Partagez | 
 

 Mauvais endroit, mauvais moment |William|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   11/1/2016, 19:07

Forêt d'Îleval, en début de soirée - 85ème jour d'Automne 1650



    Elle n'avait pas chômé depuis que Bersok lui avait confié sa quête. Sans traîner en chemin, Khalee avait rejoint les côtes d'Opale, négociant une fois de plus son droit de navigation sur un bateau clandestin à destination de l'une des îles jumelles. Elle avait troqué une partie des galions dérobés à l'esclave de ce vaurien de mesorian, juste avant sa rencontre avec Daren, contre un aller simple. Discrètement, elle avait glissé quelques pièces au matelot, sang perdu, comme elle. Peut-être était-ce pour cela qu'il n'avait pas insisté pour qu'elle paye plus lorsqu'il avait perçu le tintement de la bourse encore pleine qui était accrochée à sa ceinture.

    Tout le long du voyage, elle n'avait daigné sortir de sa cabine de fortune, se contentant de réfléchir à ce qu'elle ferait une fois sur les terres d'Îleval. Devrait-elle se rendre sans attendre aux falaises, là où elle savait qu'elle trouverait le campement de la meute ? Elle n'était pas certaine de pouvoir y pénétrer en un seul morceau. Pourtant, c'était là-bas qu'elle avait le plus de chance de trouver Ellhrann. Elle songeait sérieusement à privilégier ce choix, mais chaque fois que ses yeux croisaient le regard abyssal de Nova, l'idée la tentait moins. Elle n'avait toujours pas décidé ce qu'elle ferait de lui. Elle ne pouvait pas l'abandonner, le laisser seul, alors qu'il avait été l'unique compagnon de sa vie. Le kaasar avait toujours été là pour elle, ils avaient grandi ensemble. Mais tout comme il lui était compliqué d'envisager de le laisser poursuivre son chemin seul, elle n'arrivait pas à concevoir de le confier à n'importe qui. Si elle avait su où trouver les rares personnes de confiance qu'elle avait pu rencontrer, elle aurait certainement fait le détour. Mais... Elle n'avait que le général d'Îleval en option, et elle doutait sincèrement qu'il puisse accueillir en ville un animal de cette envergure sans s'attirer quelques questions.

    Le navire avait fini par accoster sans qu'elle n'arrive à se mettre d'accord avec elle-même, et c'est sans encombre, pour une fois, qu'elle posa pieds à terre. Ses pas la menèrent rapidement vers les forêts, dans lesquelles elle s'engouffra sans plus se poser de questions. Les sentiers boisés étaient toujours les plus sûrs pour leur duo. Enfin, normalement.

    Ce jour-là, elle avait passé un temps considérable à chercher son compagnon, qui s'était fait la malle en pleine partie de chasse. La sang perdu avait songé que c'était sa façon à lui de la punir, peut-être pour lui rappeler quel effet cela faisait d'être véritablement seule. Elle était certaine qu'il savait ce qu'elle prévoyait. Et aucun doute sur le fait qu'il n'approuvait pas son choix.
    Elle avait suivi ses traces au travers des arbres, l'appelant parfois à mi-voix. Mais il n'avait jamais daigné répondre. Jusqu'à ce que le soleil ne commence à disparaître à l'horizon. Naturellement, il s'était ramené devant elle, à quelques mètres.

    Te voilà... soupira-t-elle.
    T'as une idée du temps que j'ai passé à te chercher, peluche ?! Qu'est-ce que tu tiens là ? l'interrogea-t-elle en visualisant une ombre dans sa gueule.

    Elle s'approcha tandis que Nova plissait ses oreilles en arrière, d'une attitude semblable à un gamin qui aurait fait une bêtise. Mais elle n'eut pas le loisir de découvrir ce qu'il tenait, que déjà, une voix grave retentissait Il est là ! Va y, lance !, et qu'un poignard suivait, sifflant juste à côté de son oreille.

    Cours, Nova ! ordonna-t-elle en dégainant une flèche dans l'obscurité naissante, avant de se mettre en fuite elle aussi.

    Le kaasar s'était élancé, prenant de l'avance et s'éloignant de Khalee qui continuait à tirer des flèches qui sifflaient dans les airs sans jamais trouver de chair dans laquelle s'enfoncer. Nova bouscula une silhouette, un corps peut-être, en bondissant par-dessus un buisson, mais ne s'arrêta pas. La sang perdu quant à elle, poursuivie, finit par sauter sur les branches d'un arbre non loin de là, prenant de la hauteur pour se mettre à couvert. Elle se fit aussi silencieuse que possible, immobile entre les feuilles, quand les deux mesorians ralentirent le pas là où ils avaient cru la voir disparaître...

    Laisse tomber, on l'a perdu.
    Hors de question ! T'as d'jà vu une bestiole tirer des flèches, toi ? On trouve son propriétaire, on trouve le loup, ou peu importe ce que c'était, et on récupère ce qu'il nous a pris.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   14/1/2016, 17:54

Il était grand temps pour lui de quitter Ileval, c’est ce qu’il n’avait eu de cesse de se répéter depuis qu’il avait revu son ex-collègue. D’autres contrés plus agréables l’attendaient, mais avant cela, il avait tout intérêt à faire ses preuves, et avant de commencer cette mission-là, il avait décidé de s’adjuger un peu de bon temps. Encore un peu. Et la première chose qu’il fit, bien avant même de quitter la ville, fut de se trouver une demoiselle, une de plus. Non pas qu’il l’eut particulièrement cherché, elle lui était tombé dans les bras sans même qu’il ne s’y attende, à son plus grand bonheur d’ailleurs ! Une petite rouquine, toute menue et au visage constellé d’une myriade de tâche de rousseur qui faisait agréablement ressortir sa peau laiteuse. Une véritable beauté dont l’air timide avait eu tôt fait de plaire au jeune homme. Après un bon nombre de palabres inutiles et ennuyeux, il avait finalement obtenu ce pourquoi il s’était acharné à lui faire la conversation. Et se réveillait désormais comme une fleur à côté de la demoiselle toujours profondément endormie de laquelle il se dégagea prudemment pour ne pas la tirer des bras de Morphée. William n’avait jamais été d’un grand romantisme, ça ne s’était clairement pas amélioré avec le temps, et il prit la fuite sans demander son reste, profitant des lueurs de l’aurore pour passer inaperçu. Le goujat laissait même à la jeune femme le plaisir de régler la note de l’auberge où ils avaient passés la nuit, étant une fois de plus complètement fauché.

Prenant grand soin d’éviter toute forme d’autorité, il quitta la ville discrètement et entreprit de rejoindre les bois, en prenant toutefois son temps dès lors qu’il fut hors de portée directe de la cité et de ses dangers. Curieusement, l’ex-élite se savait bien plus en sécurité dans les endroits sauvages qu’au sein d’un territoire civilisé. Seulement harnaché de sa lame, il fit plusieurs pauses dans les champs environnants, à la fois pour se ménager et éviter de trop attirer l’attention, pour finalement rejoindre le couvert des arbres dans lequel il se faufila avec satisfaction. Les bois n’étaient pas son terrain de prédilection, il leur préférait de loin la mer et ses embruns, toutefois c’était un labyrinthe utile pour pouvoir s’y dissimuler efficacement. C’est ainsi que lorsque le soleil rejoignit peu à peu l’horizon, le jeune homme s’était déjà bien enfoncé dans la pénombre de la forêt sans réelles craintes. Le silence qui y régnait l'apaisait et avait même tendance à faire rejaillir de vieux souvenirs enfouis. C’était reposant de ne pas toujours être sur le qui-vive, même si la nuit tombante, il lui faudrait bien s’arrêter et trouver un lieu de bivouac. Le fugitif devait rejoindre une cité-libre sous peu, mais aucun temps précis ne lui était imparti, il le ménageait donc comme il le souhaitait, et là ce qu’il souhaitait, c’était profiter d’un semblant de liberté. Des voix humaines le tirèrent de ses réflexions et il se figea, cherchant à en déterminer l’origine tout en sortant du sentier pour se faufiler dans les fourrés. Inutile d’attirer l’attention s’il s’agissait d’une battue ou quelque chose de semblable, ce qu’il commençait à croire étant donné les cris qui lui parvenait. William avait ralenti le pas, passant prudemment d’un arbre à un autre lorsqu’une masse sombre le bouscula, l’envoyant rejoindre le sol passablement étourdi. Une main sur la tempe, allongé sur le dos, il distingua sans trop de mal dans la pénombre naissante une silhouette disparaitre dans le plus gros arbre proche. L’ancien soldat fronça les sourcils tout en fixant le tronc, se demandait s’il avait été momentanément en proie à une hallucination tant cela pouvait lui semblait inconcevable de grimper sur ça, puis il haussa les épaules, toujours au sol, avant de se redresser en se massant la tempe qui avait heurté un rocher. Une fois debout, il se retrouva nez à nez avec deux types armés, et visiblement énervés s’il pouvait en croire l’expression qu’il parvenait à lire sur leur visage. L’un d’eux pointa sa lame directement en direction du torse du fugitif, l’autre le menaçant d’une dague de jet.

"Il est où ? "


William les observa silencieusement, cherchant à comprendre la situation, avant de ne répondre par réflexe.

"Qui est où ? "

Il sentit l’acier lui chatouiller la gorge alors que le premier type se rapprochait pour le menacer davantage, ce qui eut le don de l’agacer. L’ancien élite avait l’habitude de ce genre de geste, sauf que d’ordinaire, il le méritait, alors que cette fois-ci, il n’avait absolument rien à se reprocher, mis à part avoir flâné innocemment dans les bois en solitaire. Les dents serrées par la colère, son agresseur le fusilla du regard avant de reprendre.

"Ton loup, ou peu importe ce que c'est, qui nous a volée. Il est où ? "

De plus en plus perdu face aux propos incompréhensible de ce type, William commençait toutefois à en avoir assez de l’attitude agressive des deux mésorians face à lui. Un demi-sourire passa sur ses lèvres avant qu’il ne se dérobe à la lame tendue pour s’emparer de la sienne en faisant un demi-tour sur lui-même pour éviter la dague de jet. Désormais en position d’égalité avec son agresseur dont il chatouillait le fer de sa propre lame, le jeune homme ne se départit pas de son sourire insolent et rétorqua, visiblement content de lui.

"Tu trouves que j’ai une tête à charmer les loups peut-être ? "

Le fugitif fit un pas en avant sans pour autant se montrer particulièrement menaçant et appuya son arme contre celle de son adversaire, cherchant à le faire reculer, pour finalement reprendre.

"J’ignore ce que tu cherches, qui tu cherches, mais tu te trompes de cible. Je ne suis qu’un promeneur tout ce qu'il y a de plus innofensif."


"Un promeneur avec une lame pareille ? Ne te moque pas de moi s’il te plait !"

"Les bois sont dangereux, il faut bien se défendre, preuve en est faite grâce à vous deux d’ailleurs !"

"Si jamais cette bête est à toi …"

"Si j’avais un loup comme allié, vous seriez déjà taillés en pièces. Maintenant dégagez d’ici, et aller traquer votre bête ailleurs. "

Visiblement peu convaincue par la tirade du jeune homme, les deux compères échangèrent un long regard avant d’acquiescer en silence, baissant les armes sans pour autant les ranger. Ils contournèrent le jeune homme en gardant une distance raisonnable, ce dernier étant toujours armé, avant de lui tourner ostensiblement le dos en reprenant leur pistage. William observa les deux âmes s’éloigner sans les quitter du regard, puis détourna finalement les yeux lorsqu’ils eurent définitivement disparus de son champ de vision. Lentement, avec précaution, il remit sa lame au fourreau tout en reprenant la parole, semblant se parler à lui-même tant les lieux semblaient déserts.

"C’est bon, tu peux quitter ton perchoir."
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   15/1/2016, 03:41

    Elle s'était préparée, toutes jambes repliées, en appui sur l'une des branches, dissimulée par les feuilles, mais ayant un angle de vue suffisant sur les deux gaillards. Flèche encochée, arc bandé, le regard fixe, sans ne plus cligner des yeux, elle allait tirer, quand elle sursauta légèrement, surprise par l'attitude d'un des deux mesorians. Elle soutint pourtant sa position, fronçant les yeux, et attendit de voir ce qui allait se passer.
    Elle n'avait aucun moyen de savoir si le troisième type l'avait vue ou non, et si, le cas échéant, il allait la balancer aux deux zigotos qui semblaient vouloir la trouver afin de récupérer ce que Nova leur avait pris. Elle perçut le bruit d'une lame que l'on sort du fourreau, elle savait, au bruit d'effeuillage du fer, que ce devait être une arme lourde, ou du moins plus imposante que le cure-dent qui lui avait frôlé le visage précédemment. L'expérience des combats, et surtout, le souvenir d'Ellhrann qui dégainait pour brandir sa lame sur leurs ennemis. Elle agita doucement la tête. Ce n'était pas le moment de songer à ça, et de se laisser distraire par des images mémorielles qui n'avaient plus aucun sens.

    Elle finit par ranger la flèche dans son carquois, puis par laisser glisser son arc dans son dos, quand elle jugea qu'elle ne risquait rien. Elle avait réussi à passer inaperçue, et celui qui s'était porté victime à sa place avait l'air de se débrouiller convenablement avec ses deux assaillants, puisque déjà, il leur intimait de reprendre leur recherche. Bientôt ils allaient s'éloigner suffisamment et, elle l'espérait, le troisième poursuivrait également sa route pour qu'elle puisse sortir de sa cachette et rejoindre Nova, qu'elle avait une fois de plus perdu. Elle en râlait d'avance, mentalement du moins, puisqu'elle s'imposait un silence sans faille.

    "C'est bon, tu peux quitter ton perchoir."

    Elle écarquilla les yeux à l'entente de ces mots, la bouche légèrement entrouverte, une nouvelle fois surprise, et, peut-être, un peu vexée d'avoir été démasquée aussi facilement. Alors il l'avait vue prendre de la hauteur pour se cacher, finalement ? Pourquoi ne s'était-il donc pas contenté de le leur dire ? Ça lui aurait évité de risquer de se faire raser de trop près. À moins... À moins qu'il ne soit avec eux, et qu'il leur ait fait un signe qu'elle n'avait pas pu voir puisqu'il n'était pas dans son champs de vision. Ainsi, il aurait pu les prévenir de sa présence, et toute la scène à laquelle elle avait assisté ne serait qu'un subtile subterfuge pour l'inciter à sortir sans crainte, pendant que les deux autres attendraient qu'elle soit descendue pour pouvoir mieux l'appréhender. Elle fronça les yeux à cette hypothèse, et laissa échapper un soupir agacé en constatant qu'elle demeurait dans sa parano habituelle. Pourtant, elle l'avait su à ses dépens, on n'est JAMAIS trop prudent.

    Au bout d'un moment, elle abandonna toutefois l'idée de s'enfuir en sautant d'arbre en arbre, elle était peut-être agile, mais elle n'était pas un putain d'écureuil volant, ni un chat, pour s'assurer de pouvoir retomber sur ses pattes. Alors, elle entama sa descente, avant de sauter du tronc pour atterrir les deux pieds à plat sur le sol. Genoux repliés suite à son atterrissage, elle se redressa, face à l'inconnu, poignard à sa ceinture en évidence, le visage partiellement dissimulé sous sa capuche, dans une posture défensive et une attitude strictement méfiante.

    J'attendais que tu t'en ailles pour redescendre, mais visiblement, je n'ai pas été assez discrète, murmura-t-elle d'un ton faussement ironique.

    Elle prit soin de s'éloigner de trois pas, distance nécessaire à son confort pour avoir l'avantage d'une esquive si d'aventure il venait à se montrer hostile lui aussi. Bien qu'il ne dégage rien de tel. Instinct de survie oblige. Et puis, il ne fallait pas être un savant pour savoir qu'elle avait à faire à un mesorian. Son animosité envers cette race remontant à très loin, il lui était d'autant plus compliqué de se détendre en leur présence.
    S'assurant de le garder dans son angle de vue, elle s'accroupit, un genou sur le sol, puis sortit une flèche avec laquelle elle déchira un pan du tissu de son écharpe. Le carré d'étoffe à plat dans sa paume, elle plaça quelques pièces ainsi que des cailloux au centre, avant de joindre les quatre bouts pour former une bourse improvisée. Elle accrocha le tout au bois de la flèche, et contourna le tronc de l'arbre dans lequel elle s'était réfugiée. Dégainant son arc, elle tira la flèche en diagonale, dans une direction adjacente à celle qu'avait prise les deux mesorians, espérant que, peut-être, ils entendraient les tintements provoqués qui s'écraseraient plus loin, et qu'ainsi, ils changeraient de cap et ne suivraient plus ni le chemin dans lequel Nova semblait s'être enfui, ni ne reprendraient celui sur lequel elle se trouvait actuellement. Une fois cela effectué, elle revint sur ses pas, puis se posa sur une souche, ôtant son arc de son épaule pour le poser en vertical contre le bois. Elle laissa retomber sa capuche en arrière et passa les doigts sur l'estafilade bénigne légèrement humide qu'avait laissé la dague volante sur sa joue droite. Et l'autre qui n'était toujours pas parti.

    Tu peux reprendre ta promenade, ils vont tourner longtemps en rond. Tu seras déjà loin lorsqu'ils rebrousseront chemin, l'informa-t-elle pour le congédier poliment, pour une fois, malgré la sonorité quelque peu moqueuse dans le timbre de sa voix.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   5/2/2016, 15:40

Le jeune homme resta silencieux, se contentant d'observer les lieux, ou tout du moins le peu qu'il pouvait encore en apercevoir avant de lever le regard en direction de l'arbre, ne constatant pas la moindre réaction face à ces dernières paroles. Mais depuis sa position, positionné tout contre le tronc, il ne lui était pas bien dur de distinguer une silhouette à l'aspect humanoïde dans les feuillages, même si la pénombre environnante rendait difficile toute sorte de déduction quant à l'être dont il pouvait bien s'agir, c'est pourquoi il patienta sagement le temps que la dite silhouette ne daigne rejoindre la terre ferme. Curieux par nature, il tenait également à savoir à qui exactement il venait de sauver la mise, ou du moins c'est ainsi qu'il interpréter le geste qu'il venait de faire. Mais par principe, à deux contre un, qui que ce soit, il avait toujours tendance à se positionner du côté où il y avait le moins de monde. Un reste de son aspiration enfantine à devenir un jour un héros, car s'il n'était plus élite, il en avait gardé un certain sens de la morale. Mais alors qu'il se demandait si la personne ne s'était pas assoupie dans son arbre, un bruit étouffé de branchages que l'on maltraite lui apprit que ce n'était pas le cas et un léger sourire étira ses lèvres, satisfait de lui-même. Par prudence, l'ancien soldat se décala légèrement du tronc, les mains dans les poches, et observa l'ombre se mouvoir le long de ce dernier avant d'atterrir souplement devant lui, la tête dissimulé sous une capuche ce qui l'empêcha de découvrir l'identité du fugitif. Il eut toutefois une agréable surprise lorsque l'inconnu prit la parole et qu'il découvrit qu'il s'agissait à l'évidence d'une femme, ce que ses yeux experts en la matière ne tardèrent guère à confirmer en détaillant rapidement les courbes de l'inconnue. Faisant facilement deux têtes de moins que lui, au bas mot, elle semblait particulièrement fluette à ses yeux, mais ce n'était là qu'une impression probablement augmentée par la pénombre environnante. Le sourire du mésorian se modifia légèrement à l'entente des mots de la jeune femme qui visiblement ne semblait pas ravie de la situation, et il ne put s'empêcher de se sentir satisfait sans trop savoir pourquoi, se contentant de hausser les épaules avec une décontraction déroutante.

"Ta discrétion n'y est pour rien, tu étais clairement dans mon champ de vision, difficile alors de ne pas t'avoir vu. "

Visiblement méfiante, la jeune femme s'écarta bien vite du brun qui se contenta de l'observer sans esquisser le moindre mouvement, il lui laissa prendre toute la distance qu'elle désirait, pouvant aisément comprendre qu'après avoir été poursuivie, elle ne soit pas encline à se fier au premier imbécile venu. Toutefois, son petit manège l'intrigua au point qu'il finit par s'approcher d'un pas pour observer ce qu'elle faisait, se reculant aussi sec dès qu'elle se redressa. S'il fut surpris par la manœuvre de la demoiselle, il n'en montra rien, déduisant simplement pour lui même que ce n'était probablement pas la première fois qu'elle avait affaire à une telle chasse à l'homme pour avoir ce genre de réflexe. Il attendit en silence, entendant distinctement le tintement de la petite bourse qui volait avant que la jeune femme ne revienne sur ses pas pour s'installer non lion de l'arbre duquel elle était descendu, sur une souche abîmée tout en prenant ses aises. Visiblement peu pressé de vider les lieux, l'ancien élite s'appuya dos à l'arbre, faisant ainsi face à l'inconnue et croisa les bras tout en l'observant davantage maintenant qu'elle s'était décidé à ôter sa capuche. Malgré la faible luminosité, il repéra bien vite la longue crinière opaline de la demoiselle, ainsi que la marque plus sombre qui ornait sa joue en une fine ligne, tranchant avec sa peau. Sans même relever la tête à son intention, elle l'incita à partir, prétextant que ses agresseurs ne feraient probablement pas surface de sitôt. Sauf que William n'avait pas la moindre envie de partir, mais plutôt de satisfaire son besoin d'informations, et la seule réponse qu'il offrit à la jeune femme devant sa proposition de reprendre sa promenade fut un sourire tranquille. Après quoi il s'installa plus confortablement contre le tronc d'arbre, restant néanmoins debout, et posa la question qui lui brûlait les lèvres depuis qu'elle était descendue.

"Qu'est-ce qu'ils cherchaient exactement ? Je veux dire ce soit disant loup, qui j'en suis sûr n'en était pas un, c'est quoi comme animal ? "

N'importe qui aurait probablement pris la précédente phrase de la jeune femme comme un ordre à quitter les lieux et se serait très certainement exécuté devant le ton froid et néanmoins moqueur qu'elle avait pu employé, ce qui n'était pas le cas du brun qui passait outre bien facilement, décidé à obtenir sa réponse concernant la bête qui l'avait mit au sol aussi facilement. Qui plus est, maintenant qu'il savait que l'inconnue était une demoiselle, il était également un peu moins enclin à partir, mais plutôt à chercher à en apprendre davantage sur elle, notamment sur un point, que faisait-elle également dans les bois au crépuscule. Un simple coup d'oeil sur son arc permettait de comprendre rapidement qu'elle tenait plus de la chasseresse voire de la guerrière que d'une jeune femme sans défense, et c'est probablement ça qui intéressait le garçon. Toutes les femmes qu'ils avaient pus rencontrés dans sa vie – les gardes torkos mise à part – n'étaient bien souvent que des jeunes filles sages, des filles de joies, des épouses respectables, mais jamais des combattantes, et aucune d'entre elle n'avait eu le moindre désir de savoir manier une arme qu'elle quelle soit. Voilà pourquoi celle qui se trouvait devant lui l'intriguait quelque peu désormais, et il était avide d'en apprendre plus à son sujet. Se détachant enfin de l'arbre contre lequel il s'était reposé jusqu'alors, il s'approcha de deux pas en direction de la jeune femme et reprit tranquillement en la voyant toujours aussi méfiante.

"Tu peux te détendre, je n'ai pas de mauvaises intentions, juste de la curiosité."

Son regard faisait clairement navette entre l'arme soigneusement déposé contre le tronc coupé, et sa propriétaire qui semblait plutôt bien maîtrisé l'outil. Laissant deux pas de distance entre eux, William contourna cette dernière pour pouvoir observer l'arc d'un peu plus près. Ce n'était pas une de ses armes de prédilection, à dire vrai, il n'en avait presque jamais utilisé, mais sa formation de guerrier lui permettait pourtant d'apprécier la qualité d'une arme, et malgré la pénombre, il put rapidement juger qu'il ne s'agissait pas là d'un simple bout de bois grossièrement modifié ce qui confirma son sentiment d'être tombé face à une demoiselle peu commune. Délaissant son inspection, il reporta son entière attention sur la demoiselle, attendant désormais une quelconque réponse, et ce même si elle finissait par l'envoyer paître tant elle semblait peu encline à discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   8/2/2016, 17:34

    Dans son champ de vision, hein ? Alors c'était aussi simple que ça ? Pourquoi ne pas l'avoir balancée alors ? Puisqu'il savait dès le début qu'elle était là, il aurait pu dire à ses soupirants qu'elle se cachait là. Et puis qu'est-ce qu'il foutait encore là ? Ne l'avait-elle pas expressément congédié ? Ces mesorians... Et voilà qu'il lui posait des questions en plus !

    Khalee releva son regard d'émeraude sur son visage, exprimant clairement qu'elle était loin d'être ravie qu'il reste là planté comme un piquet. Si elle l'ignorait, il allait se lasser de lui-même et s'en aller. À moins qu'elle ait à faire à l'une de ces têtes de mules foutrement énervantes. Et à en juger par les quelques pas qu'il venait d'enclencher dans sa direction, il était bel et bien borné.

    T'es sourd ou quoi ? grogna-t-elle en braquant son regard assassin dans le sien.

    Et lui de reprendre en invoquant une raison des plus stupides ! Curieux ? Ne lui avait-on jamais dit que la curiosité est un vilain défaut ? C'était quoi cette manie qu'il avait de l'observer comme si elle était une chose étrange ?
    Le suivant du regard tout le long de son petit manège, elle finit par soupirer longuement d'exaspération. Si elle répondait à quelques-unes de ses questions, il finirait par partir, pas vrai ? Ça avait fonctionné comme ça avec Irvhin aussi. Elle avait étanché sa soif d'information, et le torkos avait fini par reprendre son chemin. Cela s'était plutôt bien passé au final. Sauf que dans la situation actuelle, elle faisait face à un mesorian ! Ce qui changeait clairement la donne.

    Et qu'est-ce qui te fait dire que je sais de quel animal il s'agissait, hm ? demanda-t-elle avec nonchalance.

    Et puis qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire au fond ? Pourquoi avait-il besoin de savoir de quel animal il était question, en quoi était-ce important ? À moins que... Elle se releva d'un coup, main sur la garde du poignard accroché à sa ceinture.

    Qu'est-ce que tu lui veux ? T'es un braconnier, ou quelque chose du genre ? l'interrogea-t-elle d'une voix grondante, le regard suspicieux.

    Pas vraiment la meilleure façon de prétendre ne pas connaître l'existence de l'animal en question... Et comme si Nova lui-même tenait à lui faire mettre davantage les pieds dans le plat, quelques craquements retentirent dans les broussailles épaisses. Son compagnon choisissait décidément mal les moments pour refaire son apparition.
    Alors, avant que le trappeur n'ait l'occasion d'anticiper en donnant une quelconque alerte, ou en dégainant la lame qui l'accompagnait, la sang perdu reprit possession de son arc et encocha une flèche dans sa direction. La corde étirée, elle maintint le mesorian en joug.

    Je t'ai dit de t'en aller. Tu n'avais pas à te mêler de ça, menaça-t-elle en s'approchant arme toujours en évidence pour le faire reculer jusqu'à l'arbre où il était adossé précédemment, veillant néanmoins à conserver une distance approximative de deux mètres entre eux.

    Je ne suis pas de celles qu'on peut baratiner avec des mots, alors je te conseille de bien choisir les suivants que tu prononceras : qu'est-ce que tu fous dans ces bois, pourquoi t'être aventuré aussi loin d'Îleval ? enchaîna-t-elle.

    Alors le Kaasar de l'Ombre émergea des fourrées, s'avançant telle la silhouette de ténèbres massive derrière Khalee. Il semblait toujours tenir quelque chose dans sa gueule. Il s'arrêta à la hauteur de la sang perdu, bien que légèrement en retrait, et plissa les oreilles vers l'arrière avant de plonger ses abysses dans le regard du mesorian, longuement, comme s'il pouvait sonder son âme.






J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   9/2/2016, 11:46

Cette jeune femme avait le don d'amuser l'ancien soldat avec ses manières méfiantes, et s'il n'avait guère eu le temps de répondre à sa première question, n'ayant pas la moindre preuve à lui apporter outre ses propres suppositions qu'elle et l'animal formaient un duo peu commun, elle lui donna finalement raison sans trop le vouloir en se redressant brusquement, la mine menaçante, lorsqu'elle le suspecta d'être un braconnier. Son sourire moqueur s'étira davantage en l'observant, satisfait d'avoir visé juste, tout en se questionnant sur la nature du lien entre la jeune femme et la bête. Simplement une union dominant – dominé ou bien quelque chose de plus profond ? William savait d'expérience que se lier d'amitié avec un animal n'était pas impossible, il avait vu l'un de ses frères avoir un tel lien avec un étalon qu'il dressait jadis, ce dernier lui obéissait plus par gentillesse que par devoir. Et c'était d'ailleurs un lien bien plus fort et dangereux qu'un simple concept d'obéissance. Toutefois, ignorant de quel animal il s'agissait réellement, le jeune homme ne pouvait qu'établir diverses suppositions, guère plus. Il ne pu s'empêcher néanmoins de rétorquer au dire de la demoiselle, sans même prendre la peine de dissimuler un tant soit peu son amusement.

"Pour un animal dont tu prétends ne rien savoir, je te trouve bien protectrice à son égard !"

William, toujours baissé pour se situer au même niveau que son interlocutrice, se redressa finalement face à elle et étendit les bras autour de lui en tournant légèrement, pour exposer son apparence au regard froid et perçant de la jeune femme avant de reprendre, inlassablement de bonne humeur malgré l'attitude renfrogné à laquelle il avait affaire.

"Et puis, trouves-tu sérieusement que c'est là une tenue digne d'un braconnier ? Avec seule une épée pour arme de chasse ? J'aurais cru la chasseresse que tu sembles être un peu plus observatrice tout de même."

Une petite pique inoffensive qu'il ne put toutefois retenir, désireux de tester les limites de la patience de sa nouvelle rencontre, même s'il avait dans l'idée que ces dernières ne seraient probablement pas très étendues. Mais avant que la belle n'eut le temps de répondre quoi que ce soit, un craquement non loin attira toute l'attention du pirate qui se détourna légèrement de la demoiselle pour observer le lieu d'où provenait le son qu'il avait entendu, ce qui laissa le temps à cette dernière de s'emparer de son arme pour le mettre en joug, ne tirant au brun qu'un haussement de sourcil surpris. S'il avait pensé – à raison à l'évidence – que la patience ne serait clairement pas le point fort de la demoiselle, il n'avait pas cru qu'elle irait jusqu'à le menacer ouvertement. Toutefois, il en fallait plus que ça pour décontenancer le jeune homme qui se contenta de garder un sourire légèrement insolent aux lèvres tout en fixant la jeune femme et le moindre de ses gestes. S'il n'avait pas envie de se défendre, il ne se laisserait pourtant pas trouer la peau si aisément pour les beaux yeux d'une guerrière. Docilement, il leva les mains en signe de soumission et plongea son regard sombre dans celui menaçant de son interlocutrice alors qu'elle reprit la parole. Contraint de reculer, il se heurta à un tronc contre lequel il prit appui sans pour autant baisser les bras, tout en écoutant ses propos, lâchant un léger rire face à certains de ses mots avant de finalement lui répondre.

"Curieuse façon de remercier quelqu'un qui vous sort du pétrin ! Cela dit, ai-je à ce point l'air d'une menace à tes yeux pour que tu te sentes obligée de me tenir ainsi en respect ?"


Conscient toutefois que la demoiselle attendait probablement d'autres paroles que celles qu'il venait de prononcer, il baissa finalement les mains pour croiser les bras sur son torse lorsque ses yeux dévièrent sur la forme sombre qui s'approchait tranquillement derrière elle. Il l'observa silencieusement jusqu'à ce que la bête ne s'immobilise au côté de la chasseresse, un objet bien visible dans la gueule même si ce n'était clairement pas là-dessus qu'était concentré le mésorian. Non, il observait l'animal dans son ensemble, c'était tout simplement la première fois qu'il voyait une bête semblable. Son regard finit par croiser celui du pirate qui s'y perdit quelques secondes, impressionné malgré lui, avant qu'il ne se décidé finalement à rompre le contact visuel pour reporter son attention sur la jeune femme. Pour la première fois depuis qu'il l'avait découverte, il avait momentanément perdu son air enjoué pour une mine plus sérieuse. Cela ne dura guère plus de quelques secondes, mais suffisamment longtemps toutefois pour que quiconque d'assez proche comme l'était la jeune femme puisse s'en apercevoir. William finit par soupirer doucement et fixa son attention sur l'archère, retrouvant rapidement sa bonne humeur face aux traits durs de la jeune femme.

"Comme je l'ai dit à tes poursuivants, je ne suis qu'un simple promeneur. Je dois rallier un endroit après la forêt, j'aurais pu passer par les routes, mais le chemin par les bois était nettement plus court et agréable à mon goût. "

Le jeune fugitif se voyait clairement mal lui avouer qu'il ne tenait pas à rester sur les routes à découvert de peur d'être repérer et traquer puisqu'il était en fuite depuis un bon moment désormais. C'était le meilleur moyen pour qu'elle se décide à le ramener elle-même aux autorités pour toucher la récompense planant sur sa tête. S'il trouvait un intérêt à la jeune femme, il ne lui faisant pas confiance pour autant, et sous son air nonchalant, le jeune homme restait quelqu'un de réfléchi et prudent. Et ce, même lorsque sa curiosité prenait quelque peu le dessus. Toutefois, las de la menace que représentait la pointe de la flèche dirigée vers son torse, il écarta les bras et fit un pas en direction de la jeune femme avant de reprendre tranquillement.

"Maintenant, si mes explications ne te satisfont pas, libre à toi de me trouer comme un gibier ma chère ! Mais c'est là ce que j'ai de plus honnête à t'offrir comme réponse."

Mettre en joug quelqu'un était une chose, l'assassiner froidement sur de simples présomptions en était clairement une autre, et si la jeune femme semblait dangereuse à bien des égards, elle n'avait pourtant pas le regard d'une personne tuant de sang froid. William lui laissa le temps de réfléchir tout en reportant son regard sur l'animal tranquillement assis à ses côtés, et reprit en détaillant l'animal.

"Et comme je te l'ai dit, je suis curieux de découvrir les trésors cachés de ce monde. Est-ce un crime à tes yeux d'éprouver de l'intérêt pour ce qui nous entoure ?"

Sans attendre la moindre réponse cette fois, le jeune homme quitta sa position et s'agenouilla devant la bête, observant cette dernière avec une admiration non feinte. Pourtant il avait pu en voir des animaux différents, toutefois il ne s'était visiblement pas aventurer encore assez loin pour découvrir ces créatures. Et puis, à la différence de son acolyte, l'animal ne semblait pas belliqueux ou agressif, et se contentait simplement d'observer le jeune homme d'un regard perçant, sans esquisser le moindre geste dénotant une quelconque violence. Outre sa curiosité plus ou moins apaisée, William était également satisfait d'avoir eu raison à son sujet, ce n'était clairement pas un loup qui l'avait percuté.
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   9/2/2016, 15:04

    Qu'il était énervant à conserver ce sourire agaçant ! Et cet air railleur qu'il arborait, il lui donnait clairement envie de lui faire ravaler sa bonne humeur. Elle avait froncé davantage les yeux à ses remarques, notamment lorsqu'il fit allusion à son manque d'observation. Elle aurait pu lui dire alors, que l'habit ne fait pas la prêtresse, et qu'elle savait qu'il faut toujours se méfier des apparences. Une rose peut paraître inoffensive, mais sous ses attraits doux et attirants, l'épine ne pardonne pas. Zhäa avait compris lui, que les hommes tendaient à s'émouvoir et à relâcher leur vigilance, c'est pour cela qu'il avait utilisé des enfants pour arriver à ses fins. Tout le monde savait comment ça avait fini. C'était l'exemple le plus éloquent qu'elle avait. Cependant, elle n'en dit rien, le laissant supposer ce qu'il voulait. Lui aussi était dans l'erreur. Il la prenait visiblement pour une chasseresse, alors que pour son compte, il n'en était rien non plus.

    Ses deux émeraudes glissées dans les yeux du mesorian, la sang perdu conservait cette expression froide et déterminée, visage immobile, dont l'aspect statique fut toutefois brisé par un léger haussement de sourcil lorsqu'il évoqua sa façon de le remercier. S'il s'attendait à des remerciements, alors il allait attendre longtemps. Il s'était mis lui-même dans cette galère, elle ne lui avait rien demandé. Il avait choisi de ne pas faire état de sa présence dans l'arbre, volontairement, alors qu'il aurait été facile de deviner qu'elle aurait pu leur être utile. Il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même. Elle n'était pas une foutue demoiselle en détresse, et elle n'avait pas besoin d'être sauvée. Son destin était déjà tout tracé, ce n'était pas deux mesorians peu vigoureux et stupides qui l'auraient empêchée d'avancer.

    Tu devrais t'estimer chanceux que je perde mon temps à te laisser t'expliquer quand je pourrais tout bonnement t'astreindre à un silence définitif, lui fit-elle remarquer sur un ton légèrement moqueur.

    Et puis, une faille sur son visage lorsque Nova se fut arrêté près d'elle. Une expression plus naturelle sembla se glisser sur ses traits, l'espace d'un instant fugace, infime, avant qu'il n'arbore de nouveau ce sourire dérangeant qui lui étirait les lèvres. Comme s'il venait de remettre son masque en place. Intriguée cette fois sans rien en laisser paraître, Khalee n'écouta qu'évasivement les explications qu'il se décida enfin à lui fournir. Le chemin par les bois est peut-être le plus agréable par ses richesses, mais cela ne fait pas de lui le plus court, ni le plus appréciable. Les simples promeneurs empruntent les sentiers graveleux, pas les labyrinthes de branches.
    Elle sortit de ses réflexions lorsqu'il fit un pas en avant, la provoquant délibérément. Ce fut à son tour de sonder son regard. Ça n'avait rien d'une réponse honnête, ce n'était que quelques mots arrangés pour éviter d'entrer dans des détails qu'il n'avait clairement pas envie d'évoquer. Ce n'était pas à elle qui lui en tiendrait rigueur. Cependant, l'abattre n'avait tout à coup plus rien d'intéressant. Et sa sauvagerie apparente perdit de sa splendeur, lui faisant lâcher un peu de pression sur la corde de son arc. Jusqu'à ce qu'elle abaisse définitivement son arme en pointant la flèche vers le sol, alors qu'il ajoutait quelques mots achevant de la convaincre.

    Elle l'observa s'agenouiller en silence devant Nova. Ce dernier le regardait toujours, et pencha légèrement sa grosse tête touffue sur le côté dans une attitude typiquement curieuse. Il s'avança ensuite, les longs poils de son cou aux couleurs nuancées venant chatouiller le nez du mesorian alors qu'il lui reniflait les cheveux, avant de souffler dedans à la manière d'un ronflement éternué. Un bourdonnement intrigué sembla s'émaner de sa gorge, puis il finit par se redresser sur ses quatre pattes avant de pousser la sang perdu en une caresse un peu bourrue de la tête pour la faire émerger.

    Arrête ça, tss... râla-t-elle faiblement en se décalant de deux petits pas forcés par la vigueur du Kaasar, levant le bras pour retenir un nouvel assaut touffu.

    Elle posa sa paume sur sa truffe, croisa son regard, puis reporta son attention sur le mesorian. Elle hésitait clairement sur la marche à suivre à son propos à présent.

    C'est un Kaasar de l'Ombre, finit-elle par dire pour rompre le silence.

    Qu'il comprenne par là qu'elle mettrait de côté son animosité pour le moment. Lui fournir une réponse en guise de drapeau blanc, c'était tout ce qu'elle était en mesure de faire comme effort pour l'instant. Elle était d'une méfiance extrême, mais elle faisait confiance à son compagnon. Si lui n'avait montré aucune trace d'hostilité envers le mesorian, c'est qu'elle pouvait gager que son pronostic vital n'était pas engagé.

    Je ne te remercierai pas de les avoir fait fuir, j'aurais pu m'occuper d'eux au besoin, mais tu as choisi seul de faire abstraction de ma présence. Je ne fuyais pas, je prenais de la hauteur pour avoir plus de liberté de champs d'action, tint-elle à préciser pour couper ses élans héroïques.

    C'est le genre de choses qui arrivent lorsqu'un simple promeneur se détourne des routes. Le chemin par les bois regorge effectivement de trésors cachés pour qui les recherche, mais il est également plus sûr pour qui cherche à rester discret, ajouta-t-elle pour lui faire comprendre qu'elle ne croyait qu'à moitié à son histoire.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   9/2/2016, 17:30

Chanceux ? Définitivement ce n'était pas ce que laisser présumer les apparences toutefois il s'estimait effectivement chanceux quelque part. Non pas d'être toujours en vie face à l'archère, mais plutôt d'être tombé sur elle de manière totalement impromptue. Cette fille était une énigme à elle seule au yeux du jeune homme, même s'il n'en laissait rien voir et se concentrait désormais sur son compagnon à quatre pattes, elle n'en demeurait pas moins intrigante, au contraire. Toutefois, il préférait pour le moment ne pas trop s'attirer les foudres de la demoiselle en la submergeant d'une curiosité déplacé, et l'animal qui l'accompagnait offrait une excuse parfaitement valable pour accaparer sa curiosité qui d'ailleurs n'était feinte le moins du monde. Toujours accroupi, désireux de ne pas représenter de menace aux yeux de la bête, il l'observa tendre le cou jusqu'à ce que sa respiration ne soulève plusieurs mèches brunes sur le front du pirate, lui tira un rire amusé. Non, même s'il était imposant, il ne semblait pas le moins du monde agressif, et c'était le même genre de curiosité que la sienne qu'il avait l'impression de lire dans le regard tranquille de l'animal. Rassuré au moins sur ce point il leva enfin les yeux vers sa comparse bipède que la bête venait e bousculer affectueusement, s'attirant des remontrances pas vraiment convaincues de la part de cette dernière. La complicité entre les deux êtres était parfaitement évidente, même pour un total inconnu tel que lui, et il ne put s'empêcher de ressentir une certaine forme d'admiration sans trop savoir pourquoi. William remarqua au passage qu'il n'était désormais plus la cible d'une flèche qui pointait désormais piteusement vers le sol, et poussa un infime soupir de soulagement à cette constatation car même s'il s'était clairement amusé de la situation face à la jeune femme, il savait pertinemment que si cette dernière avait décidé de relâcher la corde, il n'aurait probablement fait de vieux os, c'était quitte ou double en somme. Mais comme il l'avait présumé, elle ne semblait pas mauvaise, simplement méfiante et au fond, il ne pouvait lui en vouloir, qui plus est étant donné qu'il l'avait quelque peu provoqué pour la pousser dans ses retranchements. Les bras négligemment appuyés sur ses genoux pliés, le jeune homme observait le manège avec une lueur du bienveillance dans le regard, ayant l'impression d'observer deux amis d'enfance se taquiner jusqu'à ce que ses yeux sombres ne croisent à nouveau ceux de la jeune femme qui semblaient désormais moins froids. Ce n'était pas l'amour fou pour autant, mais elle semblait avoir momentanément abandonnée son animosité violente à l'égard du jeune pirate. Les mots suivants qu'elle daigna lâcher le surprirent d'ailleurs, il ne s'attendait clairement pas à ce qu'elle accepte aussi rapidement de lui apprendre à quelle famille appartenait son compagnon. Et même si le nom ne lui en apprenait pas vraiment plus étant donné qu'il ne l'avait encore jamais entendu, il lui indiqua toutefois que la jeune femme sembla avoir perdu une partie de ses griefs à son encontre, ce qui lui tira une certaine satisfaction. Ainsi, il risquait moins de finir empaler sur un tronc par une flèche un peu trop rapide. Le sourire railleur qu'il arborait jusqu'alors se modifia légèrement, plus empreint de sympathie désormais alors qu'il reporta à nouveau son attention sur l'animal, tendant prudemment la main à son encontre sans pour autant pousser le vice jusqu'à effleurer la fourrure imposante de ce dernier, il préférait lui laisser le choix et ne pas forcer le contact si ce dernier ne le désirait pas, une chose qu'il avait pu apprendre au contact des équidés. Tout en tenant son bras levé, il écoutait attentivement la jeune femme une fois que cette dernière eut reprit la parole, ne pouvant étouffer un rire amusé lorsqu'elle remit sur les tapis les prétendues excuses qu'il attendait. En réalité, il n'avait dit ça que pour lui faire comprendre l'étrangeté de la situation, en aucun cas il n'attendait une telle chose de sa part et ne se gêna pas d'ailleurs pour le lui faire remarquer.

"Je ne voulais pas être remercier, je n'en ai rien à faire, et au vu de tes précédentes menaces, j'ai bien compris que tu n'avais besoin de personnes pour te défendre. Je voulais simplement te chambrer quelque peu vu la situation. "

William détourna légèrement les yeux du Kaasar pour observer la réaction de sa compagne dont il s'attendait à ce qu'elle s'offusque à nouveau devant son absence total de gêne, avant de ne reporter rapidement son attention sur la bête, l'observant désormais sous toutes les coutures maintenant qu'il ne lui prêtait plus d'intentions belliqueuses. Il comprit bien vite pourquoi on pouvait aisément le confondre avec un loup, tout en se disant également qui quiconque avait vu cette bête de près serait aveugle pour avoir pu se méprendre à ce point. Et l'attitude tranquille de l'animal contrastait tout particulièrement avec sa carrure imposante. Tout à sa contemplation, il perdit à nouveau son sourire lorsque la demoiselle insista sur le fait que les bois n'étaient définitivement pas le meilleur moyen de rallier la position qui l'attendait, et il finit par se redresser pour faire finalement lui faire face, conscient d'avoir affaire à une personne plus futée qu'il ne l'aurait cru. L'ancien soldat plongea son regard sombre dans les yeux de son interlocutrice, toute trace de nonchalance désormais disparu et l'observa silencieusement durant plusieurs longues secondes avant de ne détourner la tête en haussant les épaules, une ébauche de sourire au coin des lèvres avant de rétorquer de manière plus évasive qu'il ne l'aurait souhaité.

"Peu importe que ma présence soit liée à un besoin de discrétion ou au plaisir d'une simple promenade en forêt. Autant lié l'utile à l'agréable, n'est-ce pas ? "

Conscient que ces propos pouvaient clairement porter à croire qu'il s'agissait d'un être dangereux, il reprit rapidement en s'éloignant de quelques pas de la jeune femme, ne cherchant pas à créer davantage de méfiance chez elle qu'il n'y en avait déjà.

"La seule chose que tu as à savoir est que je ne chercherais pas à te nuire, en quoi que ce soit. Tu peux même reprendre ta route sur le champ, je ne te suivrais pas. Je te l'ai déjà dit, j'aime découvrir, apprendre, et m'informer. Il se trouve que ton compagnon velu fait parti d'une famille animale dont je ne soupçonnais même pas l'existence, même avant que tu ne m'apprennes de quel genre de bête il s'agit, j'ai simplement laissé ma curiosité prendre le dessus. "

Le mésorian se décala légèrement et lui indiqua le tronc contre lequel il se trouvait encore il n'y avait pas si longtemps tout en feignant une courbette ridicule avant de reprendre, retrouvant au passage son air moqueur.

"Mais si ma compagnie te déplaît à ce point, je t'en prie, retourne dans ton arbre ma chère !"

Elle semblait si fermée et si peu encline à la moindre note d'humour que c'était plus fort que lui, il ne pouvait pas s'empêcher de la chercher encore et encore, quitte à la voir s'énerver, ce qui, curieusement, le ravirait probablement. Malgré la pénombre, il trouvait le visage si glacial de la demoiselle plutôt agréable à observer, et nulle doute que la colère donnerait à ses traits une vie qui lui manquait jusqu'alors. Désormais concentré sur cette dernière, il avait déjà sorti de son esprit la présence de l'animal, sans se soucier le moins du monde de ses mouvements et se contentant de guetter la réaction de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   10/2/2016, 02:22

    Malheureusement, ou heureusement pour lui peut-être, la sang perdu ne maîtrisait pas encore toutes les aspérités de la langue. Aussi, quand il parla d'avoir voulu la chambrer, elle haussa de nouveau un sourcil, d'incompréhension cette fois. Était-ce une expression typique des mesorians, ou ce mot existait-il dans le langage courant ? Elle gagea d'y réfléchir tout en rangeant la flèche dans son carquois et en passant son arc en bandoulière sur son épaule.
    Chambrer, ça lui faisait penser à chambre. Que trouvait-on dans une chambre ? De ce qu'elle s'en souvenait, il y avait des lits, de vrais lits sur lesquels les mesorians semblaient s'allonger comme des ours sur le point d'hiberner. Parce que c'était, comment disaient-ils déjà, plus confortable ? Ouais, confortable. Confort. Un confort qui permettait de se détendre. Quand elle tira enfin la conclusion de ce cheminement mental, elle fronça le nez. En quoi lui faire remarquer qu'elle ne l'avait pas remercié pour quelque chose qui n'avait aucun mérite était censé la détendre ? Elle n'y comprenait décidément rien, et elle finit par abandonner cette affaire en soupirant.

    Nova quant à lui, avait repris l'observation du voyageur quand ce dernier avait tendu les doigts vers lui sans oser le toucher pour autant. Il n'avait pas bronché face à la proximité que s'accordait le mesorian, et semblait même curieux de savoir s'il irait jusqu'à glisser ses doigts dans sa fourrure. Mais il n'en fut rien, à la place, il préféra se relever et fixer son amie. Ses traits s'étaient même figés de nouveau, ayant abandonné les légères fossettes esquissées par ses sourires. Le Kaasar inclina encore la tête, puis finit par aller se coucher un peu plus loin près de la souche sur laquelle la sang perdu s'était précédemment assise, relâchant l'objet dérobé entre ses pattes avant et rabattant sa tête par-dessus. Mieux valait les laisser avoir leur discussion d'humains. De toute façon, il entendrait très bien de là où il était.

    Pour sa part, Khalee avait haussé les épaules face aux premiers mots délivrés. Elle ne voyait pas vraiment d'intérêt à lier l'utile à l'agréable, elle qui n'agissait la plupart du temps qu'à l'instinct de survie. Ce qui devait être fait, devait être fait et c'est tout, peu importe la façon tant que c'était accompli. Il pouvait bien aller compter les grains de sable du désert d'Opale tout en se faisant dorer au soleil, ça n'avait pas d'importance à ses yeux.
    En revanche, elle se remit à le fixer lorsqu'il s'éloigna de quelques pas, arborant une attitude suspecte qui tendait à croire qu'il venait de dire une bêtise. Elle en avait croisé des mesorians, mais celui-là était encore plus bizarre.
    Il s'étendit en explications, lui rappelant au passage sa soif de connaissance. Alors c'était par rapport à la remarque qu'elle lui avait faite ? Elle ne lui avait pourtant pas demandé de se justifier plus qu'il ne l'avait déjà fait. Mais après tout, s'il voulait gâcher de la salive pour se répéter et se perdre en arguments, c'était son problème.

    Elle suivit ensuite le geste à son attention, désignant l'arbre dans lequel elle s'était réfugiée plus tôt. Il l'invitait clairement à y retourner si tout cela n'était pas de son goût. Il se moquait d'elle ouvertement, mais allez savoir pourquoi, la sang perdu ne s'énerva pas cette fois-ci. Au contraire, une ombre effilée d'un début de sourire sembla effleurer le coin de ses lèvres alors qu'elle croisait les bras sur sa poitrine.

    Pourquoi monter dans l'arbre quand je pourrais reprendre ma route sans risquer que tu me suives, comme tu me l'as suggéré ? rétorqua-t-elle en référence aux propos qu'il avait tenus précédemment.

    Elle fit un pas en avant, et se mit à arborer à son tour une sorte d'expression moqueuse, inclinant légèrement la tête tout en l'observant, comme lorsqu'on se fait une remarque personnelle sur l'état d'une personne.

    À moins que tu attendes que je le fasse pour pouvoir apprendre autre chose ? Navrée, mais les mesorians ne montent pas aux arbres. Vous êtes bien trop raides et maladroits pour ça. Malgré ta hauteur, tu n'atteindrais même pas la première branche, railla-t-elle sur le ton de la provocation.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   10/2/2016, 13:18

Contrairement à ses attentes, la jeune femme ne sembla pas prendre la mouche face à sa provocation voilée, bien au contraire il aurait juré malgré l'obscurité avoir la commissure de ses lèvres poindre légèrement vers le haut en une ébauche indistincte de sourire ce qui le ravit finalement presque autant que si elle avait fini par s'emporter car au fond la seule chose qu'il voulait c'était de voir un semblant d'émotions sur son visage pâle et non cette indifférence notable qui laissait croire que tout lui indifférait. Le seul instant où elle avait perdu ce masque était lorsqu'elle avait assimilé – à tort – le jeune homme à un braconnier quelconque ayant voulu s'en prendre à son compagnon. Et lorsqu'elle reprit la parole, il ne put s'empêcher de lui sourire en retour en s'apercevant qu'au final elle avait tout de même de la répartie dans ses propos, acquiesçant silencieusement car après tout elle avait raison. Si cette jeune femme venait à prendre le large, il ne tenterait pas de la suivre, respectant la parole qu'il lui avait plus ou moins donné. Toutefois, si William s'était effectivement attendu à ce qu'elle prenne le large sans demander son reste une fois rassurée sur les intentions pacifistes de l'ancien élite, ce dernier se retrouvait passablement surpris de la voir encore face à lui, et qui plus est semblant se détendre légèrement malgré sa présence. Plus encore le léger pas dans sa direction lui tira un haussement de sourcils curieux alors qu'elle s'aventurait à briser la distance de sécurité qui les séparait jusqu'alors. Sans pour autant dire que la jeune femme n'avait plus aucune réserve, elle semblait toutefois être définitivement passer outre les réticences qu'elle avait vis à vis du mésorian. Et sans même lui laisser le temps de rétorquer, elle enchaîna en prenant le même chemin que lui, à savoir la moquerie, ce qui l'amusa quelque peu. En grand comédien habitué à séduire, il feignit un regard désolé en levant les yeux au ciel de manière tragique avant de lui répondre en usant d'un ton faussement désespéré.

"Hélas, tu as entièrement raison, je n'ai rien d'un acrobate, loin de là ! Mais vois-tu, je préfère nettement avoir mes deux pieds sur une surface stable, donc je te laisse le privilège de grimper aux arbres sans le moindre regret."

L'ancien soldat croisa les bras, reprenant un air un peu plus sérieux tout en observant la moue qu'affichait la jeune femme avant de continuer sur sa lancée sans la quitter des yeux.

"Toutefois, je ne saurais pour autant te laisser dire que je suis maladroit, je me défends plutôt bien dans ce domaine, probablement mieux que certain de mes semblables …"

Il ne lui aurait pas été bien difficile de passer pour vantard aux yeux de qui que ce soit en proférant de tels propos, et le jeune homme s'en rendit bien vite compte, d'autant plus face à elle qui ne semblait pas spécialement porter la race mésorianne dans son cœur s'il pouvait se fier à ses propos teintés de mépris. C'est pourquoi, à l'image de la demoiselle il fit un pas dans sa direction et se pencha légèrement vers elle, haussant un sourcil avant de lui faire une proposition qu'elle refuserait probablement, il l'aurait alors parier. Mais uqi ne tente rien n'a rien, et cette femme ne semblait pas en reste question provocation.

"Mais après tout, si tu en doutes, et je peux le comprendre, libre à toi de vérifier que j'ai tort."

Il ne lui proposait rien de plus qu'une joute amicale si l'on peut dire étant donné qu'ils n'avaient tous deux rien de vieux amis. Mais une épreuve quelconque pour lui montrer qu'elle se fourvoyait, peu importe laquelle, il lui en laissait le choix … du moment qu'il ne s'agissait pas effectivement de gravir un tronc ou une falaise. Non, en réalité le jeune soldat songeait plus à un exercice de tir, ou encore d'escrime bien qu'après un bref coup d'oeil en direction de son interlocutrice, il doutait fort qu'elle soit doté d'une lame adéquate, ni même qu'elle manie l'épée. Mais le moins qu'il ait appris pour le moment à son sujet était qu'il l'avait probablement jugé un peu trop vite, et de ce fait il était curieux de découvrir ce dont elle était capable. Et bien au fond de son esprit, une petite voix lui posait également la question de savoir pourquoi elle n'était pas encore partie, ayant désormais retrouvé son compagnon, rien n'aurait pu entraver sa fuite, surtout pas lui. Il se demandait donc si, tout comme lui, elle était simplement poussée par la curiosité ou bien si une autre raison quelconque l'incitait à s'attarder en compagnie d'un mésorian tel que lui en pleine forêt en début de nuit. Un regard rapide autour de lui finit par lui apprendre que la soleil avait bel et bien disparu et la pénombre ne tarderait probablement pas à engloutir complètement les bois, ce qui étrangement, ne l'inquiétait plus autant maintenant qu'il avait trouvé un centre d'intérêt au sein de ces derniers. Reportant son regard sombre sur le visage de la jeune femme, il croisa au passage la masse allongée que formait le Kaasar non loin, visiblement étranger à la discussion qui avait lieu près de lui. Finalement, William se contenta d'observer la jeune femme en silence, guettant une réaction quelconque lorsqu'il crut entendre des échos de voix étouffés par la végétation non loin. Peu sûr de lui toutefois, il pouvait également s'agir d'animaux nocturnes en maraude, il se concentra désormais plus sur ce son que sur la potentielle réponse de son interlocutrice.
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   10/2/2016, 16:41

    L'attitude du mesorian intrigua davantage la sang perdu. Était-ce nécessaire de s'abattre à ce point pour un défaut de compétence ? À moins que ça ne lui ait réellement déjà posé des soucis. Cependant, elle comprit bien vite qu'il se fichait encore d'elle à l'entente du ton emprunté. S'il usa d'abord de l'auto-dérision, il se dédommagea de son incapacité en la justifiant presque d'un manque d'intérêt certain pour tout ce qui ne faisait pas état d'une surface sur laquelle il pouvait garder un équilibre évident. Elle haussa un sourcil et fronça le nez, mimique qui pouvait presque faire penser à une onomatopée silencieuse du style gné ?.
    Promeneur, mais clairement pas aventurier, donc. Plutôt handicapant pour quelqu'un qui était désireux de découvrir de nouveaux trésors. Ne savait-il pas que les plus précieux dormaient généralement dans des endroits inaccessibles ? Ou bien avait-il la simple prétention de pouvoir les atteindre quand même ?

    Elle lui aurait bien fait la remarque, mais il poursuivit légèrement plus sérieusement en targuant qu'il ne pouvait cependant pas la laisser le dénigrer de la sorte. Evidemment, l'accusation avait un côté gentillet, tout comme sa plaidoirie était quelque peu naïve.

    Vraiment ? souffla-t-elle d'un air moqueur.

    Elle accentua elle aussi son demi-jeu en soupirant longuement de lassitude. Les mesorians avaient toujours cette fâcheuse tendance à se croire plus forts que leurs comparses. Elle allait finir par croire que la fierté naturelle des torkos avait déteint sur leur personnalité, à moins que ce ne soit un attrait typiquement masculin. Bien qu'en l'occurrence, ici, il n'avait personne à impressionner. Khalee du moins ne le serait pas aussi facilement. Elle avait cette hargne et cette brutalité supérieure à la plupart des hommes qu'elle avait rencontrés, parce que sa force ne résidait non pas dans sa faculté à paraître plus forte - ç'aurait été difficile de toute façon, au vu de sa carrure bien trop commune à celle des okanakis de premier abord - mais se puisait dans l'instinct animal qui pouvait la rendre aussi sauvage et indomptable qu'une bête féroce. Ce n'était donc pas un fils d'Hygérie qui la prendrait au dépourvu. Pas sur ce rapport en tout cas.

    Elle l'observa ensuite s'avancer d'un pas à son tour puis se pencher, ne le lâchant pas du regard, mauvaise habitude oblige. Puis elle écarquilla les yeux en l'entendant. Avait-elle bien saisi ? Elle laissa échapper un rire à un seul écho face à sa désinvolture. Il ne manquait pas de toupet celui-là !

    Tu me défies, mesorian ? Il faudrait déjà que tu puisses bouger assez vite ce qui te sert de jambes ! railla-t-elle ouvertement.

    Et à quelle épreuve au juste songeait-il pour la confronter ? Pas à l'arc, puisqu'il n'en avait pas, ni à l'épée, puisque, inversement, elle n'en avait pas non plus. Le corps-à-corps n'avait jamais été le domaine dans lequel elle excellait mais... Elle avait été contrainte de s'entraîner suite à ses différentes altercations avec Ellhrann, peut-être était-ce l'occasion de vérifier qu'elle avait bel et bien gagné en pratique. Mais avec quoi ? Deux branches épaisses, par exemple ? Qui feraient office d'épées de bois, comme celles qu'utilisaient les jeunes enfants pour jouer ? L'idée ne la ravissait pas, mais ça conviendrait. Elle se mit alors en quête d'en trouver une, mais l'attitude soudaine du mesorian, à l'instar de celle de Nova qui avait relevé la tête d'un coup et dont les oreilles s'étaient dressées comme à l'affût, elle cessa immédiatement ses recherches et s'immobilisa pour laisser le silence de la forêt lui souffler les murmures inconnus qui venaient de causer le trouble.
    Les bruits se répétèrent, mais sous la forme de feuilles et de branches que l'on secoue par mégarde sous son passage. La sang perdu fronça les yeux, et tourna son visage vers son compagnon à poils qui s'était relevé et s'inclinait à présent en posture défensive en grognant. Ni une, ni deux, Khalee le rejoignit pour encadrer sa gueule de ses mais afin de l'apaiser. Si danger imminent il y avait, mieux valait ne pas informer davantage ce que c'était de leur présence. Une fois que Nova se tut, elle s'approcha à pas de loup du mesorian et se cala dans son champ de vision, afin d'éviter un contact physique qui aurait pu le surprendre. Son attention captée, elle fit un léger mouvement de tête pour l'inciter à la suivre, ou au moins à regarder la direction qu'elle semblait indiquer. Tout en gestuelle, elle l'invita à se planquer derrière les buissons assez hauts pour dissimuler des corps allongés, là où Nova s'était déjà replié. Sans attendre plus puisqu'elle estimait qu'il avait certainement compris, elle rejoignit la planque de fortune et se mit à plat ventre dans la terre, puis glissa ses mains dans la végétation pour en séparer deux points afin d'avoir ne serait-ce qu'un oeil sur ce qui ne tarderait certainement pas à se montrer.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   10/2/2016, 18:42

Ce n'était pas là la réponse à laquelle il s'était réellement attendu, mais malgré tout il en était plus que satisfait, et pour cause, la jeune femme semblait répondre à ses provocations et paraissait même encline à cette petite rixe amicale. Toutefois, difficile de trouver un bon moyen de les départager car ils ne portaient guère la même arme, et William se voyait mal proposer à la demoiselle un combat à mains nues compte tenu de sa frêle stature à côté de lui, cela lui aurait conféré un avantage bien trop évident. Mais cette question resta bien vite en suspens dès lors qu'il eut surpris un son suspect non loin d'eux, qu'à l'évidence le compagnon de la jeune femme avait également saisi s'il pouvait en croire sa réaction. Le jeune pirate observa donc sa compagne provisoire et à son air soudain tendu, compris bien vite qu'il n'avait pas imaginé ces sons. Le silence les enveloppait tous les trois alors que seuls quelques bruits de la vie sauvage se faisaient entendre, jusqu'à ce qu'un nouveau son, plus proche ne finisse de mettre l'animal en éveil, allant même jusqu'à provoquer ses grognements le temps que la jeune femme n'aille l'en empêcher. Réflexe salvateur car c'était probablement le meilleur moyen de ne pas se faire connaître si les sons provenaient de personnes mal intentionnées. Le jeune homme délaissa bien vite l'observation de la jeune femme et de son comparse velu pour se concentrer sur l'origine des bruits entendus, ayant perdu son air jovial pour une mine soudain bien plus sombre. A l'affût du moindre mouvement dans l'obscurité, il fallut que la jeune femme vienne se mettre en face de lui pour qu'il lui porte à nouveau une certaine attention, se gardant bien pourtant d'émettre le moindre commentaire. Au lieu de ça il observa ses gestes alors qu'elle gardait également le silence et déporta rapidement son regard sur la zone indiquée, déjà occupée par l'animal. L'idée de se mettre en position de vulnérabilité en étant proche du prédateur ne lui plaisait qu'à moitié, il ne serait alors plus aussi libre de ses mouvements, mais à dire vrai il n'avait pas vraiment le choix, n'étant pas à même de grimper aux arbres comme elle le faisait si aisément.

Sans attendre la moindre réponse du mésorian, elle rejoignit d'ailleurs son compagnon tout en s'attirant sans le savoir un regard quelque peu circonspect. En effet, comme elle l'avait si bien exposé, il ne lui était pas difficile de se réfugier dans la cime d'un arbre pour se soustraire à la vue d'une quelconque menace. Dans ce cas alors, pourquoi préféré se dissimuler derrière un simple feuillage au lieu de prendre de la hauteur ? Ce point interloqua le jeune homme toutefois il ne prit guère le temps d'y réfléchir davantage et rejoignit les deux acolytes sans tarder, prenant soin de s'allonger au sol du côté opposé au kaasar, laissant sa compagne bipède entre eux deux. Gêné par son arme toutefois, il retira prestement la sangle qui lui ceignait le torse et la retenait, pour se contenter de garder le fourreau en main si jamais il venait à devoir s'en servir. De sa dextre, il imita la jeune femme étendu à son côté et écarta quelques branches basses pour avoir un aperçu de ce qui se tramait. Ils n'eurent pas à attendre bien longtemps avant que des sons métalliques ne se joignent aux bruissements du feuillage. Les doigts du jeune fugitif se resserrèrent sur son arme alors qu'un pied botté entra dans son champ de vision. Malgré le peu de luminosité qui régnait, il n'était pas bien difficile de savoir qu'il s'agissait de militaires. William ferma les yeux l'espace de quelques secondes avant qu'un chuchotement n'attire son attention et ne l'incite à observer de nouveau, tentant de saisir quelques syllabes malgré l'effort manifeste que mettaient les soldats à rester les plus discrets possible.  Le jeune homme n'avait pas la moindre idée de la raison qui avait poussé des membres de la garde à investir ainsi les bois, il espérait toutefois que ce n'était pas sur sa tête qu'il misait. Pour peu que les deux trappeurs croisés précédemment n'aient reconnus chez lui ne figure recherchée, ce dont il doutait fort toutefois, ils auraient aisément pu convaincre des miliciens de venir sondés les bois. C'est la mine soucieuse qu'il tourna le regard en direction de la jeune femme tapie dans l'ombre, guettant une quelconque réaction, avant de reporter son entière attention sur les mouvements de la petite troupe. Même dans le cas où il n'avait rien à voir avec leur présence, c'était tout de même mauvais signe, autant pour lui que pour la demoiselle dont il doutait fort qu'elle n'apprécie la compagnie de soldats mésorians. Les bottes finirent toutefois par sortir de leur champ de vision, mais même après cela, l'ancien élite laissa un certain temps s'écouler avant de ne desserrer finalement les mâchoires, chuchotant plus pour lui-même qu'à l'attention de sa voisine en fin de compte.

"La garde ici, de nuit, c'est mauvais. Très mauvais."

Le jeune homme se décala légèrement de côté avant de se redresser suffisamment pour voir au dessus des fourrés, son arme toujours en main. Les sons leur parvenaient toujours, plus diffus, mais plus aucun mouvement ne se faisait apercevoir désormais. Quelque peu soulagé, il s'accroupit et observa l'archère avant de reprendre.

"Je crains que nous ne devions remettre ce petit défi à plus tard, si toutefois tu t'en sens toujours capable évidemment. "

Même s'il se doutait fort qu'ils ne se recroiseraient probablement jamais après s'être séparés, William tentait d'insuffler ses railleries habituelles dans ses propos, mais cette fois-ci, le cœur n'y était pas et on pouvait sentir poindre l'inquiétude qui le rongeait malgré l'effort qu'il faisait à employer un ton jovial. L'idée qu'on puisse le trouver l'effrayait quelque peu, car si en ville il était parfaitement à l'aise pour se défiler et trouver toutes sortes de ruses pour semer d'éventuels poursuivants, il était bien conscient que cela ne serait pas le cas au sein de ses bois qui pourtant, lui avait offert jusqu'à présent une certaine forme de sécurité. Mais cette route qu'il pensait salutaire risquait bien de se transformait en véritable labyrinthe fatal si les miliciens qui venaient de passer s'avéraient ne pas être seuls. Le regard dans le vague, il semblait observer les traits de son interlocutrice, alors qu'en réalité il songeait à son propre salut. Non pas qu'il fut égoïste au point de laisser une jeune femme aux mains de soldats, si tant est d'ailleurs qu'ils puissent avoir quelque chose à lui reprocher, c'est surtout qu'il ne doutait aucunement des capacités de cette dernière à semer qui que ce soit dans cet entrelacs de végétation. Ce qui, hélas, n'était clairement pas son cas. L'ancien soldat se redressa finalement, mais au lieu de se diriger vers le semblant de sentier d'où il venait se tourna vers les profondeurs sombres du bois, sans pour autant remettre son arme. La garder en main serait plus aisé s'il venait à devoir se défendre rapidement. Relâchant l'attention qu'il avait porté à l'archère jusqu'ici, il réfléchissait rapidement aux diverses options qui s'offraient à lui. Il ne connaissait pas les bois, les savait désormais arpentés par des soldats, voyageait de nuit et ignorait totalement ce qui pouvait les faire face. Le mésorian lâcha un infime soupir avant de reprendre la parole toujours aussi doucement à l'attention de la jeune femme.

"Tu devrais peut-être trouver refuge dans les arbres une fois de plus. Même tu n'es certainement pas la cause de leur présence ici, mieux vaut éviter de trop leur faire face j'imagine. "

Un léger rire empli de nervosité traversa le jeune homme avant qu'il ne se détourne légèrement pour observer la demoiselle, reprenant dans la seconde suivante afin qu'elle ne prenne pas la mouche cette fois.

"Enfin, je ne doute pas de tes capacités à te dissimuler. C'est un simple conseil."

Conseil inutile, songea-t-il, mais curieusement cela l'aurait ennuyé qu'elle puisse avoir des problèmes avec la garde. Sans raison véritable d'ailleurs, il ne le connaissait pas et avait peut-être affaire à une dangereuse criminelle cachant bien son jeu. Mais c'était un des plus gros défaut du jeune mésorian, son incapacité à faire passer sa raison et sa logique avant ses émotions. Cela lui avait toujours causé du tort, et pourtant il ne parvenait pas à en tirer suffisamment de leçon. Il serait peut-être temps pour lui d'apprendre un jour.      
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   11/2/2016, 10:41

    La sang perdu avait déposé arc et carquois entre elle et Nova, à portée de bras si d'aventure elle était contrainte de s'en saisir avec rapidité et dextérité. Rejointe par le promeneur, elle lui glissa un regard en coin avant de se concentrer sur les nouveaux bruits qui se rapprochaient. Tintement de mailles et de fer, chuchotements lourds et graves, ils semblèrent s'arrêter non loin d'eux, l'un d'eux s'approchant même un peu trop près du buisson à son goût. Les doigts d'une main repliés sur la truffe de Nova, l'autre accrochée à la garde du poignard, prête à le dégainer au moindre mouvement trop insistant, Khalee resta fixée sur les pieds qu'elle apercevait de là où elle était.
    Elle ne parvenait à saisir que des mots sans queue-ni-tête, bien qu'elle ait hérité des sens aiguisés des okanakis, ils n'étaient pas aussi développés pour elle qui était aussi torkos. Et puis, ceux qui s'échangeaient quelques paroles prenaient soin de murmurer vraiment à voix basse.
    L'autre ayant abandonné sa proximité avec le buisson et ayant rejoint ses acolytes, cela ne suffit pourtant pas à la détendre, et elle resta aussi immobile qu'elle l'était. Seuls les doigts sur le museau du Kaasar semblaient bouger légèrement comme pour lui délivrer des caresses rassurantes. Voilà pourquoi elle ne s'était pas perchée dans un arbre cette fois-ci. Son compagnon était là, et il était bien trop ample pour pouvoir grimper sur une branche haute. Hors de question alors qu'elle le laisse à terre pour se mettre seule à l'abri.
    Concentrée jusqu'au bout, elle ne perçut pas le regard du mesorian, attendant que la petite troupe s'en aille. Quand enfin elle gagea qu'ils étaient assez loin, elle relâcha la pression sur la garde du poignard, et ôta sa main de la truffe de Nova en laissant échapper un léger soupir de soulagement. Elle tourna la tête en direction du voyageur quand il balbutia quelques mots à propos de la Garde, et fronça un peu les yeux avant de se redresser à son tour. C'était des élites ? Qu'est-ce qu'ils pouvaient bien faire si loin d'Îleval ? La ville était à un ou deux jours de marche de ce point de la forêt, pourquoi s'étaient-ils éloignés autant ?

    Assise, le dos contre Nova, la sang perdu releva son regard sur l'homme qui reprenait la parole, s'adressant directement à elle cette fois-ci. Mais son ton naturellement enjoué semblait avoir perdu de sa splendeur, et ça, elle l'avait remarqué.

    Tu aurais perdu de toute façon, fit-elle alors remarquer pour toute réponse en replaçant son arc en bandoulière.

    Il sembla ensuite rentrer dans une introspection profonde, et la sang perdu détacha son regard de lui pour observer le Kaasar qui semblait enfin lui tendre ce pour quoi on l'avait précédemment poursuivi. Elle s'en saisit, mais ne décacheta pas immédiatement ce qui semblait être une missive roulée sur elle-même, l'observant d'abord se relever complètement. Suivant elle aussi mais pour s'asseoir sur le dos de son compagnon, elle déroula finalement le papier pour en parcourir les quelques lignes pendant que le mesorian semblait réfléchir de son côté à ce qu'il allait faire à présent.
    Ordre d'arrêt contre William Duval, aperçu aux abords de [...]
    [...]Profil de l'individu : Entre 2m10/20, yeux marrons, cheveux mi-longs bruns, armé d'une épée longue ayant[...]
    Merci de respecter la confidentialité de cette mission non déclarée aux autorités supérieures pour le compte exceptionnel de M.[...]


    Tout cela était si déroutant qu'elle sursauta légèrement quand l'inconnu s'adressa de nouveau à elle, écrasant presque le papier entre ses doigts en le roulant sur lui-même. Elle rangea le rouleau dans l'une de ses poches et descendit de Nova, qui se leva à son tour, pour rejoindre le mesorian, dont l'attitude était clairement devenue inquiète malgré ce qu'il voulait laisser paraître.

    Je ne voyage pas seule, rappela-t-elle en désignant son ami velu.

    Elle prit ensuite à son tour un moment pour réfléchir. Tout cela était très étrange, mais Khalee n'avait jamais cru aux coïncidences. Restait à savoir comment elle allait procéder pour qu'il ne remarque rien.

    Je dois moi aussi rejoindre un endroit après la forêt, reprit-elle d'abord avec une hésitation non feinte.
    Il y a un point permettant de relier les différentes directions, et je connais les passages les plus déserts, alors...

    Emmerdée à l'idée même de lui exposer sa proposition de façon aussi directe, elle s'ébroua, reprenant cette attitude sauvage.

    Ne va pas croire que je me soucie que tu te perdes ! Mais que je le veuille ou non, tu m'as aidée tout à l'heure, et je déteste avoir des dettes. Surtout envers les gens de ton peuple.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   11/2/2016, 15:08

Tout en restant pensif sur la marche qu'il avait à suivre désormais, le fugitif observait les sous-bois, incertain de parvenir à sortir sans encombres de la forêt si d'aventures il venait à emprunter les sentiers détournés une fois de plus. Sa voisine ne lui laissa guère le temps de s'épancher davantage sur son sort et lui répondit bien vite quant au petit conseil qu'il lui avait prodigué, arguant qu'elle n'était pas seule pour se déplacer, ce dont il avait bien évidemment pu se rendre compte. Toutefois, même si William ne doutait pas de la capacité de l'animal à faire fuir d'éventuels fauteurs de trouble, il craignait en revanche un surnombre d'assaillants par rapport à leur petit duo. Qui plus est, pour la plupart des membres de la garde qu'il avait pu entrapercevoir, il semblait s'agir exclusivement de mésorians, de ce fait, elle risquait de se trouver en position de faiblesse en cas d'assaut. Le jeune homme promena son regard sur son interlocutrice, cherchant à capter une quelconque émotion, mais ses pensées était pourtant clairement ailleurs. Toutefois, elle parvint tout de même à s'accaparer son attention lorsqu'elle reprit la parole semblant hésiter sur certains de ces termes. Jusqu'ici, pas une seule fois elle n'avait fait preuve d'une quelconque gêne et c'était bien le ton de sa voix qui avait intrigué le fugitif, l'incitant à s'enquérir de la raison de cette soudaine incertitude. Lorsqu'elle lui parla de sentiers déserts, il fronça imperceptiblement les sourcils. Il n'y avait pas si longtemps elle menaçait encore de lui trouer la peau, et voilà qu'elle semblait désormais lui proposer à mots couverts de lui indiquer la sortie des bois. Ou bien il avait raté un étape dans leur discussion, ou alors elle se jouait de lui. Peu méfiant par nature, le jeune homme ne pouvait toutefois s'empêcher de trouver cela légèrement suspect compte tenu de la situation plus qu'ambiguë. Elle parvint tout de même à lui tirer un sourire amusé en reprenant ses manières de sauvageonne pour prétexter qu'il ne s'agissait là que d'un remboursement de dette. William garda un léger sourire tout en conservant le silence le temps de repasser finalement la sangle de son arme sur son torse avant de répondre finalement.

"Oublie l'idée d'une quelconque dette, je ne fonctionne pas ainsi et j'ai horreur de ce concept. Mais j'accepte ton aide avec gratitude."

A vrai dire, il n'avait pas réellement le choix hormis prendre le risque de se perdre seul dans les fourrés. L'avoir proche de lui lui permettrait également de pouvoir garder un œil sur elle si d'aventures elle envisageait de le tromper. De plus, sa méfiance ostensiblement visible envers les mésorians le poussait à croire ses propos lorsqu'elle prétendait ne vouloir que s'acquitter d'une dette sans pour autant lui venir en aide par simple altruisme. C'est pourquoi il lui répondit sur le ton de la plaisanterie.

"Et je sais pertinemment que mon sort t'importe peu, il n'y aura pas le moindre malentendu ne t'en inquiète pas."

A l'affût du moindre cliquetis métallique, le jeune pirate se déplaça de quelques pas pour observer les environs à la va-vite tout en attendant qu'elle soit prête à vider les lieux, lui même presser de partir de peur que la garde ne refasse surface une seconde fois. Il ne tenait pas particulièrement à les affronter seul, se doutant qu'il ne s'attirerait probablement pas la moindre aide de la part de la jeune femme. Mais rendu nerveux par la présence trop proche d'une telle menace, il prit les devants et amorça quelques pas en direction des sous bois, se retournant régulièrement pour observer le duo auquel il allait se joindre momentanément. Désormais débarrassé de son bien volé, la kaasar ne se souciait visiblement pas de la situation et se contentait d'observer tranquillement les deux bipèdes à ses côtés. William incita finalement la jeune femme à prendre la route avant de la suivre tranquillement, gardant une certaine distance avec elle par respect pour son aversion visible envers lui, tout en jetant des coups d'oeil régulières à l'animal à fourrure les accompagnant. La curiosité le reprit concernant la bête, et il en profita pour masquer sa nervosité en y portant tout son intérêt, allant jusqu'à questionner de nouvelle la jeune femme sur son curieux compagnon à quatre pattes.

"Je n'ai jamais vu de … Kaasar dans les environs auparavant. Qu'est-ce exactement comme animal, et d'où vient-il ? Pardonne ma curiosité, mais ton compagnon m'intéresse, il a tout d'un prédateur, sauf le comportement et c'est un mélange des plus étonnants. "

Toutefois compte tenu de leur situation, le pirate s'était contenté de poser ses questions à voix basse afin de ne pas se faire repérer. Qui plus est, il n'était même pas certain de ne pas se faire refouler à cause de sa curiosité trop déplacé. Mais aussi froide et distante que semblait être la jeune femme, elle lui était curieusement plus familière que toutes les demoiselles qu'il avait pu rencontrer. Peut-être était-ce dû au fait qu'elle semblait moins porté sur les bonnes manières et ce genre de chose qu'il considérait comme inutile et prise de tête. Dans tous les cas, même l'apparente froideur de sa voisine ne parvenait pas à le rebuter.
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   11/2/2016, 18:46

    Khalee n'avait pas voulu signaler par là qu'elle ne risquait rien accompagnée d'un tel animal, mais plutôt qu'elle n'avait pas l'intention de se percher en amont tout en laissant Nova à découvert dans les bois. C'était ensemble ou rien entre eux, et même s'il leur arrivait d'être séparés, ce n'était jamais pour bien longtemps, mais simplement par nécessité selon les situations. Elle devrait peut-être certainement bientôt se séparer définitivement de lui, et si elle refusait toujours d'y penser jusqu'à présent, elle savait que ce serait à coup sûr le moment le plus douloureux de sa vie. Mais elle avait donné sa parole à un certain Dieu, et les promesses de ce genre ne pouvaient être brisées sous aucun prétexte.

    Elle fronça un peu plus les yeux en apercevant le sourire qui se dessinait sur ses lèvres. Quoi ? Il trouvait qu'il y avait de quoi rire encore ? Elle émit un soupir exaspéré tout en levant les yeux au ciel et en secouant légèrement la tête quand il déclara accepter son aide. Ce n'était pas de l'aide, ça n'avait rien à voir ! C'était... De la pitié ? Non, elle ne se sentait pas peinée pour lui. Bref ! Ce n'était pas de l'aide, c'était un partage d'informations, voilà.
    Et comme s'il avait compris qu'elle était emmerdée rien qu'à l'idée qu'il croit qu'elle faisait ça de bon cœur, il remit le contexte en place, et elle se contenta de lui adresser un regard un peu trop fier avant de raccrocher ses effectifs correctement à leur place.

    Bien, alors on peut y aller, déclara-t-elle sans prendre la peine de le regarder.

    L'observant ouvrir vaguement le chemin, elle le suivit à quelques pas derrière lui, soupirant un peu plus faiblement cette fois-ci en guise de résiliation. Posant brièvement ses yeux dans les siens chaque fois qu'il cherchait à croiser son regard, elle finit toutefois par lui repasser devant, afin qu'il arrête de faire la girouette d'une part, mais surtout parce qu'elle connaissait le chemin, et pas lui. Nova ne se souciait guère de l'un ou de l'autre, se contentant de progresser avec sa grâce naturelle, suspendant parfois ses pas pour renifler quelques feuilles ou pour se frotter le poil contre un tronc d'arbre.
    Elle daigna enfin accorder un regard au voyageur quand il rompit le silence des bois en se mettant à la questionner de nouveau, faisant mine de réfléchir à si elle allait lui répondre ou non. Khalee n'était pas fan des brins de causette, mais dans cette situation, discuter un peu lui donnerait certainement moins l'impression d'être juste suivie. Même si c'est elle qui le lui avait proposé, c'en n'était pas moins dérangeant, c'était comme une ombre ne lui appartenant pas. Bizarre quoi. Et puis, c'est de son compagnon dont il était question, parler de lui était toujours facile, contrairement aux sujets la concernant plus personnellement.

    C'est certainement le seul de son espèce que tu croiseras en une vie. Le Kaasar de l'Ombre est rare, contrairement aux autres congénères de sa race. Je n'ai jamais croisé ceux de glace, mais je sais qu'ils vivent en meute dans le nord. Quant à ceux des sables, il paraît que certains les domestiquent à Opale.

    Il pouvait donc comprendre aisément qu'elle l'ait suspecté d'être un braconnier. Ça n'aurait pas été la première fois que quelqu'un cherchait à s'approprier l'animal pour tout un tas de raisons évidentes. Si ses dents ravissaient les quelques collectionneurs et que ses griffes pouvaient faire des éléments redoutables d'armes, sa fourrure nuancée des couleurs de blanc, violet foncé, pourpre et noir, ferait sans aucun doute le manteau le plus cher de tout l'Archipel. Elle en était révulsée rien que d'y penser.

    Je ne suis même pas certaine qu'il en existe d'autres comme Nova. On s'est trouvés dans les forêts de Belhovre, c'était il y a longtemps maintenant, poursuivit-elle en tournant son visage vers son ami à poils qui fit de même à son attention, une légère tendresse voilée dans la voix malgré elle.

    Nova frotta sa tête contre la sienne en guise de confirmation, et un sourire réel illumina les traits de la jeune femme alors qu'elle le regardait s'éloigner un peu. Ce n'était pas ce dernier qui s'était présenté à elle, ni elle qui avait cherché à l'approcher. Ils s'étaient trouvés par hasard, avaient appris à s'apprivoiser l'un l'autre, pour ne plus jamais se quitter, ou pas plus de quelques jours.

    Il ne mange pas d'hommes, si c'est ce qui t'inquiète, railla-t-elle finalement en ayant retrouvé son expression neutre pour lui faire comprendre qu'elle avait remarqué sa nervosité.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   14/2/2016, 16:02

Le jeune homme avançait en suivant les traces de sa guide, tout en quêtant également la réponse à son interrogation. Curieux, il posa à nouveau son regard sur le compagnon qui caracolait près d'eux sans même se soucier de faire preuve d'un semblant de discrétion, toutefois il restait étrangement silencieux malgré ses mouvements amples, probablement une caractéristique lié à sa race songea le pirate. Mais s'il n'avait jamais rien vu de tel, William était pourtant bien forcé de reconnaître qu'il s'agissait là d'un animal remarquable à bien des points de vue, et comprenait également beaucoup bien la précédente crainte de la jeune femme quant au fait qu'il puisse être un braconnier. Un tel fauve ne courait pas les rues, loin de là, et sa fourrure aux tons sombres mais curieusement diversifiés aurait largement de quoi attirer les convoitises. A moins qu'un éventuel acquéreur de préfère garder la bête vivante pour enrichir un quelconque collection zoologique. Si le jeune homme n'en avait encore jamais vu, il savait pourtant que certaines personnes aisées payaient cher pour s'offrir le luxe d'un jardin privé contenant des créatures rares. Comme pour étayer les songes de son voisin, c'est ce moment-là précisément que choisit la jeune femme pour lui apprendre un peu plus sur son compagnon à quatre pattes, après avoir garder le silence quelques secondes, s'attirant ainsi l'attention du jeune pirate qui accéléra légèrement la pas pour remonter aux côtés de l'archère et ainsi lui permettre de garder la voix basse. Le fait qu'elle lui apprenne que les Kaasar de l'ombre était une race très rare ne fit que confirmer la menace qui devait régulièrement peser sur la tête du fauve et de sa compagne. Toutefois il fut surpris d'apprendre au passage qu'il en existait d'autres « formes «  dans des contrées plus reculées et se mit à espérer pouvoir en croiser quelques spécimens un jour, lors de ses diverses pérégrinations.  La jeune femme replongea aussitôt dans le silence, avant de reprendre plus à l'attention de l'animal que du jeune homme. Etonnée par le timbre subitement doux de sa voix, ce dernier lui jeta un rapide coup d'oeil avant de comprendre d'où venait l'émotion tranquille qu'il avait cru percevoir ; en effet, elle observait son ami avec une tendresse non voilé lorsque ce dernier vint se frotter contre la jeune femme comme un gros chat viendrait quémander quelques caresses, ce qui tira un sourire heureux à cette dernière, probablement la première expression de la sorte qu'il pouvait apercevoir sur ses traits fins et le fit sourire, touché malgré lui par le lien qui semblait unir ces deux êtres. William se reprit toutefois rapidement lorsque l'attention de la demoiselle finit par revenir sur lui et en profiter pour reprendre son attitude habituelle tout en le rassurant plus ou moins au passage. Le pirate esquissa un sourire amusé avant de secouer la tête de manière négative, les mains dans les poches de son pantalon en lin, répondant au passage  sur le ton de la plaisanterie.

"Ca ne m'inquiète pas, je suis pratiquement sûr d'avoir mauvais goût pour peu qu'il ait le palais un tant soit peu délicat. Trop coriace. De plus s'il possède ton aversion pour les mésorians, je doute même qu'il ne daigne goûter."

Alors qu'il avait ralentit le temps de l'échange entre les deux compères, le rythme de marche reprit de plus belle, le jeune homme cheminant désormais côté à côté avec sa guide et en vint finalement à reprendre, d'un ton sérieux même si la question aurait pu sembler teintée d'humour.

"Et après tout, qu'est-ce que te dit que je m'inquiète de quelque chose ?"

Le jeune homme n'était pas dupe, il savait que sa nervosité avait dû être aperçu, cacher ses émotions n'ayant jamais été son point fort, toutefois il cherchait à savoir à quel point ce fait avait pu être flagrant. La présence d'élites dans les environs le pousser à ne pas faire vraiment confiance à la jeune femme, et ce même si cette dernière ne semblait plus ne vouloir que son trépas désormais vu qu'elle en était même venu à l'aider. Pour autant, il n'allait pas se fier à elle aveuglément et préférait nettement rester sur ses propres gardes. Son œil entraîné d'ancien membre de la garde avait déjà repéré les potentielles armes dont disposait l'archère si jamais elle venait à nouveau à le menacer, et se tenait prêt, bien plus que lorsqu'il l'avait rencontré dans les sous bois étrangement. Toutefois, si elle-même avait ouvertement montré son aversion envers le mésorian qu'il était et au passage la totalité de ses pairs, il n'allait pas s'amuser à faire de même. Et pour cause, cette petite lui plaisait bien malgré son côté froid, et il aurait été quelque peu déçu de la voir retourner sa veste. Mais comme tout soldat, il préférait de loin se parer à toutes les éventualités. Le jeune homme finit par ralentir le pas pour s'arrêter complètement et prêta l'oreille avant de froncer légèrement les sourcils, observant les lieux, soucieux.

"Tu entends quelque chose ?"

En réalité, lui-même n'entendait rien. Mais vraiment rien. Pas un bruissement de feuilles, pas un feulement d'animal, pas un oiseau nocturne, absolument rien. Et c'est précisément cela qui l'inquiétait au plus haut point. Le jeune homme était loin d'être un expert de la forêt, son élément à lui étant plutôt la mer et ses dangers ces derniers temps, mais il était pourtant quasiment certain qu'en temps normal les bois étaient censés regorger de bruits divers et variés. C'est pourquoi il avait fini par faire par de se léger détail, possiblement insignifiant d'ailleurs, à son accompagnatrice, si elle-même ne s'en était pas déjà aperçu.
Revenir en haut Aller en bas
Sang-Perdu - Louve de Bersok
avatar
Sang-Perdu - Louve de Bersok

Messages : 493
Date d'inscription : 15/09/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 26 ans

Avancement du personnage :
14/30  (14/30)

Couleur de parole : #996666

http://archipel.forums-actifs.com/t91-khaleera-grakorn-sang-perdu-finiiiiiiiiiiii

MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   15/2/2016, 14:30

    La sang perdu ne s'était pas offensée du rapprochement du promeneur. Effectivement s'ils devaient rester discrets au risque de révéler leur position en parlant un peu trop fort, mieux valait rester grouper. Et puis, l'avoir dans son angle de vue lui permettait de garder un œil sur lui, annihilant toute tentative d'attaque en traître par l'arrière. Khalee restait méfiante par nature, et ce même si elle pensait réellement ne rien avoir à craindre de celui-là. Par une fois déjà elle avait accordé sa confiance et s'était faite berner. Mais lorsqu'elle s'en était rendue compte ce jour-là, c'était trop tard, et le fait d'avoir dévoilé le jeu du torkos avait accéléré sa trahison plus que de raison. Le même torkos vers qui elle se dirigeait aujourd'hui, qui avait manqué de la tuer une fois, et dont elle devait s'assurer qu'il accomplisse son geste en entier cette fois-ci. Elle ne pensait pas mériter la mort de la main d'Ellhrann, mais Bersok avait été très clair à ce sujet.

    La jeune femme avait reporté son attention sur le mesorian quand celui-ci avait pris la parole pour répondre à sa question indirecte. Et s'il était passé dans son regard comme une lueur amusée du bilan qu'il avait dressé dans sa première phrase, la seconde partie lui avait fait détourner les yeux, accusant le coup. Son animosité envers les mesorians n'était pas un secret, mais qu'il lui fasse remarquer à quel point c'était visible était quelque peu déroutant.

    Ne le prends pas personnellement, je suis comme ça avec tout le monde, rétorqua-t-elle avec un brin d'ironie dans la voix.

    Pas qu'elle veuille le rassurer de premier abord, mais puisqu'ils étaient amenés à faire un bout de chemin ensemble, elle préférait autant que les choses se déroulent sans encombre. La vigilance dont il faisait preuve à son égard la mettait mal à l'aise, la contraignant à conserver cette attitude trop méfiante elle aussi. L'angoisse est contagieuse, comme un virus qui se propage bien rapidement dans les veines.
    Elle reposa son regard sur son visage lorsqu'il l'interrogea. Le simple ton qu'il venait d'emprunter suffisait à y répondre. C'était évident, mais elle gagea de formuler quelques mots tout de même.

    C'est toi qui me le dis. Tu avances comme quelqu'un qui craint que même son ombre ne le trahisse, lui fit-elle remarquer.

    La comparaison était large, et pouvait faire référence à de multiples choses, mais elle n'avait pas trouvé mieux. Elle appuya un peu plus longuement son regard sur sa personne, puis finit par reposer ses yeux sur la route qu'elle suivait en laissant échapper un léger soupir.
    Cette attitude, elle ne la connaissait que trop bien, puisqu'elle la mettait elle-même bien trop souvent en pratique. C'était un défaut fatigant dont on se débarrassait difficilement, mais un défaut qui pouvait parfois vous sauver la vie. Ça aussi, elle ne le savait que trop bien.
    Ne se souciant guère plus de ses états d'âme, elle progressait entre les arbres, jusqu'à ce que le voyageur ne ralentisse la cadence, l'obligeant à se retourner pour l'observer. Voyant qu'il s'était arrêté, elle s'immobilisa à son tour, et lui adressa un regard interrogateur.
    Sa question lui fit relever un sourcil d'incompréhension, mais aussitôt elle regarda autour d'elle avant de fermer les yeux pour laisser l'esprit de la forêt murmurer à ses oreilles. Mais les bois étaient silencieux, bien trop silencieux, comme s'ils se faisaient timides et muets. Elle avait remarqué le calme apparent, mais n'y avait pas prêté plus attention jusqu'à présent. La sang perdu rouvrit les yeux, et rejoignit le mesorian en faisant quelques pas de marche arrière, faisant retomber la corde de son arc de son épaule pour s'en saisir.

    Le silence est un aveu... murmura-t-elle avant de glisser son regard dans celui du Kaasar, dont les oreilles s'étaient plaquées vers l'arrière.

    S'en suivirent quelques secondes sans un bruit, avant que Nova n'émette un hurlement semblable à celui des loups qui appellent la lune. L'on perçut alors une cacophonie d'ailes qui se déploient et s'échappent des arbres, mais l'écho semblait lointain, à environ deux cent mètres de leur position. D'un autre côté, des bruits de craquements affolés d'animaux qui se mettent en fuite, plus proches ceux-là, mais loin également. La faune semblait avoir vidé les environs avec stratégie, ce qui leur donnait là un information capitale.

    C'est une embuscade, constata Khalee d'une voix lourde.

    Nova avait déjà sauté dans un bosquet pour se mettre à couvert, comme il savait devoir le faire lors d'une attaque surprise. La sang perdu asséna un coup à l'arrière des genoux du mesorian pour les lui faire plier.

    Baisse-toi ! ordonna-t-elle en saisissant son col pour le tirer brusquement vers l'avant, le dérobant à la lame d'un poignard qui siffla de justesse juste au-dessus de sa tête.

    Elle se redressa aussitôt et décocha une flèche rapide qui fusa dans la direction d'où était parvenu l'arme. Un cri étouffé de gorge transpercée les informa qu'un premier assaillant venait de tomber. Encochant déjà une nouvelle flèche, elle glissa à l'attention de William :

    On dirait que tu vas devoir me faire confiance sur ce coup.





J'aime le sifflement de la flèche annonçant la douleur,
J'aime le silence qu'elle laisse quand elle éteint ton cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Mauvais endroit, mauvais moment |William|   

Revenir en haut Aller en bas
 

Mauvais endroit, mauvais moment |William|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Boutons CB au mauvais endroit
» Réponse au mauvais endroit
» Séparation message / signature : qui se trouve aux mauvais endroit.
» Problème de messages disparus ou au mauvais endroit
» Les POI sont-ils au mauvais endroit?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archipel forum de fantasy  :: Le hors-jeu :: RPs Archivés-