif. "Trousser" ? "Ribaude" ? Si Khalee n'avait subi d'expériences traumatisantes avec les hommes dès son plus jeune âge, elle s'en serait presque sentie vexée, voire outragée. Et ce jeune mesorian avec qui elle parlait quelques minutes plus tôt, où était-il passé ? Elle avait l'impression d'observer une toute autre personne, comme si son attitude précédente n'avait été que subterfuge et tromperie. Et là, elle se sentait véritablement trahie. Pour une fois elle avait laissé sa méfiance de côté, elle l'avait soigné, et en retour il arborait fièrement ses jalons de petit merdeux haut placé. Quel toupet il avait !
    Pour la gloire. Mais la gloire de quoi, bon sang ?! Quelle gloire y avait-il à ôter la vie de deux êtres en bas âge qui n'ont fait que passer par là ? Surtout qu'ils ne risquaient pas d'en faire leur repas après. Alors pourquoi ? Elle pestiférait intérieurement, et songea un instant qu'elle aurait aimé viser autre chose que sa main. Mais elle se reprit rapidement. N'avait-il pas laissé entendre qu'il était là plus par obligation que par envie ? Peut-être. Seulement, elle ne savait plus ce qu'elle devait croire, puisqu'il semblait maintenant si impatient d'en découdre. Spectatrice de son double jeu, quel visage était-elle censée reconnaître réellement ? Celui d'un homme encore enfant qui semblait triste, ou celui d'un mesorian fier de sa posture et très doué pour manipuler les autres ? Elle n'aurait su dire.
    Mais pour le moment, il fallait les empêcher de retrouver les grollons. Et puisque cette façon-là n'avait pas fonctionné, elle ne savait plus du tout quoi faire pour les retenir.

    Elle entreprit toutefois de les poursuivre, à une certaine distance qui lui permettait de passer inaperçue, mais elle les observait, ne les quittait pas des yeux, jusqu'à ce qu'ils rejoignent l'endroit exact où elle avait laissé les deux petits.
    Elle regarda aux alentours, toujours pas de grolls dans les parages. Elle était terrifiée, et inutile. Elle ne savait véritablement plus quoi faire. Mieux armée et capable de se servir d'armes plus lourdes qu'un simple arc et ses flèches, elle aurait pu tenter de les combattre. Mais là, cela ne servirait à rien. Au mieux elle y perdrait la vie, au pire elle se retrouverait prisonnière et risquerait de passer un sale quart d'heure. Elle en frissonna de dégoût rien qu'à l'imaginer. Et pourtant, elle ne pouvait pas se permettre de les laisser les abattre. Mais à quel prix était-elle prête à remettre sa liberté en jeu ?
    Elle attendit. Quoi ? Elle ne savait pas trop. Une ouverture. Un déclic. Un miracle peut-être.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Compte PNJ
avatar
Compte PNJ

Messages : 153
Date d'inscription : 12/09/2013

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   24/9/2013, 21:49

Finalement, ce qu'il y avait de plus intéressant que ces drôles de créature, c'était la viande donné gratuitement.
C'était sans se faire prirer que le premier grollon avait attrapé le lapin, et lui avait d'un seul coup de mâchoire coupé le corps en deux pour mâchera aussi facilement sa chair que ses os. A son petit frère, il avait laissé le reste... Mais pas le temps de savourer, car déjà l’odeur des hommes s’amplifient et des bruits métalliques les inquiètent, le peureux comme le téméraire. Il y a des chose qu'il n'est pas bon de découvrir : une troupe humaine vous faisant la chasse était de celle là.
Les deux Grollons alors déjà font demi-tour. De leur course pataude ils regagnent le chemin leur tanière, et le deuxième lance des petits couinement angoissés.
D'abord le silence les gagnes puis un grognement fort leur répond : leur mère les a entendu, et bientôt la foret vibre de la course enragée de celle ci qui se jette à la rencontre de ses petits pour les protéger.
Qu'importe que les hommes soient mille ou cent, déjà elle a arraché un jeune arbre du sol, comme si il avait été un simple cure-dent, et se dressant sur ses postérieurs pour dominer ses adversaires elle abat sans ménagement son arme de fortune sur les imprudents qui ont osé défier sa colère.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Messages : 196
Date d'inscription : 17/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 19 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : Crème

http://archipel.forums-actifs.com/t127-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t126-adriel-alemel
http://archipel.forums-actifs.com/t102-adriel-alemel

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   25/9/2013, 23:02

Tout autre considération était oubliée. La chaleur de la bataille, du sang qui rugit, qui coule, des chairs qui se déchirent, la corde des arcs qui se détend, le piétinement des soldats, les cris qui s'échappent de leur gorge quand ils frappent ou meurent. Anselme avait oublié tout le reste. En ces moments seuls, la haine qui tourbillonnait en son sein trouvait une échappatoire. Les ordres fusaient, et les lames dans ses mains n'étaient pas les dernières à fendre l'air ou la chair.

C'était un de ces moments de lâcher-prise. Un où il oubliait tout. Jusqu'à la voix qui lui hurlait de tourner la tête, de vérifier que la gueuse avait bien vidé les lieux et qu'elle était en sécurité. *Huh, quel intérêt? Tais-toi donc, je suis occupé, là.* L'arrivée de la mère changeait tout. La stratégie était à revoir. Il se redressa, évalua la situation, cria ses ordres. Que la bataille commence!


Adriel Alemel

"Le silence a le poids des larmes"

Adriel s'exprime en Crème : FDF1B8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   25/9/2013, 23:44


    Le miracle ne vint jamais. C'était fini. Déjà la mère des grollons surgissait, furieuse, armée d'un arbre qu'elle avait arraché du sol sans problème. Khalee n'avait plus rien à faire ici. Elle se sentait à la fois trahie, triste, mais surtout en colère. En colère contre ce mesorian du nom d'Adriel qui avait réussi à la tromper avec ses airs simplets de petit gringalet. Et maintenant, c'était avec un certain dédain qu'elle l'observait brandir les armes et encourager la cavalerie.
    Elle les trouvait décidément vraiment répugnants. Un comportement typique des mâles mesorians. Massifs, brutes épaisses, qui n'agissent qu'avec leurs couilles avant de réfléchir avec le peu de cervelle qu'ils ont.
    Elle avait pourtant cru que lui serait différent. Belle déception. Ca lui apprendrait à copiner avec l'espoir.

    Son regard devenu noir était dirigé sur cet être de chair et de sang qui n'était plus chétif. Elle le dévisageait de là où elle était.

    *Mieux vaudrait pour toi que tu ne te ballades plus seul par ici, mon garçon.*

    Elle songea, se découvrant rancunière. Elle avait entendu dire d'antant que la trahison était le pire à faire à une femme. C'était peut-être vrai. Quoiqu'il en soit, la sang-perdue finit par disparaître, pour laisser le destin décider de ce qu'il adviendrait de chacun. Le sort en était jeté, et elle, conserverait la vie un peu plus longtemps, pour cette fois-ci.


FIN DU RP





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La louve et l'agneau. [Pv Adriel]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La louve et l'agneau. [Pv Adriel]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La louve et l'agneau. [Pv Adriel]
» (m) ADAM GALLAGHER ☞ l'ennemie de l'amour, c'est la vie
» Amour d'une Louve
» Maria la fille louve
» Gif Your Life

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archipel forum de fantasy  :: Le mont Englouti-