Partagez | 
 

 Au delà du voile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Administrateur - Correcteur en chef
avatar
Administrateur - Correcteur en chef

Messages : 566
Date d'inscription : 24/04/2013

INFO PERSONNAGE

Age du personnage :

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : #C43418

MessageSujet: Au delà du voile   12/7/2018, 22:04

Méli Tendrecoeur, même si son nom ne le laissait pas forcément deviner aux premier abords, n'était pas quelqu'un que l'on effrayait facilement. L'okanaki était un guérisseur et, ainsi qu'il aimait s'enorgueillir et cela à juste titre, un bon. Il connaissait la plus part de la faune et de la flore vivante sur toutes les îles, et bien qu'il ne soit pas chasseur il était un excellent cueilleur. Et alors que la plus part des gens auraient déjà pu sentir des sueurs froides leur remonter la colonne vertébrale rien qu'a l'idée même de se réveiller dans un endroit différent de celui dans lequel il c'était endormi, cela n'était pas suffisant pour chasser la première préoccupation de l'okanaki. Il c'était levé difficilement alors que ses muscles lui semblaient endormis et son corps plus lourd qu'à l'accoutumé. Mais même cela ne l'affectait que partiellement, car finalement rien ne pouvait détourner son attention du spectacle devant ses yeux. Un sourire nerveux aux lèvres, le rictus de quelqu'un qui peine à croire ses sens devant une situation complètement absurde,  il resta immobile à contempler ce qui l'entourait l’œil perplexe. N'importe qui d'autre en aurait peut être déduit que ses connaissances n'étaient peut être si étendue que cela. Et Méli l'aurait admis aussi, si cela ne c'était limité à quelques fleures qu'il n'avait encore jamais vu, mais en l’occurrence il ne reconnaissait rien. Même la façon de pousser des arbres n'avait pas toujours la droiture à laquelle l'on avait le droit de croire, les fleurs poussaient sur les troncs et la mousse sur les fleurs. Et plus loin ce n'était déjà plus le cas. Deux mêmes variétés d’arbres à l'épaisseur de tronc identiques s'en trouvaient culminer à des tailles différentes, et en parlant des arbres bien trop d'espèces différentes semblaient pousser au même endroit. L'amoureux des plantes qu'il était ne voulait pas en croire ses yeux, les simples règles du règne végétal n'étaient pas respectées ici. Et alors que l'okanaki semblait doucement se remettre du choc initial il put enfin s'éveiller à un autre constat peut être tout aussi choquant. Il n'était seul ici, à portée de ses yeux se tenait un mésorian d'un âge plutôt avancé, deux torkos dans la fleur de l'âge, une femme robuste à la peau couvertes de cicatrices offertes par une vie de combat, et un homme bien moins imposant, un banal esclave par en juger par ses vêtements, de simple guenilles en comparaison de l'armure en cuir de la femme. Quand au mésorian, il avait toujours été difficile pour Méli de juger leur niveau de richesses. Mais à sa façon de se tenir et d'analyser son entourage l'okanaki en déduisit qu'il avait affaire à un ancien élite. Et tout ceci n'était qu'un travail de déduction, car il n'avait jamais vu ces gens, et visiblement ces gens la non plus ne se connaissaient pas.

______

Irya pouvait maintenant dire qu'il existait un réveil pire qu'un lendemain de nuit trop alcoolisée. Se réveiller dans un endroit inconnu n'était pas une sensation nouvelle pour elle, mais la plus part du temps quand c'était le cas, il y avait des corps et ses armes autour d'elle. Avec ni l'un ni l'autre la torkos ne pouvait décidément pas se sentir bien. Elle se réveilla difficilement son corps était lourd,  et non pas à cause d'une quelconque fatigue...Non, juste plus lourd. Elle chercha sa hache à deux mains pendant un instant avant de se rendre compte qu'elle n'était pas seule. Son premier réflexe fut d'aller chercher le poignard qu'elle avait caché dans sa botte, mais elle ne le trouva pas. Pas plus que les couteaux de lancer dans ses manches. L'avait-on fouillé ? Pour elle, cela n'avait aucun sens, quel serait intérêt de la dépouiller de ses armes mais pas de ses bijoux ou de l'argent qu'il lui restait dans ses poches. Quand aux hommes autour d'elle ils formaient un groupe bien trop hétéroclite pour être celui à l'origine de ses tourments. L'okani ne semblait que se préoccuper des plantes, l'autre torkos était bien trop effrayé pour représenter le moindre danger et s'en était presque vexant pour Irya, qui même si elle aurait préféré s'arracher les yeux pour l'admettre, aurait pu bénéficier du soutient d'un autre torkos. La marche à suivre dans ce genre de situation était bien entendu de ne rien tenter de stupide et d'analyser avant de se lancer. Mais à sa grande surprise ce fut le mésorian qui brisa le silence. En s'adressant directement à elle.

-On vous à pris vos armes n'est-ce pas ? Et...Vous ne vous rappelez rien de votre soirée d'hier qui n'expliquerait votre présence ici ? C'est probablement ce qui arrive à tout le monde, il suffit de voir les visages de chacun. Nous ne venons même pas des mêmes îles et encore une fois il suffit juste de comparer nos vêtements pour le voir, et pourtant personne ne reconnaît les lieux.

Elle était prête à mentir et à affirmer qu'elle avait encore assez d'armes cachées pour les tuer tous avant qu'ils n'aient eu le temps de comprendre quoi que ce soit. Mais quelque chose en elle lui faisait bien comprendre que même si le mésorian avait posé les questions, il en connaissait déjà les réponses. Et c'était bien pour ce genre d'attitude supérieures qu'elle détestait les mésorians et encore plus les élites.

______


-Je m'appelle Ephraim...Le dernier souvenir qu'il me reste avant de me réveiller ici...M'être simplement endormi chez moi, sans avoir bu plus que normalement. Et ma demeure étant plutôt protégée, me kidnapper sans alerter qui que ce soit est pratiquement impossible. Nous devrions tous présenter, ou au moins raconter brièvement notre dernier souvenir, pour savoir s'il existe des points communs entre nous.

Oui il avait employé le terme pratiquement, car si une vie dans les forces armées d'Îleval lui avait appris quelque chose, c'est qu'il ne faut jamais prendre pour acquis quoi que ce soit, tout plan avait une faille, toute connaissance finirait tôt ou tard par se faire invalider ou tout du moins se verrait apporter assez de précisions pour changer un peu de nature. Très doucement alors que chacun avait commencé à  partager sa dernière localisation et son dernier souvenirs, des mouvements tout autour d'eux se firent entendre, accompagnés par des voix, femmes, hommes, enfants, vieillards, des voix douces, d'autres fortes. Le vieille élite bien entendu n'avait pas omis la possibilité qu'ils auraient pu être plus nombreux, mais le nombre de voix rendait la théorie d'une série enlèvements complètement absurde. Si toutes les victimes présentaient la même absence de point commun qu'eux, personne et cette fois ci l'élite ne théorisait pas, personne n'avait le pouvoir de faire tout ceci en une nuit. Il n'était même pas bien sur que les dieux eux même en étaient capables. Et alors que les questions continuaient à se bousculer dans sa tête, quelqu'un, une femme à en juger par la voix, avait déchiré la nuit avec un hurlement qui c'était stoppé avec une célérité encore plus effroyable que le cris en lui même. Quelqu'un venait de connaître un destin funeste et il n'en fallait pas plus pour détruire le peu de confiance que le « petit groupe » avait réussi à construire. Ils s'éloignèrent tous les un des autres, l'okanaki se réfugia dans l'arbre le plus proche, ce qui devait signer sa perte quand la « chose » se mit à attaquer.

Le quatrième homme, le torkos qui manquait cruellement de courage n'eut pour seul chance de ne pas avoir eu le temps de faire face à la chose qui se tenait dans son dos au moment de l'attaque. Il n'eut pas non plus le temps de se présenter, ainsi ils ne surent jamais que Torman Turklin était son nom, qu'il avait été au service d'une bonne famille de mésorian toute sa vie. Ils ne sauraient jamais non plus que ses dernières sensation furent le toucher très froid de, quelque chose qu'il n'aurait jamais su décrire même avec le temps de la réflexion. Puis la sensation d'avoir était tiré avec une force prodigieuse, une force contre laquelle il ne servait à rien de lutter, vers l'arrière...Vers les ténèbres, non pire encore, car Torman connaissait le noir, ceci n'était pas juste une absence de lumière c'était l'absence de tout. Il tenta de crier, jamais le son ne dépassa le seuil de ses lèvres, et avant qu'il ne puisse se mettre à se défendre aux yeux des autres, il n'était plus. Il n'eut même pas le temps de voir l'okanaki subir le même sort que lui, coincé dans son arbre. Les deux autres ne réclamèrent pas leur restes et décampèrent dans la direction opposée , sans un regard en arrière ou même l'un envers l'autre. Et si jusque maintenant, la forêt était restait relativement calme, elle n'était maintenant plus que cris, bruits pas et de courses, de personnes priant leurs dieux pour que tout ceci ne soit qu'un cauchemar. Et bien que tout dans la vie les opposait ou presque, Irya et Ephraim étaient d'accord sur une chose, ils estimaient leurs vies bien plus chèrement que leur envie de savoir s'ils étaient en train de rêver. Ils croisèrent la route d'autres personnes, qui semblaient elles aussi courir comme si leurs vies en dépendaient. Courir pour sa vie en forêt n'est pas un exercice facile, et très rapidement les vieillards se firent avaler par les ténèbres fautes d'endurances, d'autres y succombèrent à cause de chutes, ou parce qu'ils pensaient avoir une chance de combattre. Et alors qu'Ephraim commençait à prendre une avance plutôt sécurisante sur les cris derrière lui, il se rendit compte d'une chose. Qu'importe ce que ces choses puissent être, elles rabattaient les plus rapides vers un point précis. Y avait-il quelque chose à voir en ce point ? Ou n'étaient-ils rien d'autre que du gibier, le gibier d'une partie de chasse qu'il avait beaucoup de peine à comprendre. Bientôt il eu la réponse à sa question quand les cinq plus rapides, ou restants, sortirent quasiment en même d'entre les arbres pour accéder à une clairière avec en son centre ce qui aurait pu simplement être une pyramide d'une surface et d'une blancheur immaculée. Cependant la pyramide n'avait rien de simple, cette dernière tenant en équilibre sur ce qui aurait du être son sommet. puce1




(Est c'est ainsi que se réveillent les joueurs, incapable de se souvenir d'autre chose que du moment ou ils se sont endormis pour se réveiller ici. Entourés d'inconnus, qui tomberont les uns après les autres. Le nombre de joueurs n'étant pas assez élevés pour cela, il n'y aura pas de sélection. Cependant avant de poster vous me direz ce que vous faites une fois dans la clairière. (l'ordre de passage sera l'ordre dans lequel les joueurs se sont inscrits). Amusez vous bien !)



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fille d'Hygérie au coeur rebelle
avatar
Fille d'Hygérie au coeur rebelle

Messages : 147
Date d'inscription : 24/05/2014

INFO PERSONNAGE

Age du personnage : 28 ans

Avancement du personnage :
0/0  (0/0)

Couleur de parole : #CB8034

http://archipel.forums-actifs.com/t826-victoirine-revaurent#8429
http://archipel.forums-actifs.com/t585-victoirine-revaurent

MessageSujet: Re: Au delà du voile   16/7/2018, 16:06

Au-delà du voile - Automne 1653 - Endroit inconnu


Victoirine ne se souvenait plus s'être endormie. Elle avait dû se laisser envahir par le sommeil par inadvertance. Elle avait dû s'asseoir quelque part, pour reprendre son souffle tandis qu'elle soignait depuis des heures un afflux de réfugiés, de chasseurs okanakis et de soldats mésorians. La situation n'avait rien d'exceptionnel, à dire vrai. Soigner les victimes des fanatiques de Zhäa était devenu le quotidien des prêtresses hyrannes. Victoirine ne faisait pas exception. Elle avait dû fermer les yeux une poignée de secondes, juste une poignée de secondes, pour pouvoir oublier momentanément la fatigue. Cette fatigue à la fois physique et nerveuse, commune à tous ceux qui avaient juré de résister à l'ennemi.

Elle ne reconnaissait pas ce qui l'entourait, ni ceux qui l'entouraient. Avec curiosité d'abord, Victoirine observa l'environnement végétal qui ne répondait pas aux logiques qu'elle lui connaissait. Elle ne ressentait aucune crainte pour le moment, se laissant baigner par l'atmosphère onirique de l'endroit. Cela ressemblait aux songes de son existence d'élue, lorsque la Déesse Hygérie venait caresser de son aile sa conscience aux portes d'un monde fantasmé et éveillé. Elle prit conscience, cependant, que l'ambiance était différente de ses songes d'autrefois. Alourdie en quelque sorte. Et comme elle réalisait qu'elle n'était pas la seule arpenteuse de rêve - alors même qu'elle voyait pourtant d'autres personnes autour d'elle depuis un moment, sans prendre conscience pour autant de leur présence - l'hyranne eut l'impression de découvrir l'endroit sous un autre angle. La curiosité reflua pour laisser place à l'inquiétude. Était-ce seulement un rêve ? Maintenant qu'elle y prenait garde, elle avait l'impression que les sensations étaient plus réelles que dans les songes déployés par Hygérie. Ou était-ce son imagination ? Elle voulut poser sa main sur la poignée de son épée, acquise après la trahison de la Griffe en dépit de toutes les règles éthiques et morales de son peuple. Sentir l'arme à son flanc et enserrer la poignée, un contact réconfortant qui s'était substitué aux caresses qu'elle donnait autrefois à sa chienne... mais l'épée n'était plus là. Victoirine se sentit vulnérable comme au temps où elle avait été incapable de sauver ses soeurs, de sauver Amaryllis, et cela déclencha une vague de peur dans tout son être.

La peur se propagea rapidement parmi les rangs désordonnés « des rêveurs », comme continuait de les appeler mentalement la prêtresse - à défaut de leur trouver une autre appellation, de savoir qui ils étaient vraiment et où ils étaient vraiment. Comme tous les autres, la jeune femme sentit sa nuque picoter, ses poils se hérisser... une seconde ou deux avant que les premiers rêveurs ne se fassent engloutir par une ombre. Masse informe et menaçante qui semblait décidée à tout annihiler sur son passage. La peur continua de grandir chez la prêtresse, et elle se mit à courir en direction opposée des ténèbres. Sans réfléchir. Seulement guidée par un instinct de survie primitif, qui entra en contradiction avec sa volonté de sauver les autres rêveurs. Son coeur de prêtresse battait la chamade, mêlant la peur animale de disparaître dans le néant et le désespoir de ne pouvoir s'arrêter pour aider les autres, au risque d'être engloutie toute entière.

Le goût du sang remontait dans sa gorge. Ses poumons semblaient prisonniers d'un incendie. Mais l'hyranne continuait de courir, de perdre haleine dans cette course folle, se demandant quand ce cauchemar s'arrêterait-il. Cesserait-il quand elle aurait été engloutie par les ténèbres ? Elle serpenta à travers les arbres et les plantes, cherchant à semer l'ombre qui se rapprochait parfois dangereusement et l'obligeait à obliquer dans telle ou telle direction. Et puis, soudain, une clairière.

Quatre personnes émergèrent à ses côtés. Dont deux visages familiers, que la prêtresse observa à peine, absorbée par la confusion de ses pensées et l'attraction qu'elle ressentit soudain pour la pyramide inversée. Ellhrann et Khalee n'étaient pas réels. Ils ne pouvaient pas l'être. Pourquoi eux ? Pourquoi maintenant ? Pourquoi ici ? Cela ne pouvait être autre chose qu'un rêve.

Sans réfléchir, sans poser de question aux autres rêveurs survivants, ni même attendre qu'on lui en pose, Victoirine décida d'avancer vers la pyramide, paumes marquées face à la construction. L'hyranne s'immobilisa lorsqu'elle sentit contre ses mains une matière parfaitement lisse, ni chaude ni froide, qui ne ressemblait à aucune autre.  

Spoiler:
 



Merci Créateur ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Au delà du voile

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Problème voile grisatre sur Oregon 450 et topo Sud-est
» Passage de Silver à Gold
» nom des sat GPS navstars
» Corsair dévoile le 600T, premier boitier de la série Graphite
» Etrex Vista HCx et carto Amériques livrée de base

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Archipel forum de fantasy  :: Le chapitre final d'archipel :: Les quêtes-