Partagez | 
 

 Soirée entre hommes [pv Warren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Beau gosse de la Meute
avatar
Beau gosse de la Meute

Messages : 104
Date d'inscription : 23/10/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage :

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole :

MessageSujet: Soirée entre hommes [pv Warren]   21/1/2015, 22:58

Comme vous le savez probablement, la confiance est une vertu que j’ai parfois du mal à cerné. Mise à part envers Calliopée, je n’ai jamais su faire confiance à quelqu’un d’autre dans ma vie. A chaque fois, toutes les personnes que j’ai pu fréquenté m’ont déçu… si on retire tous les plaisirs charnels de la vie bien sûr. Néanmoins, il est bien difficile de vivre une vie sans ami ni personne sur qui compté. Cela m’offre au moins la certitude de ne pas être trahi, mais la contrepartie est quand même très forte. Ceci dit, je ne me plaignais pas de cette solitude et, je n’étais pas réellement seul avec toutes ces femmes qui passaient le pallier de ma porte juste pour connaitre un peu de douceur et de chaleur dans un lit.

En parlant de cela, c’est de cette manière que j’ai rencontré un Mesorian bien curieux et bien étrange. Cet homme s’était dissimulé chez moi et avait pris place sous ma couche alors que le jour même j’avais trouvé une femme particulièrement belle et, également, particulièrement affamée si vous voyez ce que je veux dire. Enfin, après avoir entendu son histoire, je ne pouvais lui en vouloir. Cela m’avait embêté, mais il a fallu que je laisse cette jeune femme s’en aller afin que je m’occupe pleinement de cet homme. Non pas que j’avais d’ors et déjà confiance en lui, non, mais je voulais garder un œil plein sur lui sans avoir une distraction à côté de moi constamment. Lui et moi avons passé toute soirée ensemble à boire modérément et à bavarder de choses et d’autres mais surtout de lui… Je ne voulais pas parlé de moi. Je peux me tromper, mais je pense que lui aussi se méfiait de moi à l’époque. Il est partit à m'aurore et je ne l’ai plus revu… Mais il tenait quand même à ce que l’on reste en contact. Il disait être reconnaissant pour moi de l’avoir planqué le temps qu’il fallait et, qu’un jour, il me revaudrait se service. Jusqu’à la fin de l’automne de cette année-là.

Le jour de la reconnaissance est finalement arrivé plus tard dans l’année. Ce jour-là, comme chaque année, Calliopée m’offrit une somme d’argent non négligeable avec pour ordre strict de tout prendre. Je ne pouvais pas non plus me payer un château, mais par rapport au salaire de ma Maitresse, j’étais vraiment gâté et je le savais. Bien sûr, je prenais l’argent sans bronché mais, avec, je lui paierais un cadeau. Je profitais chaque année de ces deux jours pour lui offrir des cadeaux. Evidemment, je m’achetais également quelques bricoles pour décorer ma chambre ainsi que quelques vêtements, mais jamais rien d’extraordinaire.

Bref, ce jour-là, je reçu du courrier (chose extrêmement rare). C’était ce fameux Mesorian que j’avais rencontré deux saisons plus tôt. D’ailleurs, je n’ai pas encore mentionné son nom, mais il s’appelle Warren. Dans cette lettre, il m’invitait à passer la soirée voir la nuit chez lui si je n’avais nulle part où dormir ce jour-là. Bien que je n’avais pas tellement confiance en cet homme, il fallait bien reconnaitre qu’il n’avait rien de quelqu’un de mauvais. Pourtant, il m’aura suffi en total de deux nuit ensemble pour que je lui fasse entièrement confiance. En voici le récit :

Ainsi, je me suis donc rendu à l’adresse qu’il y avait en bas de la lettre. J’avais une main qui  tenait un sac avec mes achats et dans l’autre, une bouteille d’hydromel. Je suis peut-être un Torkos, je ne suis pas pour autant mal poli. Néanmoins, en y repensant, je ne pense pas qu’il y ait eu beaucoup de Torkos aussi fou que moi, à passer une soirée avec un Meso. Après avoir frappé à la porte, j’attendis mon hôte en regardant passé les femmes dans les couloirs. Deux superbes Torkos se tenant par le bras ne passèrent pas loin de moi. Elles riaient ensembles et aussitôt, j’entrepris de fantasmé sur leur soirée. Un soupire s’échappa de ma bouche avant que finalement la porte s’ouvre… Le sort en était jeté !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchesable sans racines
avatar
Marchesable sans racines

Messages : 211
Date d'inscription : 28/09/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 29 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : 8d664a

MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   23/4/2015, 10:22

SOIREE ENTRES HOMMES × JOURS DE RECONNAISSANCE 1648
l apprécie le vent qui se cogne contre les toiles des tentes, le bois qui craque sous l’orage, l’odeur de la nature après la pluie, la couverture rugueuse tissée par sa meilleure amie, suivre les traces d’un animal pour l’observer des heures durant et tant de choses encore, tant de sujets qui lui rappelait l’enfance, tant de sensations dont il avait tourné le dos et dont le manque transformait tout en névrose. Ainsi, peu lui importait la saison ou le temps, il ouvrait toutes les fenêtres d’une pièce. Ayant passé presque sa vie entière dans les terres sauvages d’Archipel, notre charpentier n’aimait pas les lieux clos et les petits espaces. Il étouffait.
Alors, il loua un lieu de taille respectable pour un célibataire, avec de grandes fenêtres, au dernier étage du bâtiment. Une vue qui donnait sur les toits, un peu de vis-à-vis et on pouvait entendre les conversations des clients de l’auberge en bas de la rue. Le mésorian détestait aussi le silence des villes.

En ces jours de reconnaissance, il décida de les passer sur Ileval, d’une pour rendre visite à sa belle-famille et surtout pour remercier celui qui lui sauva indirectement la vie.
Tout commença par un piège mortel, tendu par un commerçant payé grassement par un haut dirigeant, qui par chance ne fonctionna qu’à moitié donnant l’occasion à Solal de s’enfuir. Sachant que son agresseur avait une excellente réputation, notre charpentier pensa qu’il n’oserait pas le chercher dans un bordel. C’est là qu’il fit la rencontre d’Irvhin Karnak, l'escorte de la prestigieuse hétaïre Calliopée Kanpios, qui lui offrit un abri sûr pour la nuit. Cependant… en voyant ce célibataire, il pensa à sa vie avant sa femme et à toutes les bêtises qu’il avait faites. En fait, le mariage fut ce qui l’a transformé et réussit. Solal se promit alors qu’il sauverait cet homme en lui montrant les bienfaits du sacro-saint-magnifico-pailleté-mariage ! Et quoi de mieux qu’un bon dîner montrant de saines et bonnes valeurs pour le convaincre ? Pauvre torkos.

Alors quand Irvhin toqua à la porte, c’est un homme un peu brut de décoffrage et aux manières franches qu’il l’accueillit. Ici, c’est à la bonne franquette comme dans les Cités Libres. Il lui indiqua d’ailleurs où se servir une bière fraîche. Une valoise évidemment. Ah ! Si ce torkos savait quel homme il était avant Anita…
Plus jeune, notre hôte aimait la fête, le vin et les femmes, croyant fermement que ses pieds étaient bien ancrés dans le sol. Avant de rencontrer Anita, mariage rimait avec servage. Se marier, déclarait-il, c’est fermer son cœur au monde, c’est être transformé par la volonté d’une autre, c’est même devenir un objet que l’on pose sur une étagère. Oh oui ! On pouvait l’entendre clamer haut et fort dans toutes les tavernes. Le grand et unique amour ? Une invention ! Et qui dure toute une vie ? Foutaises, ça ne tient qu’une poignée d’années avant de se transformer en amitié. Une femme qui remplace toutes les autres ? Balivernes ! Racontars de vieux conteurs ! Il refusait de fermer la porte à de nombreuses expériences pour une question de… guimauves, sucre roux et autres choses collantes et stupides.
Seulement voilà, Anita a fait irruption dans sa vie et il oublia rapidement toutes ses sages résolutions ; sans de rendre compte, il parlait de fidélité et avait un air niais en voyant des petits babiller dans leurs landaus. Deux décades plus tard, on le découvrit dans le rôle du bon époux, heureux d’avoir trouvé une âme qui l’aimait avec ses défauts et qualités. Il vivait l’amour inconditionnel des vieux conteurs ! Oui mesdames et messieurs.

Avec l’expérience, il comprit l’importance de choisir la bonne personne et qu’hélas, on ne pouvait s’en rendre compte qu’avec un mariage. Il avait pourtant tiré un bon numéro. Elle était humaine et imparfaite, cela lui suffisait. Il aimait ces nuits à refaire le monde ou trouver un moyen de la consoler quand un de ses personnages de roman préféré venait de disparaître. Elle était incapable de retenir une blague et se mettait à rire pour rien. Tout était prétexte à être heureux. Lui qui cherchait la confrontation comprenait en voyant agir sa femme, qu’on pouvait se faire respecter en restant calme et courtois. Elle lui avait beaucoup appris sur la confiance, l’intégrité et l’honnêteté, en étant simplement elle-même. Indirectement, en effet, il changea mais en bien. Tout ceci n’avait duré que deux années et pourtant, il n’avait jamais cessé de lui porter un amour tendre et fidèle. Peu lui importait ses dernières actions. Il lui avait pardonné. Jamais il n’aurait cru être capable de clémence, à croire que même dans la mort, Anita continuait à rester magique.
Aujourd’hui, il connaissait la tristesse et le manque. Pourtant, il recommencerait sa vie si cela pouvait lui permettre revoir sa famille. Il pense toujours à son fils et pour adoucir sa tristesse, imagine que sa famille est en sécurité et heureuse dans un monde beau et juste. Peut-être que sa femme a trouvé un homme qui pourrait éduquer son enfant et la rendre heureuse. C’était tout ce qu’il leur souhaitait. Tout ce qu’il pouvait faire.

Pauvre torkos qui n’avait rien demandé, le voici bien installé. Ah ! Cruelles journées de reconnaissances où vous êtes obligés de passer une soirée avec un veuf nostalgique !

code by lizzou × image by freeminds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beau gosse de la Meute
avatar
Beau gosse de la Meute

Messages : 104
Date d'inscription : 23/10/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage :

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole :

MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   8/5/2015, 00:11

Contrairement à ce que j’aurais pensé, j’ai passé un agréable moment avec ce jeune homme, voir même plus qu’agréable. Bon, je dois avouer qu’au début, nous avons eu du mal à entamer une conversation intéressante. Nous avons fait d’ailleurs le tour des conversations inutiles à savoir l’état du ciel et de la ville, ainsi que de celui de l’appartement, plutôt sympathique, de mon hôte… Très sympathique d’ailleurs. Je me demandais vraiment comment il avait réussi à se payer cela, lui qui s’est incrusté dans ma chambre toute une nuit, m’interrompant en pleins ébats avec une jolie demoiselle… Bref, pour en revenir à la conversation, elle a commencé à devenir intéressante après quelques verres de bières. Enfin, par bière j’entends quelque chose de vraiment sympathique. Je n’avais rien bu d’aussi bon depuis la bouteille d’hydromel que m’avait offert Calliopée. Déjà, une chose était sûre : J’étais tombé sur un homme qui avait des gouts exquis.

La conversation commença à tourner alors sur l’alcool. Chose très intéressante, j’appris que mon hôte avait été longtemps adepte lui aussi de ces breuvages rudement sympathiques. Je n’irais pas jusqu’à dire que j’en raffolais car cela m’empêchait de séduire les femmes aussi bien que d’habitude, ce qui est bien dommage car je n’avais, à l’époque, encore jamais fait l’amour à une femme en étant ivre… après tout, il m’est arrivé plus d’une fois de me lever le lendemain matin avec une migraine pas possible sans pour autant me souvenir de ce qu’il a bien pu se passé la veille.

Puis, nous avons fini par parler de choses vraiment intéressantes : Les femmes. Là par contre, nos avis divergeaient. Bien sûr, vous me connaissez. Je n’aime pas m’attacher aux gens. Pour le moment, la seule personne en qui j’avais réellement confiance, c’était ma Maitresse et personne d’autre. Rapidement, j’allais avoir un nouvel ami mais ça, je ne le savais pas encore. En tout cas, nous étions en train de finir le plat principal. C’était… c’était quoi déjà que l’on mangeait ?... Par Bersok, impossible de m’en souvenir. Il faut dire aussi que nous commencions à être bien atteints tous les deux. L’alcool était si bon que je buvais sans même compter mes verres.

« Non… je ne suis pas d’accords… Je ne vois pas en quoi le mariage peut rendre un homme heureux sans vouloir t’offenser. Tiens, regarde-moi… il y a deux lunes, j’ai réussi à obtenir des relations charnelles de la part de sept femmes différentes en sept jours. Cela me comble largement. Et puis, avoir toujours la même femme dans son lit n’a rien d’amusant du tout. Il faut savoir être diversifié dans la vie. »

Je terminai mon verre d’une traite, avala le breuvage et pointa du doigt la fenêtre.

« Il y a beaucoup de femme dehors qui ne demande que ça, avoir une relation avec de beaux jeunes hommes comme toi et moi. Alors, pourquoi gâcher une telle opportunité ? Regarde-toi, mon ami. Tu es beau, grand et tu as les yeux bleus ! Je connais pas mal de filles qui se battraient juste pour une partie de jambes en l’air avec toi ! D’ailleurs, la fille avec qui tu m’as surpris la dernière fois n’aurait rien eut contre le faite que tu te joignes à nous !... C’est pour te dire à quel point tu les attires ! »

J’étais peut-être ivre, mais je pensais ce que je disais.

Spoiler:
 


"Le plus branché c'est Bersok... Chuck Norris c'est du passé."
( http://www.comparazor.com/ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchesable sans racines
avatar
Marchesable sans racines

Messages : 211
Date d'inscription : 28/09/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 29 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : 8d664a

MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   22/6/2015, 16:55

SOIREE ENTRES HOMMES × JOURS DE RECONNAISSANCE 1648
Aimer une chose n’est pas une expression désignant une personne ayant tendance à surconsommer le sujet en question. Elle peut désigner un amateur ou un utilisateur occasionnel. Warren aimait les femmes, mais n’irait jamais à coucher avec une inconnue différente tous les soirs. Il aimait l’alcool pour son goût et ses utilisations autant culinaires que d’un point de vue santé (la bière est un bon remède pour des intestins contrariés ou pour fortifier les cheveux). Il détestait être ivre car cela l’empêchait de savourer l’instant présent.

Ah ! Prendre son temps pour que son corps prenne de nouvelles marques et y ressente du plaisir. Il aime avoir conscience de son environnement, de tout ce qui le compose de manière infime. Cependant, il est possible de faire des erreurs. En cette soirée, par exemple. Notre charpentier pensait que cette bière avait un taux très bas d’alcools, elle était en réalité traitre en goût.

— J’aime ce qui prend du temps et si ça demande de construire quelque chose de solide, si ça demande toute une vie. Nous avons une association gagnante. Ce n’est pas pour rien que je suis Or-des-Temps. Parce que tout ce que je bâtis durera des siècles et des siècles ! C’est même un Chemenn et tout plein de clans qui l’a dit.

Quelques gorgées de cette boisson et bouchées de potée glaçoise plus tard.

— SEPT EN SEPT JOURS ! Mec, t’es pas humain. Sérieux. J’peux pas collectionner les femmes. Ce n’est pas les respecter. D’accord, y’en a qui veulent juste un coup, mais c’pas m’truc. Non, mais t’es pas curieux ? Ne t’veux pas savoir ses peurs, rêves et tout le tralala ? T’veux pas prendre du temps pour la connaître au lit ? Alors oui, j’aime les femmes, mais t’sais, avant d’me marier, j’ai juste connu Isabelle et Phèdre. Ben ça m’a bien suffi pour comprendre les trucs à ne jaaaaamais faire. JAMAIS ! Et quand Annie est arrivée, j’lui ai sauté dessus.

Encore plus de bière plus tard.

— Non, mais je ne dénigre pas le sexe, c’est juste que quand je couche, je m’attache. Ch’uis un p’tain de sentimental, j’crois. Héééé, je ne fais jamais l’amour ivre. L’alcool amoindri les sens et te bouffe l’instant présent. Moiiii, j’dis qu’j’suis juste un bon vivant et j’crois qu’e cette bière est traitre. P’tain, ch’croyais qu’elle n’avait pas trop d’alcool. J’m suis fait avoi… Ah ! Ah ! Aaaah. Je ne dénigre pas le sexe, hein, mais j’ai besoin de plus. J’soif.

Et une autre…

— Non, non, non. A ta nana, j’lui aurais dit. Femmmeeee, si on ne s’aime pas, mon corps ne t’appartiendra pas ! Ch’uis tout en sucre moi ! Mon cœur est inscrit fragile dessus ou c’est l’inverse ? C’est fragile, qui est inscrit sur le cœur ? Oh ben, je survivrais hein, mais, ça me ferait chier de perdre du temps pour une pouffe qui ne me mérite pas. J’ai de l’estime pour moi, bordel ! Ch’uis pas un objeeeet ! Ch’uis peut être équipé pour le plaisir des femmes, mais moi, j’m’offre qu’à celle qui partagera ma vie. Sur mon sexe, c’est inscrit PRIVE. R-E-S-E-R-V-E-ééééé. Elle est tellement grande au repos que c’est écrit en lettres capitales !

Est-ce qu’on vous dit qu’il en est à peine à la deuxième ?

— J’attire les femmes, j’attire les femmes. Moi, je veux attirer la femme de ma vie et l’épouser et lui faire des enfants et la rendre heureuse et l’aider à s’épanouir et la consoler quand elle en besoin. Je veux être là pour elle. Ça me fait mal de me dire qu’elle vit une vie sans moi et moi sans elle. J’ai besoin d’elle et je veux lui dire qu’elle en a pris du temps pour venir me voir, parce que même si je ne la connais pas, elle a toujours fait partie de ma vie. Je pense à elle et ça me fait un mal de chien. J’ne peux pas voir une autre, c’est comme si je la trompais. J’ne peux même pas embrasser une autre qu’elle et le plus triste dans tout ça, c’est que je prie Amorine tous les soirs pour que j’aie un coup de foudre, parce que si je la rate, je ne me pardonnerai jamais. Aucun homme ne pourra la rendre heureuse comme je peux le faire. Je suis né pour elle, point. J’suis pathétique, j’aime un rêve. Et encore, je ne cherche pas à deviner ses contours, ni son caractère, parce que c’est lui manquer de respect. Ch’ais juste que si mon cœur est amoureux, c’est la bonne. Il s’est entrainé avec Annie. Il sait comment choisir maintenant. J’y crois. J’ai qu’ça pour la reconnaître.

Il renifla et termina sa boisson d’un seul coup.

code by lizzou × image by freeminds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beau gosse de la Meute
avatar
Beau gosse de la Meute

Messages : 104
Date d'inscription : 23/10/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage :

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole :

MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   9/8/2015, 00:49

Au fur et à mesure que je buvais, j’avais de moins en moins conscience de ce que je faisais ou disais. Je pouvais tout aussi bien lui dire des choses extrêmement gênantes et personnelles de mon passé comme mon premier Maitre ou ma première relation sexuelle. Mais pourtant, je me sentais bien avec Warren. J’avais l’impression de pouvoir tout lui dire sans pour autant recevoir la moindre mauvaise remarque en retour ! Un homme en or, oui. C’est ce qu’il est. Enfin… Alors que moi j’avais la tête qui commençait juste à tourner, lui il semblait déjà ivre mort…

Sa réaction me fit légèrement sourire voir même, je pense avoir ri sur le coup. « Attends, je n’ai pas dit que je ne les respectais pas et que je n’apprenais pas à les connaitre ! J’aime bien connaitre leur nom, ce qu’elles font et tisser des liens d’amitié avec elles. Parfois même je les revois et on remet le couvert ! Il n’y a rien d’irrespectueux !... Personnellement, je ne vois pas ce que pourrais m’apporter plus une relation à longue durée. Je suis un homme comblé ! »

Il me faisait tellement rire. C’était marrant de débattre avec lui dans l’état où il était. « Tu sais plus ce que tu dis, mon ami… Et c’est sûr, l’amour ivre, c’est horrible… Moi ça me rends aussi moue qu’une limace. » J’étais plié de rire. Le voir ivre rendait se spectacle vraiment comique. Je pense même que c’est la première fois que j’ai ri d’aussi bon cœur. «  Mais je suis d’accords sur le principe ! Et l’attachement, c’est bien mais pas trop… OOOOH Excuses moi ! Je n’avais pas vu que ton verre était vide ! Tiens, je te resserre ! »

Je vous rassure, je le surveillais. Après tout, dans l’était où il était, il était facile pour lui de se blesser. Mais, au fur et à mesure où il parlait, la conversation tournait vraiment bizarre. « Oula… La taille de ton penis ne regarde que toi et tes conquête hein ?... Tant mieux pour toi si il est aussi grand. Bref, dans les relations charnelles, personne ne voit l’autre comme un objet… enfin des fois si. La fille avec qui j’étais à notre rencontre était de ce genre là, mais elles sont assez rares. Je pense même qu’elle doit être malade. Tu te souviens ? Pour un peu, elle te demandait de te joindre à nous ! »

Et une crise de rire plus tard, il me dit quelque chose qui me calma aussitôt. Je me resservi un nouveau verre avant de resservir mon ami qui avait lui aussi vidé le sien  entre-temps.

« Je peux comprendre ce que tu ressens… Mais, après ce que tu me dis, j’ai encore moins envi de tomber amoureux. Regardes toi, tu es enchainé à ton passé avec elle et tu en souffres. C’est ce que fait l’amour… Il nous adoucit, nous les hommes, il nous rends vulnérable et nous affaiblit. »

Je lui lançais alors un regard légèrement pétillant.

« Tu veux savoir pourquoi je fais tout ça ?... C’est pour oublier la seule et unique femme dont je suis tombé amoureux. Sauf qu’elle ne sera jamais pour moi. Elle sera toujours réservée à d’autres hommes qui auront les moyens de s’offrir ses services et moi je suis derrière… à laver ses vêtements, changer ses draps alors que je ne veux qu’une chose c’est la prendre dans mes bras, glisser mes mains le long de sa peau, glisser mes lèvres sur les siennes et une main dans ses cheveux… »

Je vidais mon verre et le posais avant de donner une tape amicale dans le dos de Warren.

« Tu es sur que tu ne veux pas essayer juste une fois ?... Cela libère la tête et on se sent libéré de nos chaines et délivré de nos femmes. Il faut que tu l’oublies, mon ami ! Sans quoi, tu ne seras plus qu’esclave de ton propre passé. »


"Le plus branché c'est Bersok... Chuck Norris c'est du passé."
( http://www.comparazor.com/ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marchesable sans racines
avatar
Marchesable sans racines

Messages : 211
Date d'inscription : 28/09/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 29 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : 8d664a

MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   10/9/2015, 17:45

SOIREE ENTRES HOMMES × JOURS DE RECONNAISSANCE 1648
— M’sieur Karnak ! Avant Annie j’étais un gros ******, maintenant, j’suis un imbécile. C’pô pareil. Il tapa si fort la table de sa main gauche que les assiettes et couverts firent un bon, puis il se mit à avoir une crise de rire. C’t’ferais dire que si ton truc marchait, t’s’rais pô en train de parler de ta douce. Mais j’vais t’donner un bon conseil, passe à autr’chose. T’as une femme qui t’attend, comme moi j’attends ma gueuse.

Il vida son verre et entendit le bruit de la chasse d’eau du voisin.

— J’vais t’avouer un truc. Les yourtes n’sentent pas la merde, mais les maisons mésoriannes, si. T’te rends compte ! Aller dans une pièce pour chier et pisser, au lieu d’faire ça dehors comme tout le monde. Et tout le monde est au courant ! Avec cette chasse, t’réussis même à deviner c’quoi l’étron qu’tombe. En plus ! T’as pas l’air d’un con quand t’dois chercher t’paye et que la femme de ton employeur est en train d’avoir la diarrhée d’sa vie. Et selon les mésorians, hein, faut faire comme si l’autre n’soupirait pas entre deux salves d’caca, non, tu n’peux pas demander d’discuter ailleurs. Nooooon. D’gros crados ces mésos ! S’disent civilisés. Mon œil jusqu’au coude, voilà c’qu’j’dis !

Il remua sa chope vide avec tristesse.

— Ils ont même inventé l’ennui et la misère. Faut vraiment être de gros empaffés pour faire ça ! La vie est tellement simple, ben non, faut qu’ils la compliquent. Pass’moi un truc fort, j’sens plus mes jambes. Ils ont quoi pour eux, hein ? J’vais t’dire, j’ai toujours eu honte d’être ce que j’suis. L’seul truc qu’m’a servi c’quand j’vendais ma bénédiction pour aider les clans qu’avaient une épidémie sous l’nez ! Ah ben ouais, j't'ai pas dis. Ch'uis un mésoka comme dirait les 'rudits du coin. C'l'nom qu'on donne aux mésos proches des okas. Mééé moaaa, ch'uis tellement intégré qu'j'pô'd'nom méso.

Une fois cette dernière remplie d’un truc inconnu, il se leva pour déclarer de tout son cœur.

— Aux femmes ! Aux fêtes ! Aux combats ! Et pas au premier sang comme ces lopettes de mésorians. On est des guerriers nous. On revient de plusieurs guerres ! Au Créateur et à la vie aussi ! P’tain j’parle trop.

Il avala une grande gorgée de ce liquide mystérieux et le recracha aussitôt, comme si Irvhin venait de lui dire que ce qu'il s'apprêtait à boire était du poison, puis, Warren s’écroula sur sa chaise en riant comme jamais.

code by lizzou × image by freeminds
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beau gosse de la Meute
avatar
Beau gosse de la Meute

Messages : 104
Date d'inscription : 23/10/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage :

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole :

MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   17/9/2015, 18:17

Je sursautai légèrement lorsque son poing heurta violemment la table. Ce pauvre garçon ne semblait vraiment plus savoir ce qu’il disait. J’espérais juste qu’il n’allait pas regretter le lendemain ce qu’il disait là. En tout cas, ce qu’il dit à propos de Calliopée me fit légèrement réfléchir. Il n’avait pas tout à fait tords. Mais en même temps, mise à part abandonner ma Maitresse, que pouvais-je faire pour l’oublier et passer à autre chose ? Je ne me voyais pas aimer quelqu’un d’autre et il n’était pas question pour moi d’avoir la prétention de lui demander d’abandonner son travail… Après tout, même-ci elle dit que je suis son ami, je suis toujours son esclave, quoi qu’il en soit.

Le son de la chasse d’eau du voisin se fit entendre et la conversation dérapa légèrement. Warren se mit à me parler alors des toilettes et des problèmes intestinaux de ses voisins. Franchement, s’il me restait une once d’appétit, je venais de le perdre. J’étais habitué aux travaux de merde (c’est le cas de le dire) mais en parler ouvertement ainsi, j’en avais presque l’odeur dans le nez.

Lorsqu’il remua sa choppe vide, j’étais tellement écœuré que je ne fis même pas attention à ce que je lui servis ensuite… Aussi il fallait dire que je commençais moi-même à ne plus trop savoir ce que je faisais. Même-ci je n’étais pas dans le même état que mon ami, cela n’empêchait quand même pas que je commençais à en avoir un petit coup dans le nez. Aujourd’hui encore, je ne sais pas trop ce que je lui ai servi mais, à la vue de la couleur clair et à la forte odeur qui émanait de cette boisson, je ne peux que supposer qu’il s’agissait là d’un digestif assez corsé.

Pour tout dire… je n’arrivais plus à suivre le fil de la conversation. Tout ce que j’en retins fut qu’il avait dit que les Mesorians avaient inventé la misère en se compliquant la vie et que Warren avait honte d’en être un. J’avais compris qu’il aurait mille fois préféré être un Okanaki plutôt qu’un Meso… A vrai dire, je ne les portais pas dans mon cœur non plus, mais je devais reconnaitre que leurs femmes étaient les plus belles que ce monde pouvait offrir. Hélas, il s’agissait là de fruit bien trop cher pour nous autres Torkos. Quant aux Okanaki, ils attisaient beaucoup ma curiosité déjà depuis que j’avais appris à lire les écris sur ce peuple et les paroles de mon ami qui avait vécu à leur côté ne fit qu’attiser un peu plus ma curiosité à leur égard.

Je levais alors mon verre avec lui dans lequel se trouvait ce même breuvage de couleur clair.

« A nos guerres présentes et futurs et surtout aux femmes que nous avons connu et que nous connaitrons ! »

Je bois à mon tour et avale une longue gorgée avant de me stopper en me raclant la gorge. Punaise, ça ce n’était pas un alcool de lopette ! En tout cas, il semblerait qu’il ait achevé l’état de mon ami qui était effondré sur sa chaise, riant aux éclats. Je compris alors qu’il était temps pour lui d’arrêter si je ne voulais pas le ramasser à la petite cuillère. Sans trop d’effort, je le pris dans mes bras et le conduisit vers son lit.

« Je pense surtout qu’il faut que tu te reposes à présent, mon ami... »

A peine l’avais-je déposé sur son plumard qu’il était effondré de sommeil. Cela allait probablement lui faire du bien. N’ayant pour le moment pas trop sommeil, je m’affairais alors à ranger la table tout en finissant mon verre… Après cela, je dois avouer ne plus me souvenir de grand-chose si ce n’est que je suis sorti. Le mélange des deux alcools ne m’avait pas fait que du bien. Je me souviens juste être sortit et, dans la rue, j’ai abordé une jeune femme plutôt grande et jolie… Mais un homme se trouvait à ses côtés, lui aussi plutôt grand. Il me fallut quelques secondes de drague avant de comprendre que j’étais en train de d’essayer de séduire une femme Mesorianne, mariée qui plus est !

Lorsque je revins à mes esprits, j’étais à nouveau chez Warren, un cocard à l’œil droit… Impossible de me souvenir exactement comment je l’ai eu et encore moins ce qu’il s’était passé ensuite. En tout cas, une chose était sûr, j’avais mal voir très mal à la tête.

« Bon sang… C’est bien la dernière fois que je me mets aussi mal ! »

Je me redressais alors et observais mon ami qui était en train de préparer quelque chose. Je me dirigeais vers sa petite cuisine et me servit un verre d’eau… puis un second… puis un troisième. Ça faisait du bien à ma bouche pâteuse mais pas à mon mal de crâne, hélas. En me regardant dans la glace, je vis alors les contours mon œil qui était devenu tout bleu.

« Merde, mais j’ai fait quoi cette nuit ? » Je me tournais alors vers Warren. « Ça fait longtemps que je dors ?... Quelle heure est-il ?... C’est horrible, je t’ai mis au lit et je ne me souviens plus de rien… »

Les cheveux ébouriffés plus que de coutume et l’œil abimé, je m’approchais de lui et observais son étrange breuvage.

« Euuuh… je peux savoir de quoi il s’agit ?... »


"Le plus branché c'est Bersok... Chuck Norris c'est du passé."
( http://www.comparazor.com/ )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Soirée entre hommes [pv Warren]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Soirée entre hommes [pv Warren]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Soirée entre hommes [pv Warren]
» [RESOLU] "Symbiose" entre SoftwareZator et site web....
» mes respects du soir
» Question sur compatibilité entre carte mére et carte graphique
» TVA.canoe.ca / A l'émission Tester sur des hommes tantôt, une voiture à faire tiré...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archipel forum de fantasy  :: Le hors-jeu :: RPs Archivés-